Icon Sport

Test Match - Louis Picamoles : "Je ne suis pas du tout satisfait"

Picamoles : "Je ne suis pas du tout satisfait"

Le 19/11/2018 à 13:05Mis à jour

TEST MATCH - Auteur d'un match très propre face aux Pumas, samedi dernier, Louis Picamoles n'est pourtant pas encore satisfait de ses performances en équipe de France. C'est quand le bonheur ?

Rugbyrama : Comment avez-vous vécu la dernière victoire contre l'Argentine ?

Louis Picamoles : C'est encourageant. Mais on ne validera ce succès à Lille que si l'on fait un bon match contre les Fidji, samedi soir.

Qu'avez-vous ressenti à Lille sur l'essai de Guilhem Guirado, aplati après un concours de circonstances favorable ?

L.P. : La première chose que j'ai dit à Max (Médard) en tribunes, c'est : "Pour une fois que c'est de notre côté..." (rires) Mais bon. La réussite fait aussi partie du haut niveau. Pourvu que ça dure...

Votre équipe, par le biais de Teddy Thomas en première période, a marqué un superbe essai à Lille. Quel est votre avis, là-dessus ?

L.P. : Avec la multiplication de la vidéo, marquer un essai en première main sans passer par le moindre ruck devient de plus en rare. Nous avions étudié leur défense un peu particulière, qui plaçait le troisième ligne dans la ligne et on a travaillé autour de ça. J'imagine que pour les trois-quarts, qui bouffent des lancements toute la semaine comme on bouffe des mêlées, ça doit être assez bandant.

L'absence de votre coéquipier montpelliérain Nemani Nadolo est-elle une bonne nouvelle ?

L.P. : C'est un poids en moins à gérer... Nemani récupère bien. J'ai hâte de le retrouver avec le club.

Test Match - Picamoles (France)

Test Match - Picamoles (France)Icon Sport

Il n'est jamais facile de juger ses propres performances. Néanmoins, comment vous êtes-vous trouvé sur ces deux premiers matchs ?

L.P. : J'ai été trop timide contre l'Afrique du Sud. Je n'ai pas amené mes qualités à l'équipe. Face à l'Argentine, c'était un peu mieux mais je ne suis pas du tout satisfait. Je veux donner davantage à cette équipe.

Pouvez-vous développer ?

L.P. : Il y a plusieurs fois où j'aurais pu me proposer un peu plus, chercher d'autres solutions, être utile dans mon registre...

Le Japon sera-t-il votre dernière Coupe du monde ?

L.P. : Après le Mondial, je réfléchirai effectivement au futur. Il y a un temps pour tout, dans la vie. L'équipe de France, c'est exceptionnel. Mais c'est aussi beaucoup de sacrifices.

Contenus sponsorisés
0
0