Icon Sport

Test Match - France-Fidji : La possibilité d’une île

La possibilité d’une île

Le 24/11/2018 à 10:01

TEST MATCH - En empochant une victoire convaincante face aux joueurs du Pacifique, les Bleus s’offriraient une bouffée d’oxygène avant le prochain Tournoi. Pour ce faire, ces derniers ont misé sur la continuité, en espérant que les joueurs ne s’endormiront pas sur leurs lauriers lillois...

Deux changements, et puis c’est tout. Avec un remplacement (celui de Médard par Fall) dicté par l’obligation d’une commotion, et l’autre (celui de Gomes Sa par Slimani) guidé par la nécessité stratégique d’éprouver les Fidjiens dans l’exercice de la mêlée fermée. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on ne pourra taxer Jacques Brunel d’avoir pris ses adversaires de haut, pour ce troisième test décisif dans l’évaluation générale de la tournée. Et on ne saurait évidemment lui donner tort, n’était la gestion ubuesque des cas de Danty et Bézy, conservés à Marcoussis alors qu’ils ne joueront pas pour la troisième fois consécutive, et que leurs clubs auraient eu un fier besoin d’eux pour négocier ce week-end de doublon…

Benjamin Fall et Maxime Médard

Benjamin Fall et Maxime MédardIcon Sport

En effet, si les Bleus ont battu sans coup férir l’Argentine à Lille (28-13), il ne s’agissait jamais que d’un succès de la huitième nation mondiale sur la neuvième (qui plus est sur les rotules), après cinq défaites consécutives. Et comme l’affluence annoncée au stade de France risque d’être historiquement faible, au point de ne pas dépasser les 50 % de remplissage, le moment ne semble pas franchement opportun pour rouler des mécaniques...

Si difficiles troisièmes tests

Voilà pourquoi, en substance, Brunel n’a pas cédé aux sirènes de la revue l’heure de la revue d’effectif au moment d’affronter ces vieilles connaissances fidjiennes. "Un groupe est en train de se construire, avançait dans la semaine le sélectionneur. On a beaucoup parlé d’épine dorsale et on essaie de donner aux joueurs cette stabilité et cette confiance pour qu’ils trouvent des repères. Il reste peu de matchs d’ici le Mondial et on a toujours dit qu’il fallait que les joueurs vivent et jouent ensemble pour trouver une complicité." Un choix assumé et défendu par le capitaine Guirado.

Test Match - Guilhem Guirado (France)

Test Match - Guilhem Guirado (France)Icon Sport

"Si on avait fait des changements pour faire plaisir aux uns et aux autres, cela n’aurait servi à rien, confirmait le Catalan. La seule manière de construire ce groupe, c’est en le reconduisant lorsqu’il effectue de belles choses. Mais je n’imagine pas qu’on puisse se relâcher. On respecte ces Fidjiens qu’on connaît mieux que personne, on connaît leur dangerosité en attaque. Et puis, on a pris suffisamment de claques dans la gueule pour ne pas rester humbles."

Un appel à la prudence d’autant plus important que les troisièmes tests de novembre réussissent peu aux Bleus, qui ne l’ont plus emporté depuis 2012 face aux Samoa (22-12). Du piteux nul contre le Japon l’an dernier (23-23) en passant par la déroute contre l’Australie de 2010, les Bleus n’ont gagné que 2 que leurs neuf derniers "troisièmes tests". Alors, s’ils pouvaient améliorer un tant soit peu leurs statistiques...

Contenus sponsorisés
0
0