Midi Olympique

Test Match - Cousu première main !

Cousu première main !

Le 18/11/2018 à 13:10Mis à jour Le 18/11/2018 à 14:00

TEST MATCH - Pour la première fois depuis une éternité, les trois-quarts du XV de France sont parvenus à conclure en première main une attaque bien lancée par une prise de balle en touche d’Iturria. Un véritable déclic offensif que les joueurs relatent, de l’intérieur…

Depuis combien de temps le XV de France n’avait-il plus marqué un essai au terme d’une attaque en première main ? Du haut de ses 18 sélections, Camille Lopez n’en savait pas grand-chose. "Honnêtement, je n’en ai pas souvenir." Gaël Fickou, fort de 40 sélections en bleu, non plus. "Je ne m’en rappelle pas, je l’avoue." Et pour tout dire, nous non plus… Il faudra donc se souvenir de ce 17 novembre pour une autre raison que ses fameux gilets jaunes. Et se souvenir, jusqu’au prochain, que cette soirée fut celle où les trois-quarts du XV de France atteignirent enfin le Graal : celui de fructifier le bon travail de leurs avants en première intention…

"Je ne veux pas dire que c’était prévu, mais presque, souriait Gaël Fickou. Quand il y a eu cette touche, on savait que le premier défenseur serait un troisième ligne (dans le système défensif argentin, l’ouvreur Nicolas Sanchez se déplace dans le couloir des 5 mètres, NDLR). Et comme on se doutait que les Pumas allaient défendre très serrés pour contrer Mathieu Bastareaud, on pensait bien qu’il y aurait de la place autour de lui..." Le fruit d’un bon travail préparatoire puisque, après être allés chercher à plusieurs reprises la "zone 1" par l’intermédiaire de Picamoles ou Bastareaud, l’intelligence stratégique commandait de changer de fusil d’épaule.

"Je ne dis pas que l’on fait les choses parfaitement, et il m’arrive souvent de me tromper dans mes choix, s’amusait l’ouvreur Camille Lopez. Mais là, après être allés défier à plusieurs reprises directement le premier rideau argentin, il était temps d’alterner, et j pense que c’était la bonne solution." Ce que fit à merveille le numéro 10 français, par le biais d’une combinaison toute simple, à savoir un leurre de Bastareaud et un service dans son dos pour Yoann huget, devant lequel l’intervalle était grand ouvert…

" Lorsque tout le monde réalise bien son boulot, on n’est pas plus mauvais que les autres"

Seulement, le plus dur commençait pour les Bleus : réussir à transformer un franchissement en essai. Ce qui était tout sauf gagné d’avance, au vu d’une première mi-temps riche en situations gâchées... "Quand je vois Yoann Huget franchir, je me rapproche instantanément de lui et je l’appelle en croisée, se remémorait Gaël Fickou. Cela a eu l’effet de resserrer la défense autour de moi, et peut-être de lui offrir un peu plus d’espace." Assez en tout cas pour permettre au Toulousain de "ressortir" extérieur, et transmettre le ballon au bout d’une longue passe à Benjamin Fall.

"La défense se refermait devant moi, et c’est un principe qu’on enseigne à l’école de rugby, souriait Huget. Lorsqu’on franchit, le premier regard doit être tourné vers l’extérieur, et c’est là que j’ai vu mes soutiens." Ainsi, après une sobre transmission du Montpelliérain fixant le dernier défenseur, Teddy Thomas pouvait conclure en coin le travail de ses partenaires. "Je n’ai pas eu grand-chose à faire, commentait sobrement le Racingman. Je n’avais qu’à conclure l’action de mes coéquipiers." Un boulot d’orfèvre, cousu première main, qui eut le mérite de définitivement décomplexer les Bleus.

Test Match - Teddy Thomas marque le premier essai contre l'Argentine

Test Match - Teddy Thomas marque le premier essai contre l'ArgentineIcon Sport

"Lors de cette première mi-temps, nous avions eu des occasions mais n’étions pas parvenus à scorer, synthétisait Fickou. Le fait d’y parvenir, de cette manière, nous a rassuré. En marquant en première main, on s’est prouvé que lorsque tout le monde réalise bien son boulot, des avants aux trois-quarts, nous n’étions pas plus mauvais que les autres." Ce dont on ne doutait pas, à l’évidence. Mais qu’il était si bon de traduire par des faits...

Contenus sponsorisés
0
0