Icon Sport

TEST-MATCH - Flashback : All Blacks - Lions 2005, le chef-d'oeuvre de Dan Carter

Flashback : All Blacks - Lions 2005, le chef-d'oeuvre de Carter

Le 28/06/2017 à 09:37

TEST-MATCH - 112 sélections, 1598 points avec les All Blacks, 2 titres mondiaux, 3 trophées IRB de joueur de l'année, Dan Carter s'est imposé comme une légende. Le point de départ en fut un test contre les Lions en 2005 qui l'a vu illuminer le jeu et inscrire 33 points. "Ce match a changé ma vie", dira-t-il.

Ce 2 juillet 2005 au matin, il n'est encore qu'un grand espoir du rugby mondial. Devenu international en juin 2003 quelques semaines après ses débuts en Super Rugby, Dan Carter vient tout juste de s'approprier le numéro 10 des All Blacks après des débuts au centre. Mais Graham Henry, le sélectionneur néo-zélandais, a confiance.

La preuve est immense : Carter, 23 ans, 18 sélections dont seulement 4 titularisations en tant que numéro 10, s'est vu confier les clés du jeu pour la série contre les Lions Britanniques. Le 25 juin, le premier test fut une réussite : chez lui à Christchurch, Carter s'est montré à la hauteur de l'événement, inscrivant 11 points et donnant le tempo de la domination des All Blacks. Mais le monde du rugby n'y avait pas prêté attention. La défaite des Lions, les performances individuelles : tout ça fut relégué au second plan par la grave blessure de Brian O'Driscoll, victime dès la première minute d'un plaquage cathédrale de Tana Umaga...

Pour le deuxième test ce 2 juillet 2005 au Westpac Stadium de Wellington face à des Lions revanchards, Graham Henry ne change pas son fusil d'épaule : Carter conserve les clés du jeu. La suite appartient à la légende. Ce 2 juillet 2005, Carter est entré au panthéon du rugby. Son match ne fut rien d'autre qu'un chef-d'oeuvre. Face à lui, il y avait Jonny Wilkinson, plus de 50 sélections et un rôle décisif dans le sacre mondial de l'Angleterre en 2003 en Australie.

Dan Carter face à Dwayne Peel - 2/07/2005

Dan Carter face à Dwayne Peel - 2/07/2005Icon Sport

Carter comme sur un nuage

Mais c'est bien Carter, qui pour sa 20e sélection, a semblé faire entrer le rugby dans une autre dimension. Chef d'orchestre des All blacks qui ont atomisé les Lions 48-18, Carter ce jour-là a inscrit 33 points : 2 essais, 5 pénalités et 4 transformations. Et une influence de tous les instants. Témoin, cette passe décisive dès la 18e minute : premier sur un ballon de récupération, Umaga sert Carter. L'ouvreur illumine alors la partie : il accélère, prend l'intervalle entre Josh Lewsey et Gavin Henson, fixe Shane Williams en position de dernier défenseur et quand Henson finit par le rattraper, Carter n'a plus qu'à servir Umaga à son intérieur.

Playmaker, Carter. Pour les autres mais aussi pour lui même. Il en apporte la preuve en deuxième mi-temps : un ruck au milieu du terrain à 40 mètres de la ligne des Lions, Kelleher qui écarte pour Mealamu, lequel décale So'oialo qui, après un merveilleux deux contre un, place Dan Carter, le long de la ligne face à son destin. La suite tient de l'allégorie : Carter élimine Simon Easterby mais surtout laisse Jonny Wilkinson sur place et se présente face à Lewsey. Contre l'arrière, Carter tape à suivre pour lui-même et aplatit devant un Wilkinson impuissant (43e).

C'était déjà merveilleux mais la symphonie de Carter n'était pas encore achevée. Quant à Lewsey, il n'en avait pas terminé avec sa soirée en enfer. À la 70e, sur un lancement de jeu classique, Carter surprend une nouvelle fois son monde : au lieu d'écarter comme attendu, il accélère et repique à l'intérieur pour piéger Lewsey. Le retour de Shane Williams n'y change rien, Carter signe son premier doublé sous le maillot des All Blacks…

"Dantastic"

Aaron Mauger, son coéquipier résumera : "C'était un de ces matches durant lesquels tout ce qu'il touchait se transformait en or. Il a conduit le jeu parfaitement, il a été précis ballon en mains, il a été présent en défense. Quand il est à son meilleur, Dan Carter possède absolument tout. Ce test l'a montré."

"Dantastic" titrera le Guardian. Les autres titres de la presse sont dans la même veine : "Dan the Man"; "The Lion Tamer" (le dresseur de lion, ndlr), "The Perfect 10". Paul Ackford, deuxième ligne anglais devenu journaliste au Télégraph écrira : "Jonny qui ? Carter est maintenant l'incontestable étoile du rugby. On a vu l'une des plus grandes performances de l'histoire à l'ouverture". Ieuan Evans, légende des Lions, s'avouera ébloui : "Cette performance l'a érigé en plus grand numéro 10 à avoir porté le maillot des All Blacks".

"Il a été aussi proche de la performance parfaite qu'il est humainement possible de l'être", conclura le New Zealand Herald. Quelques mois plus tard, Carter était élu joueur de l'année, la première de ses 3 récompenses. 10 ans plus tard, il quittait les All Blacks sur une deuxième étoile mondiale. Avec cet aveu : "Les Lions peuvent définir votre carrière. Ce match a changé ma vie".

Dan Carter (Nouvelle-Zélande) - 24 octobre 2015

Dan Carter (Nouvelle-Zélande) - 24 octobre 2015AFP

  • Le XV de départ des All Blacks : Muliaina ; Gear, Umaga (c), Mauger, Sivivatu ; (o) Carter, (m) Kelleher ; McCaw, So'oialo, Collins ; Williams, Jack ; Somerville, Mealamu, Woodcock.
  • Le XV de départ des Lions britanniques : Lewsey ; Robinson, Thomas (c), Henson, Williams ; (o) Wilkinson, (m) Peel ; Easterby, Jones, Moody ; O'Connell, O'Callaghan ; White, Thompson, Jenkins.
Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés