Icon Sport

XV DE FRANCE - Argentine-France (0-27) : et si une équipe était née ?

Et si une équipe était née ?

Le 26/06/2016 à 15:43

XV DE FRANCE - Grâce à son large succès lors du second test face aux Pumas (27-0), le XV de France quitte l’Argentine la tête haute. Mais au-delà de ce succès, Guy Novès a peut-être trouvé les bases d’un groupe capable du meilleur pour les échéances à venir.

Si les voyages forment la jeunesse, ce périple dans l’hiver trempé de Tucuman a sans doute accouché d’une équipe de France "new look". Une équipe de France certes bricolée en l’absence de nombreux cadres mais tellement "kiffante" ! Bien sûr, il sera difficile de mesurer l’ampleur de la performance tricolore tant la formation de Daniel Hourcade a semblé hors-sujet sur cette tournée, à l’exception de rares envolées sur le premier test (30-19), éteinte physiquement et par moment dilettante au point d’avoir perdu sa légendaire grinta.

N’oublions pas que le 23 juin 2012, les Bleus de Philippe Saint-André avaient eux-aussi surclassé les Pumas sur cette même pelouse de l’Estadio Monumental José Fierro (49-10) pour finalement retomber dans leur médiocrité. Et si Guy Novès et ses élus écrivaient l’avenir différemment ?

Le XV de France séduisant en Argentine - 25 juin 2016

Le XV de France séduisant en Argentine - 25 juin 2016Icon Sport

475 mètres parcourus balle en main : l’audace au cœur du jeu

Pour quelles raisons est-il tentant de se laisser bercer par une douce euphorie ? Parce que ce XV de France, annoncé sans relief, a affiché une contagieuse volonté de jouer, une sérénité défensive et une rigueur tactique de la 1ère à la 80e minute de jeu. Souvent sujets à des absences en début de match ou à de terribles trous d’air à l’heure de jeu, les Bleus ont enfin démontré une régularité digne du très haut niveau.

Jusqu’à la dernière seconde, la défense tricolore (88% de plaquages réussis) aura résisté aux (faibles) assauts des Argentins qui n’ont pas inscrit le moindre point à leurs adversaires (0-27). Une première depuis le 28 août 1949 (0-5). Ces petits détails, qui flagellent d’habitude le XV de France, ont pour une fois préservé les Bleus d’une énième désillusion.

Les joueurs du XV de France après leur large succès en Argentine (0-27) - 25 juin 2016

Les joueurs du XV de France après leur large succès en Argentine (0-27) - 25 juin 2016Icon Sport

Bon d’accord, les Tricolores auraient pu se montrer davantage disciplinés (14 pénalités) et inscrire trois essais supplémentaires sur une superbe relance de Maxime Médard (4e), sans un déblayage irrégulier de Yoann Maestri (56e) ou bien encore sur une percée de Jefferson Poirot repris à un mètre de l’en-but. Mais leur appétit était tel qu’il excuse ces absences.

Oui, cette nette et brillante victoire confirme que le message de Guy Novès est parfaitement assimilé. Le plaisir de jouer, sans tomber dans le "hourra rugby", possède à nouveau les élans de ce XV de France puant d’audace (475 mètres parcourus balle en mains, ndlr). Sous l’impulsion d’un Maxime Médard ressuscité (104 mètres parcourus, 4 défenseurs battus), d’un François Trinh-Duc inspiré sur une passe après contact amenant l’essai de Rémi Lamerat (51e), les Bleus se sont appliqués à jouer debout.

Serin confirme sa stature de futur patron

Mais comment ne pas citer la nouvelle performance du demi de mêlée Baptiste Serin ? Une semaine après son match remarqué, le numéro neuf de l’UBB a récidivé en conduisant son pack avec autorité ! "On part d’ici avec des points !" Cette phrase lâchée par le Landais sur une mêlée française dans le camp argentin (42e) confirme sa stature de vrai cornac !

Rémi Lamerat et Baptiste Serin (XV de France) - 25 juin 2016

Rémi Lamerat et Baptiste Serin (XV de France) - 25 juin 2016Icon Sport

Soyons honnête, avec ce joueur, le XV de France n’est plus tout à fait le même. Un autre exemple ? 50e minute de jeu : alors que Trinh-Duc l’invite à temporiser, Serin tape un énorme coup de tatane depuis ses 22 permettant aux Bleus de récupérer une mêlée à cinq mètres de l’en-but argentin ! Une prise de décision pertinente qui s’ajoute à ses qualités de buteur malgré un terrain labouré (5/6).

Au lendemain de ce dernier test, une lueur d’espoir pointe ainsi à l’horizon. L’espoir que la méthode Novès modèle peu à peu un XV de France mêlant parfaitement rigueur et panache. Un XV de France solide en conquête (5 ballons gagnés en touche) où Rémi Bonfils s’avance comme une parfaite doublure de Guilhem Guirado. Et Les selfies immortalisant la joie des joueurs, et du staff, à l’issue du match légendent peut-être une nouvelle ère qui sortira le rugby français de sa torpeur.

Contenus sponsorisés
0
0