Icon Sport

XV DE FRANCE - Danty et Bézy, les grosses victimes de cette tournée d'été ?

Bézy et Danty, les grosses victimes de cette tournée d'été ?

Le 27/06/2016 à 17:47Mis à jour Le 28/06/2016 à 17:28

XV DE FRANCE - Parmi les novices de Novès, Serin, Bonfils, Le Devedec et Gourdon ont su saisir leur chance en Argentine. Il n'est pas impossible qu'on les revoit en Bleu. Danty a lui déçu alors que Bézy pourrait bien être victime de l'explosion de Serin. Tour d'horizon.

Première ligne : Bonfils a tiré son épingle du jeu

Parmi les grands vainqueurs de cette tournée d'été, mettons en avant Rémi Bonfils. La saison de son club - et la sienne par ailleurs - ont été décevantes mais le talonneur du Stade français s'est clairement montré à son avantage lors des deux rencontres. Il a prouvé qu'il était complet, affichant une belle tenue en mêlée, une superbe efficacité en touche (21 lancers réussis sur 22), une bonnne activité en défense et dans le jeu courant. En a profité aussi pour inscrire son premier essai en Bleu. Si Maynadier a connu les joies d'une première cape, Bonfils a lui l'étoffe pour être revu en sélection. Sachant que Camille Chat n'est pas un titulaire en puissance au Racing, le Parisien serait crédible en doublure de Guilhem Guirado.

Chez les piliers, rien de neuf sous le soleil. Atonio et Slimani sont les deux meilleurs piliers droits de l'Hexagone et Poirot, à son avantage malgré le carton jaune récolté lors du premier match, fait partie des solutions privilégiées au poste de pilier gauche avec Eddy Ben Arous. Lucas Pointud n'a pas forcément tapé dans l'oeil des coaches avec un faible temps de jeu.

Le temps de jeu de la 1re ligne du XV de France

Deuxième ligne : Le Devedec saisit sa chance à 30 ans

Avec la fin de carrière internationale de Pascal Papé, Guy Novès et son staff ont besoin de trouver le complément à l'indéboulonnable Yoann Maestri. Soyons honnête : Julien Le Devedec a séduit. Le meilleur preneur de balle en touche du Top 14 a fait parler sa science dans cet exercice et su saisir sa chance à 30 ans. Alors certes, il y a du monde en France avec Jedrasiak, Flanquart voire Le Roux ainsi que Vahaamahina et Taofifenua (deux énormes potentiels mais des attitudes jugées trop dilettantes), le Bordelais mériterait d'être revu. Pour l'Agenais William Demotte, qui a joué l'intégralité du premier test contre l'Argentine, l'aventure pourrait bien s'arrêter là en raison de cette forte concurrence. Sans avoir démérité.

Le temps de jeu des 2e ligne du XV de France

Troisième ligne : Goujon s'installe, Gourdon s'invite

Une seule fois titulaire lors du dernier Tournoi des 6 nations, Loann Goujon est l'un des deux seuls joueurs à avoir disputé les deux tests en intégralité. En touche, il a été très intéressant notamment sur le contre ainsi qu'en défense (15/16). Il devrait prolonger son bail chez les Bleus à un poste où la concurrence est la plus forte (Chouly, Lauret, Burban, Camara voire Lapandry, Madaule et Gérondeau) mais où personne ne s'installe vraiment depuis la prise de fonction de Guy Novès. Autre bonne surprise : Kevin Gourdon. Le Rochelais, appelé dans le groupe pour le Tournoi mais jamais aligné, a étonné de par son dynamisme dans les duels et son activité en général. En voilà un autre qui va faire cogiter le staff des Bleus.

Louis Picamoles, lui, s'il fallait encore le démontrer, a prouvé qu'il était le meilleur numéro 8 français. Niveau puissance, il n'y a pas mieux. S'il arrive à gommer son déchet technique, il pourrait clairement faire des ravages. Blessé lors du premier test, Raphaël Lakafia a laissé filer sa chance. Dommage pour lui, ses prestations depuis un an et demi étaient excellentes. Et en y regardant de plus près, on se dit que le staff des Bleus serait peut-être tenté d'aligner trois profils de n°8 en troisième ligne...

Le temps de jeu de la 3e ligne du XV de France

Charnière : Epoustouflant Serin !

LE joueur de cette tournée, c'est Baptiste Serin. C'est bien simple : le Bordelais a été élu deux fois homme du match. Il n'a jamais été impressionné de faire ses premiers pas en Bleu, faisant preuve d'un culot monstre et demeurant quasi parfait dans son animation. Il a relégué au second plan Sébastien Bézy, qui a dû se nourrir de quelques miettes. Le Toulousain pourrait être indirectement l'une des grandes victimes de cette tournée. Machenaud a terminé le dernier Tournoi en étant l'option n°1 et Serin apparait désormais comme une sacrée solution à la mêlée.

A l'ouverture, Plisson a encore déçu. A chaque fois qu'il est titulaire, le Parisien n'arrive pas à s'imposer. Sa chance : que François Trinh-Duc en fasse de même. Les deux se sont partagés le temps de jeu en Argentine sans pour autant s'affirmer. Petit avantage toutefois pour FTD.

Le temps de jeu de la charnière du XV de France

Centre : Danty déçoit

Avec 124 minutes disputées, Julien Rey est le centre qui a joué le plus en Argentine. Mais pas sûr que cela soit suffisant pour gagner sa place durablement au sein du XV de France. Il a semblé un peu juste pour le haut niveau. Jonathan Danty, lui, a perdu du crédit. Le Parisien ne fait plus la différence comme la saison précédente et il est vraiment sur la pente descendante. Si Gaël Fickou est une valeur sûre, Rémi Lamerat a gagné quelques points en étant cohérent et performant lors de la victoire 0-27 à Tucuman. Il pourrait bien désormais devancer Danty.

Le temps de jeu des centres du XV de France

Ailier-Arrière : Bonneval a joué... mais peu convaincu

Autre élément à avoir disputé les deux matches en intégralité : Hugo Bonneval. A l'arrière lors de la première rencontre puis aligné sur l'aile droite pour la seconde, le Parisien n'a que peu convaincu. Fébrile à l'arrière avec notamment un déchet criant, il a sauvé quelque peu les apparences en marquant un essai lors du succès 0-27. Celui qui a retrouvé le sourire, c'est Maxime Médard. Titulaire en n°15 lors du second test, le Toulousain a affiché son niveau de club avec des relances incisives et plusieurs franchissements. Djibril Camara fait partie des outsiders au poste d'ailier alors qu'il n'est pas certain qu'on revoit Xavier Mignot, plutôt neutre lors de sa seule apparition.

Le temps de jeu des ailiers-arrières du XV de France
Contenus sponsorisés
0
0