Icon Sport

"L'Angleterre n'est jamais aussi forte que lorsqu'elle est agressive, dure au mal et détestée"

"L'Angleterre n'est jamais aussi forte que lorsqu'elle est agressive, dure au mal et détestée"

Le 26/07/2016 à 12:13

INTERNATIONAL - Arrivé au chevet du XV de la Rose après une Coupe du monde catastrophique, Eddie Jones a redonné des couleurs au rugby anglais. Grand vainqueur du Tournoi 6 nations et de la tournée en Australie, le manager des Anglais en veut encore plus.

Éliminée dès le premier tour de la Coupe du monde 2015, l'Angleterre a vécu la plus grande humiliation de son histoire devant son public. Stuart Lancaster limogé, c'est Eddie Jones qui a repris le flambeau d'une équipe meurtrie psychologiquement.

" J'ai jeté un oeil dans le réservoir, c'était plein jusqu'à la gueule"

Plus qu'une reprise en main, le technicien australien a lancé une véritable thérapie afin de sauver une sélection qui possédait tout de même des bases solides, faisant dire à Eddie Jones que son incroyable bilan en à peine 6 mois n'est pas uniquement le fruit de son travail. "Quand j'ai pris le XV de la Rose, cette équipe sortait d'un vrai cauchemar. J'ai alors jeté un oeil dans le réservoir. C'était plein jusqu'à la gueule. Il y avait du talent à ne plus savoir quoi en faire. Je n'avais pas le droit d'échouer", raconte t-il avec modestie dans les colonnes du Midi Olympique ce lundi.

Eddie Jones

Eddie JonesIcon Sport

Pourtant, la pression était grande mais Eddie Jones avoue qu'il était impossible de refuser une telle proposition : "A mon sens, il y a cinq jobs de rêve dans la vie d'un homme : être sélectionneur de l'Australie, de l'Afrique du Sud de l'Angleterre, de la Nouvelle-Zélande ou de la France. Je ne pouvais refuser".

" Nous sommes encore à des kilomètres des All Blacks"

Déjà vainqueur du Tournoi des 6 nations 2016 et toujours invaincu depuis sa prise de fonctions, Eddie Jones a de grandes ambitions pour le XV de la Rose : "Je ne parle jamais de titre mondial. Je veux faire de l'Angleterre l'équipe de la planète", confie t-il avec assurance.

George Ford et Eddie Jones (Angleterre)

George Ford et Eddie Jones (Angleterre)Icon Sport

Et pour arriver sur le toit du monde, Jones a un plan bien précis, dont la première des directions est celle des terrains d'entraînement : "Il ne faut jamais relâcher la pression, jamais lever le pied de la pédale. Quand on respire, on devient faible... Je veux que nous soyons les numéros 1 et ce n'est pas encore le cas. Nous sommes encore à des kilomètres des All Blacks", constate Eddie Jones.

" Tu ne veux pas aller en tournée ? Reste chez toi et mange de la télé réalité ! "

Quoi qu'il en soit, le manager australien a décidé de ne pas faire de cadeau à ses joueurs : "Je veux pouvoir compter sur des mecs frais, des mecs prêts. Tu es fatigué ? Tu ne veux pas aller en tournée ? Reste chez toi et mange de la télé réalité ! Achète-toi un maillot et va bronzer au Portugal ! En sélection, je veux compter sur des mecs qui pourraient crever pour le pays".

Eddie Jones veut des joueurs motivés

Eddie Jones veut des joueurs motivésIcon Sport

Et Eddie Jones pousse la réflexion à vouloir faire de ses hommes, des joueurs hors-normes : "Je veux que les internationaux anglais soient différents. Si un extraterrestre débarque un jour sur terre, je veux qu'il puisse se dire : 'Eux sont des êtres humains et eux sont des internationaux anglais'".

" Le monde du rugby a besoin d'une France forte et d'une Angleterre qui gagne"

Méthode spartiate et discours enflammé font partie des outils d'Eddie Jones qui déclare que "l'Angleterre n'est jamais aussi forte que lorsqu'elle est agressive, dure au mal et détestée". Sur la voie du succès, l'Australien n'oublie pas de saluer l'énorme travail de son prédécesseur : "Stuart (Lancaster) a posé des fondations remarquables", reconnait t-il dans le Midol.

Stuart Lancaster

Stuart Lancaster Icon Sport

Si le XV de la Rose a retrouvé de sa superbe, l'ancien première ligne espère également que les Bleus retrouveront leur place dans les plus hautes places de l'échiquier mondial. Sa raison ? "Le monde du rugby a besoin d'une France forte et d'une Angleterre qui gagne". Voilà qui a le mérite d'être clair.

" En France, 50 % des joueurs du Top 14 sont sélectionnables..."

Mais Eddie Jones ne manque pas de souligner la rivalité historique qui lie les deux équipes. Tout d'abord lors de l'évocation de Marc Dal Maso, qu'il n'a jamais songé appeler pour l'épauler en sélection anglaise et avec qui il a travaillé dans le staff du Japon lors du Mondial 2015 : "Un Français ? Ici ? Vous rêvez ! (rires)".

Marc Dal Maso durant la Coupe du monde alors qu'il faisait partie du staff japonais

Marc Dal Maso durant la Coupe du monde alors qu'il faisait partie du staff japonais AFP

Puis en lançant une petite pique sur le rugby français : "Notre système est sain: 75 % des joueurs évoluant en Premiership sont aujourd'hui éligibles pour l'équipe d'Angleterre. En France, 50 % des joueurs du Top 14 sont sélectionnables...".

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0