Icon Sport

XV de France - Pascal Papé: "Ça commence vraiment à me gonfler"

Papé: "Ça commence vraiment à me gonfler"

Le 23/11/2014 à 10:36Mis à jour Le 23/11/2014 à 10:39

Extrêmement frustré à l’issue de la défaite du XV de France face aux Pumas (13-18), Pascal Papé (34 ans, 58 sélections) regrettait le relâchement des Bleus. Le deuxième ligne tricolore n’a pas caché son agacement sur ce mal bien français…

On vous sent agacé par la physionomie du match…

Pascal PAPE: Je suis surtout déçu parce qu’on s’attendait à ce scénario-là. On a trainé notre première demi-heure tout le match contre des Argentins opportunistes qui ont été super efficaces.

Patrice Lagisquet nous a confié que l’entraînement du Capitaine, vendredi, avait laissé apparaître certains signes de décontraction… 

P.P: Il y a des matchs où toute la semaine on prévient le groupe. Avec notre petite expérience avec Thierry (Dusautoir), on a senti un relâchement par rapport au beau match de la semaine dernière. Et ce qui me gonfle, c’est qu’à chaque fois on y a droit. C’est un vraiment un mal français. C’est tout le temps. Ça commence vraiment à me gonfler (insistant). Même prévenu, on arrive à manquer notre début de match. C’est rageant. On n’y était pas. On a subi tous les impacts sans être en place défensivement.

Il était déjà trop tard en seconde période ?

P.P: Quand on voit ce que l’on fait, avec le cœur… On s’est bougés et c’est ça qui fait chier (sic). Après, il ne faut pas tout mettre à la poubelle. Mais aujourd’hui, on pouvait vraiment valider une évolution dans cette équipe et on ne le fait pas. Malgré tout, et c’est ce qui est frustrant, c’est qu’on aurait pu l’emporter. Mais je le répète, pendant trente minutes, on n’était pas là. On ne mérite pas.

" Il faut lever les yeux et être réaliste"

Avez-vous poussé un coup de gueule à la mi-temps ?

P.P: Bien sûr, on s’est dit un peu les choses. On ne voulait pas lâcher. On a essayé de le faire au mental. Ce n’était pas loin. Au très haut niveau, c’est compliqué de revenir avec quinze points de retard. Il ne faut pas tout mettre à la poubelle non plus mais ce capital confiance que l’on voulait se mettre en plus, il est un peu entamé. Encore une fois, on va remonter les manches et mettre les mains dans le cambouis pour continuer à travailler pour ce Tournoi des 6 Nations. Il faut se servir de cet échec qui fait vraiment mal au cul (sic) pour continuer à grandir.

Cette défaite est-elle avant tout mentale ou y avait-il également de la fatigue ?

P.P: Attendez, les Argentins, eux, sortent du Rugby Championship ! Et quand on voit comment on finit, je ne pense pas que ce soit qu’une question de physique. On n’a pas été bons sur l’entame où on ne met pas les impacts qu’il faut. On n’est pas en place en défense à l’image de la première action. Il y a 3-0 après 30 secondes de jeu. Ça a donné le tempo de la première mi-temps.

" Avec cette équipe, on n'a pas de marge de manoeuvre"

Avez-vous été perturbé par leurs provocations ?

P.P: On connaît les Argentins : ils sont cons et ils aiment bien ça. Malgré tout, il ne faut pas baisser les yeux. Il y a eu des embrouilles à la mi-temps. Ça a été un peu d’intimidation. C’était un match de rugby engagé mais correct. Ça m’embête parce que cette équipe ne méritait pas de prendre une claque comme ça. Mais ça va nous servir d’expérience. J’espère qu’on ne la reproduira pas celle là.

Cette défaite efface-t-elle les bonnes choses entrevues lors des deux premiers matches ?

P.P: Franchement, il y a eu de l’investissement de chacun avec un groupe qui essaye de faire de son mieux. C’est un petit coup d’arrêt mais ça fait suffisamment de temps que l’on mange notre pain noir. Il faut continuer. Mais avec cette équipe, on n’a pas de marge de manœuvre. On ne peut pas se reposer sur un match. Ce n’était pas le même visage de l’équipe de France et c’est ennuyant. Mais cette équipe a un bel avenir si elle le décide. Il faut arrêter de dire qu’elle est nulle. Il faut lever les yeux et être réaliste.

Contenus sponsorisés
0
0