Icon Sport

France-Australie - Bulletin de notes: Le Roux et Dusautoir au top, Spedding a tout raté

Bulletin de notes: Dusautoir et Le Roux au top, Spedding a tout raté

Le 16/11/2014 à 12:54Mis à jour Le 16/11/2014 à 13:19

Incroyables en défense, Bernard Le Roux et Thierry Dusautoir ont été tonitruants face à l'Australie. Au contraire de l'arrière Scott Spedding. Nos notes.

Ils ont brillé

Les Bleus ont excellé en défense. Et à ce petit jeu-là, les deux flankers tricolores, Bernard Le Roux et Thierry Dusautoir, se sont régalés. 15/16 au plaquage pour le premier nommé, 12/12 pour le second, auteur également d’un excellent contest en début de rencontre et d’un plaquage décisif sur la dernière offensive des Australiens. A noter qu’aucun des deux n’a été pénalisés. Une copie vraiment très propre. Autre élément à s’être distingué : Camille Lopez. Certains, un poil tatillons, peuvent pointer du doigt ses deux renvois directs en touche. Ce serait oublier son excellente animation en attaque, des prises de risque payantes comme sa diagonale (5e) pour Huget. Performant en défense (11/12) tout comme dans les tirs au but (6/7), le Clermontois a tout pour s’imposer sur la durée avec les Bleus. Enfin, les piliers Atonio et Chiocci et le talonneur Kayser ont effectué une excellente entrée, donnant du pep’s au pack tricolore et une meilleure assise en mêlée fermée. Atonio s’est même fendu de quelques charges bien senties. Kayser a réussi la batelle de dix plaquages en seulement trente minutes de présence sur le terrain.

Ils ont été au niveau

Bonne partition de Guilhem Guirado, dynamique et tranchant sur chacune de ses interventions. Précis sur ses lancers en touches, le talonneur toulonnais aurait pu figurer dans la catégorie "ils ont brillé" mais a commis quelques petites erreurs, comme deux plaquages ratés mais aussi un ballon bêtement perdu. L’attelage Maestri-Papé a abattu un travail considérable dans toutes les zones de combat. Beaucoup de sobriété chez pour le Parisien (12/12 au plaquage). Enorme d’envie et toujours aussi mobile, Maestri doit apprendre à maîtriser ses nerfs. Par deux fois, il aurait pu s’attirer les foudres de l’arbitre Nigel Owens. Principal preneur de balles en touche (4) et redoutable en défense (14/14), Damien Chouly a été pourtant trop peu influent sur le jeu. 0 mètre parcouru ballon en mains, c’est vraiment inhabituel pour un numéro 8 ! Teddy Thomas, lui, a marqué un essai de grande classe, prouvant son aisance en attaque (quatre défenseurs battus sur l’action !). Mais le reste de son match demeure plutôt médiocre: une touche stupidement concédée, deux ballons perdus et un mauvais positionnement sur l’essai d’Ashley-Cooper. Peu servi sur l’autre aile, Yoann Huget est resté propre, éliminant trois défenseurs, effectuant un franchissement et une passe après contact. A la mêlée, Sébastien Tillous-Borde a entamé tambours battants la partie, inscrivant le premier essai du match. Intéressant au ras des regroupements, il a toutefois manqué de vitesse dans ses sorties de balle. Alexandre Dumoulin, lui, a mis beaucoup d'impact sur ses interventions, notamment sur Folau. Une passe après contact et 15 mètres parcourus. Dommage qu'il ait dû céder sa place à la pause, touché à une cuisse. Quant à Mathieu Bastareaud, auteur d’une entrée canon avec deux charges monstrueuses (trois défenseurs battus), il est vite retombé en pression et a même écopé d’une pénalité.

Ils ont déçu

LA grosse déception de ce match, c’est Scott Spedding. L’arrière bayonnais, étincelant face aux Fidji, a quasiment tout raté contre l’Australie. Un dégagement contré dans la première minute et une grosse faillite en défense (4/7), notamment sur l’essai de Ashley Cooper (36e) et la percée de l’ailier australien (73e). Un match à oublier. Pour Wesley Fofana, c’est plus de la frustration. On connait son talent mais samedi, le centre français a été plutôt transparent. Quatre mètres seulement parcourus ballon en mains, deux plaquages ratés (5/7): ce n’est pas dans ses standards. En première ligne, Nicolas Mas a semblé rapidement dans le rouge. Pas forcément à l’aise en mêlée et remplacé à la pause. Gros défenseur (11), Alexandre Ménini a subi aussi en mêlée face à Kepu et surtout écopé de nombreuses pénalités (4). Au niveau international, c’est bien trop !

Scott Spedding, l'arrière du XV de France, face à l'Australie - 15 novembre 2014

Scott Spedding, l'arrière du XV de France, face à l'Australie - 15 novembre 2014Eurosport

Contenus sponsorisés
0
0