Icon Sport

France-Argentine (13-18), l'antisèche - Des promesses... et puis patatras

Des promesses... et puis patatras
Par Rugbyrama

Le 22/11/2014 à 23:40Mis à jour Le 23/11/2014 à 00:13

Le XV de France n'a pas su confirmer ses deux premiers succès de novembre en montrant moins de mordant contre l'Argentine (13-18). Notre antisèche.

Le jeu : L’Argentine a remporté les duels

Avec les Argentins, on sait à quoi s’attendre: un combat énorme et un jeu plutôt fermé. Saint-André avait décidé d’alourdir son pack pour rivaliser avec la puissance des Pumas. Et pourtant, durant une heure, la majorité des duels fut remportée par les homes de Hourcade. Agressifs dans les rucks et montant très vite en défense, les Pumas ont pris à la gorge des Tricolores dominés sur les impacts. Même Bastareaud, entré en jeu pour faire la différence, a reculé. C’est dire. Un jeu assez fermé au sein duquel les Argentins se régalent. Et quand ils ajoutent un réalisme glacial, cela donne la victoire de ce samedi (13-18). Celle-ci apparait comme méritée, notamment au vue de l’incroyable solidarité défensive en toute fin de partie où ils n’ont pas craqué devant les assauts français.

Les joueurs : Le Roux s’est démené, le 5 de devant a déçu

A son avantage face à l’Australie, Bernard Le Roux a continué sur sa lancée, se proposant énormément dans le jeu. Avec plus ou moins de réussite. Mais il a eu le mérite d’essayer (11 courses, 1 défenseur battu). Le Racingman fut aussi propre en défense (8/8). Wesley Fofana, lui, a très bien réagi. Un essai et huit défenseurs battus. A la mêlée, Sébastien Tillous-Borde fut en revanche bien trop neutre et n’a jamais pesé sur les débats. Le secteur qui a failli: le cinq de devant. Chiocci est sorti avant la pause, Mas n’a pas passé la pause. Un réel désaveu pour les deux piliers. Papé est apparu trop nerveux alors que Vahaamahina a semblé sur courant alternatif.

Côté argentin, énorme partition de Creevy, royal dans les zones de rucks. Isa et Desio ont abattu un travail considérable. Hernandez a eu des gestes de grande classe et claqué un drop magnifique. Sanchez, lui, a été l’un des grands artisans du succès argentin avec quinze points au pied et notamment trois drops. Enfin, à noter les excellentes entrées de Lezana (trois défenseurs battus, 14/14 au plaquage) et Iglesias (53 mètres parcourus, 11/12 en défense).

L'altercation entre le Puma Agustin Creevy et les Français Yoann Huget et Wesley Fofana - France Argentine - 22 novembre 2014

L'altercation entre le Puma Agustin Creevy et les Français Yoann Huget et Wesley Fofana - France Argentine - 22 novembre 2014Icon Sport

Le tournant qui n’a pas eu lieu : Spedding sur le dos

Le sort d'un match ou d'une tournée, ça tient parfois à peu de choses. Ce samedi, le fameux "peu de choses", c'est un Scott Spedding qui se retrouve à plat ventre plutôt que sur le dos dans l'en-but argentin à la 83e minute. Sur un long temps fort des Bleus, l'arrière de Bayonne était lancé par Tales face à trois adversaires. Il essayait alors de faire parler sa puissance face aux derniers Pumas défendant leur ligne d'en-but comme si leur vie en dépendait. Quelques instants plus tard, le numéro 15 tricolore tombait dans la zone de vérité... mais du mauvais côté. De quoi enterrer les derniers espoirs du XV de France.

Le tweet connaisseur

Les trois drops claqués par l’ouvreur argentin Nicolas Sanchez en a surpris plus d’un. Et encore plus ceux qui se souviennent de son passage à Bordeaux-Bègles, comme notre confrère Nicolas Le Gardien. Les Toulonnais, eux, doivent déjà être impatients de voir ce joker médical réussir le même genre de performances d’ici la fin de saison.

La stat : 6

Comme en 2013, Philippe Saint-André termine son année civile avec un bilan comptable négatif. Ce samedi, les Bleus ont concédé leur sixième défaite en 2014, contre seulement cinq succès. A moins de dix mois du Mondial, le chantier pour Saint-André et son staff semble encore colossal...

La décla : Scott Spedding

" Très déçu de ne pas avoir marqué à la fin. Avec ce maillot, je voulais vraiment faire un trois sur trois. Je ne sais pas si j'aurai une opportunité de porter encore ce maillot. Je suis fier d'avoir eu la chance de jouer avec les Bleus"

Fabien POMIES et Clément MAZELLA

Contenus sponsorisés
0
0