Icon Sport

Que du bonheur ! Les Bleus font tomber les All Blacks, 12 ans après

Que du bonheur ! Les Bleus font tomber les All Blacks, 12 ans après

Le 20/11/2021 à 22:42Mis à jour Le 20/11/2021 à 23:10

TEST MATCH - Après 14 défaites de rang face à la Nouvelle-Zélande, le XV de France renoue avec le succès face aux All Blacks en s’imposant 40 à 25 au Stade de France, ce qui est aussi synonyme de la plus large victoire face aux Néo-Zélandais. Historique.

Quel plaisir immense ! Les émotions sont nombreuses et fortes au coup de sifflet final, au moment où Melvyn Jaminet passe une ultime pénalité après la sirène (80e+1) pour venir atteindre la mythique barre des 40 points, quelques instants après un grattage de Dylan Cretin qui avait déjà laissé présager la magnifique issue finale. Car les Bleus ont certes décroché un troisième succès en trois matchs dans cette Tournée d’Automne, mais cette génération que tout le rugby français espère voir briller tient là – enfin – sa victoire référence.

Pour aller la chercher, les hommes de Fabien Galthié ont livré une prestation où courage et déterminations ont été les mots d’ordre, ainsi que le jeu. Car ce qui a permis à ces Français de l’emporter pour la première fois depuis juin 2009 face à la Nouvelle-Zélande, c’est le fait d’avoir évoluer sans complexe, avec folie parfois et surtout en faisant preuve d’un courage énorme quand il a fallu faire face au réveil des All Blacks. Car d’une avance de 24 à 6 à la mi-temps, on est retombé à un écart de seulement 2 points à l’heure de jeu (60e, 27-25).

7 essais au total, et un doublé pour Peato Mauvaka

Tout un pays espérait de ce rendez-vous un signal fort de progression, et donc un succès marquant, et la réponse d’une envie certaine des joueurs arrive rapidement, dès ce premier essai de Peato Mauvaka sur ballon porté (3e). Puis la folie s’empare du Stade de France, quand Romain Ntamack – tranchant pour son retour comme titulaire à l’ouverture – vient crocheter la défense suite à un mouvement collectif d’ampleur (12e). Un premier break, alors que les All Blacks étaient presque méconnaissables, à l’image d’un Jordie Barrett dépassé, bien qu’auteur de 6 points sur deux pénalités (7e et 10e). Mais il s’agissait bien des seuls points néo-zélandais d’un premier acte quasiment parfait du XV de France, seulement chahuté en touche, mais en mesure de marquer un troisième essai grâce au doublé de Mauvaka, encore sur ballon porté et surtout en ayant fait le choix d’une pénaltouche (32e).

Le sursaut d’orgueil redouté et presque logique des triples Champions du Monde intervient dès le retour des vestiaires, comme un signal de rappel quant à la nécessité de tenir le match parfait sur 80 minutes pour réussir l’exploit… Un Jordie Barrett en rédemption sur un côté fermé en sortie de ruck (47e), puis Rieko Ioane d’un contre fou sur plus de 50m après une prise d’intervalle (51e), relancent complètement le suspens. Et c’est là que le calme et la justesse d’un Melvyn Jaminet fait la différence pour scorer des pénalités précieuses (100%, 8 sur 8), quand le danger est plus que perceptible. Ardie Savea trouvr une fois de plus la faille après un porté (59e), et la pression est énorme à l’heure de jeu. Mais le troisième ligne écope ensuite d’un carton jaune pour une faute d’antijeu devant son en-but (63e) et quelques instants plus tard Damian Penaud surgit pour une interception décisive (68e). La libération.

L’apport des "finisseurs" a notamment permis à cette équipe de France de tenir malgré un peu plus de ving minutes difficiles après la pause, et donc de l’emporter à Saint-Denis dans un match qui fera date pour le rugby français, à deux ans d’une Coupe du Monde en France.

Contenus sponsorisés