Icon Sport

Symposium médical : 8 projets (dont un révolutionnaire) à l’étude pour la sécurité des joueurs

Symposium médical : 8 projets (dont un révolutionnaire) à l’étude pour la sécurité des joueurs

Le 20/03/2019 à 09:50Mis à jour Le 20/03/2019 à 11:16

World Rugby organise cette semaine à Marcoussis un symposium médical pour la santé des joueurs. Plus qu’un simple audit, l’instance dirigeante du rugby mondial étudie actuellement 8 projets de modification des lois du jeu pour réduire le nombre de blessures, notamment sur commotions cérébrales.

L’enjeu était donc suffisamment important pour réunir à la fois Bill Beaumont et Brett Gosper, soit respectivement le président et le CEO de World Rugby. Les deux hommes les plus influents du rugby mondial assistent cette semaine à Marcoussis au symposium sur la sécurité et la protection des joueurs, où ont échangé sur ce thème des acteurs du jeu de tous bords, de Mario Ledesma à Conrad Smith en passant par Didier Retière et Serge Simon ou encore le journaliste Eric Bayle.

Ce qui en est ressorti ? Quelques chiffres bien-sûr, comme la diminution significative du nombre de joueurs commotionnés pendant un match et qui restent sur le terrain (de 53% en 2012 à 8% aujourd’hui), mais surtout un engagement, celui de réduire le nombre de blessures dans les années à venir, et l’assurance que huit projets de modification des lois du jeu seraient à l’étude à partir de la saison prochaine. Ils seront d’abord testés sur des compétitions amateurs et dans les catégories de jeunes.

Vers l’interdiction du plaquage à deux et l’abaissement de la zone de plaquage à la taille

Deux d’entre eux seront expérimentés la saison prochaine en France : l’interdiction du plaquage à deux et l’abaissement de la zone de plaquage à la taille. "On a pour l’instant le feu vert sur les compétitions amateurs (sans pour autant définir si cela ira jusqu’à la Fédérale 1, ndlr) et chez les jeunes, informe le DTN Didier Retière. On essaie de l’avoir également pour les Espoirs car cela nous permettrait également de mesurer les effets sur des joueurs qui s’entraînent beaucoup, dans une compétition plus relevée".

Coupe du Monde 2015 - Deux Français plaquent un Irlandais

Coupe du Monde 2015 - Deux Français plaquent un IrlandaisIcon Sport

Les sanctions seront également systématiques et sans interprétation possible pour dissuader ce type de geste : "À titre d’exemple, sur le plaquage à deux subi par Rémy Grosso en Nouvelle-Zélande cet été, avec la nouvelle donne, cela aurait été carton rouge et carton jaune pour les deux All Blacks" poursuit Retière. Moins enthousiaste, Brett Gosper affirme que cette réglementation du plaquage à deux est "la plus compliquée à mettre en place des huit pistes mais il sera intéressant de voir ce que cela donne".

Une révolution en préparation ?

Concernant le carton bleu, en vigueur depuis cette année chez les amateurs et les jeunes lorsqu’il y a suspicion de commotion cérébrale, les consignes iront plus loin puisqu’un joueur mineur devra sortir définitivement du terrain, et ce de façon systématique, et observer 18 jours de repos, 21 si la commotion est confirmée, puis 42 jours en cas de deuxième commotion et 180 pour une troisième (un délai divisé par deux pour les joueurs majeurs).

World Rugby est resté plus évasif sur les autres projets à l’étude mais un a fuité et ferait l’effet d’une bombe. Dans le détail, lorsqu’un joueur ayant le ballon entre ses 22 mètres et la ligne médiane trouverait une touche indirecte dans le camp adverse, son équipe bénéficierait alors de la remise en jeu. L’objectif ? Obliger les équipes à mettre plus de joueurs dans le second et troisième rideau et ainsi favoriser les espaces sur le terrain, diminuant mécaniquement le nombre de plaquages et donc le risque d’accidents. Ce qui changerait quand même beaucoup de choses en matière d’approche stratégique et de l’idée qu’on se fait du rugby.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0