Icon Sport

Barrett remis d'un choc à la tête mais au repos par précaution

Barrett remis d'un choc à la tête mais au repos par précaution
Par AFP

Le 28/03/2022 à 10:55Mis à jour

SUPER RUGBY - L'ouvreur et superstar des All Blacks Beauden Barrett a été victime d'un choc à la tête lors de la victoire des siens face aux Highlanders (32-25) samedi dernier. Déjà sujet à des épisodes de commotions, il sera mis au repos pendant deux matchs.

L'ouvreur néo-zélandais Beauden Barrett est remis du choc à la tête subi samedi avec les Auckland Blues contre les Otago Highlanders en Super Rugby mais sera laissé au repos par précaution pour les deux prochains matches de son club, a indiqué lundi son entraîneur.

"Il y a toujours du souci à se faire avec quelqu'un qui subit un choc à la tête. (Mais) à part un visage abîmé, il s'en sort plutôt bien", a déclaré à la presse l'entraîneur des Blues Leon MacDonald, à propos de la superstar des All Blacks avec lesquels il a été sélectionné 101 fois et a été sacré champion du monde en 2015.

"Les premiers signes sont positifs. Il n'a pas de symptômes avérés de commotion cérébrale", a ajouté le coach, qui va mettre néanmoins son joueur au repos, "pour (s')assurer qu'il se sent vraiment bien".

Barrett, touché à la tête et saignant abondamment du nez, avait dû quitter le terrain au début de la deuxième période de la rencontre face aux Highlanders, à Dunedin, après un choc avec le centre Fetuli Paea.

Après avoir passé un protocole commotion, il n'avait pas été autorisé à reprendre le match, remporté 32-25 par son équipe.

"Nous veillons au bien-être de nos joueurs. Nous voulons qu'il accomplisse une longue carrière, pas seulement qu'il joue la semaine prochaine", a encore déclaré MacDonald.

Selon le règlement en matière de commotion, un joueur doit observer une période de repos d'au moins dix jours. Beauden Barrett, sera absent contre Moana Pasifika mardi (match en retard de la 1re journée du Super Rugby) et samedi (7e journée).

Celui qui a été élu meilleur joueur du monde en 2016 et 2017 avait déjà subi une commotion cérébrale lors d'un test-match contre l'Irlande en novembre. Souffrant de maux de tête au début de l'année, il avait même craint de devoir mettre un terme à sa carrière.

Contenus sponsorisés