Icon Sport

Jaguares : saison de transition pour l'antichambre Pumas

Jaguares : saison de transition pour l'antichambre Pumas
Par Rugbyrama

Le 29/01/2020 à 14:40Mis à jour Le 30/01/2020 à 11:45

SUPER RUGBY - Le Super Rugby, championnat des provinces de l'hémisphère Sud, fait son grand retour le 31 janvier. Jusqu'au mois de juin, 15 équipes vont s'affronter pour tenter de succèder aux Crusaders, champions en titre. À cette occasion, Rugbyrama vous propose de découvrir les franchises engagées, une par une. C'est au tour de la franchise argentine des Jaguares.

L'effectif :

Piliers : Javier Diaz, Santiago Medrano, Joel Sclavi, Lucio Sordoni, Nahuel Tetaz Chaparro, Mayco Vivas, Juan Pablo Zeiss

Talonneurs : Agustin Creevy, Julian Montoya, Santiago Socino

Deuxièmes lignes : Matias Alemanno, Ignacio Calas*, Lucas Paulo, Guido Petti Pagadizabal.

Troisièmes lignes : Rodrigo Bruni, Francisco Gorrissen, Santiago Grondona*, Marcos Kremer, Tomas Lezana, Santiago Montagner, Javier Ortega Desio, Bautista Pedemonte*.

Demis de mêlée : Gonzalo Betranou, Tomas Cubelli, Felipe Ezcurra.

Demis d'ouverture : Tomas Albornoz*, Joaquin Diaz Bonilla, Domingo Miotti.

Centres : Santiago Carreras, Juan Pablo Castro, Santiago Chocobares, Jeronimo De La Fuente, Lucas Mensa*, Matias Orlando.

Ailiers : Sebastian Cancelliere, Mateo Carreras*, Bautista Delguy, Juan Cruz Mallia.

Arrières : Emiliano Boffeli, Joaquin Tuculet.

*joueurs arrivés cette saison.

La star : Julian Montoya, l’avènement

Augustin Creevy, joueur le plus capé de l’histoire des Pumas, arrive sur sa trente-cinquième année et par conséquent sur une pente descendente de sa carrière. Mais pas de souci pour les Jaguares, la relève est arrivée à maturité en la personne de Julian Montoya.

Déja la saison dernière, il avait passé plus de temps sur la pelouse que son aîné (806 minutes contre 662). Idem pour le Mondial japonais où le jeune costaud avait joué trois matchs contre un seul pour celui qui a le plus porté le brassard de capitaine sous le maillot ciel et blanc. Cette saison devrait donc être celle du passage de relais définitif, le temps de l’avènement pour Montoya.

INTERNATIONAL - Julian Montoya (Argentine) laisse exploser sa joie face à la France

INTERNATIONAL - Julian Montoya (Argentine) laisse exploser sa joie face à la FranceIcon Sport

La recrue : Lucas Mensa, illogique ascension

C'est un homme au parcours pour le moins atypique que celui de l’ancien centre de Pucara, club d’URBA Top 14, championnat argentin et passé également à l'ASM Clermont. A 23 ans, le Portègne va connaître son premier club professionnel cette saison après sa signature dans la franchise. Si la marche semble grande pour un quidam, Mensa est lui bien préparé.

Le passage brutal, il l'a déja connu avec les Pumas avant de jouer dans la crème de l'Hémisphère Sud. Sa première sélection remonte au 17 aout dernier, face aux Sud-africains alors qu'il évoluait dans un club considéré comme non-professionnel. A lui de s’imposer désormais aux côtés de joueurs expérimentés et de s'installer de son nouveau club.

INTERNATIONAL - Lucas Mensa (Argentine) le poing rageur

INTERNATIONAL - Lucas Mensa (Argentine) le poing rageurIcon Sport

L'objectif : mieux que finaliste ?

On peut toujours faire mieux la saison d’après, c’est certain. Mais le défi est amplement plus difficile lorsque l’on échoue à une marche du Graal la saison précédente. Les Jaguares avaient battu les Chiefs en quart, les Brumbies en demi avant de s’incliner contre les Crusaders en finale. Avec un parcours solide, la franchise argentine a montré qu’elle avait de la ressource. La réédition de cette performance sera compliqué alors que les cadres de cette équipe ont quitté le navire.

La raison officieuse : l'absence de compétition internationale majeure dans les prochaines années. Les départs de Matera, Sanchez, Moyano vers le Top 14 ou encore Lavanini et Landajo en Premiership vont avoir un impact inévitable sur la saison qui va démarrer. Pour autant, le renouvellement d'un effectif peut être bénéfique si les anciens tirent les arrivants vers le haut. Cependant le départ de cadres tels que ceux précedemment cités est forcément une perte d'expérience compliqué à combler. La grinta et la densité sud-américaine suffira-t-elle pour faire mieux qu'une finale de championnat ? Pas si évident.

Par Tristan Failler

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés