Icon Sport

Les Crusaders entrent en piste

Les Crusaders entrent en piste
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 20/06/2020 à 09:02Mis à jour Le 20/06/2020 à 09:09

SUPER RUGBY AOTEAROA - Rois incontestés du Sud depuis trois saisons, les hommes de Christchurch étaient exempts du premier tour. Ce week-end, ils font leur retour.

Bien avant l’arrivée de Scott Robertson à leur tête (2017), les Crusaders étaient déjà, de loin, ce qu’il se fait de mieux sur la planète rugby. Sept titres de Super Rugby, loin devant les Blues (Auckland) et les Bulls (Pretoria), assis sur trois titres chacun. La dernière parenthèse n’aura donc fait qu’accroître cette nette domination : vainqueurs des trois dernières éditions de la compétition, les coéquipiers de Richie Mo’unga semblaient hors de portée de la concurrence. Et cette année, alors ? Pas de surprise. Avant l’interruption de l’édition 2020, les Crusaders trônaient en tête de la conférence néo-zélandaise, évidemment la plus relevée, avec cinq victoires pour une seule défaite.

Leur rêve de quadruplé, unique dans l’histoire de la compétition, devra donc patienter. Le coronavirus est passé par là. En attendant, les hommes de Scott Robertson reprendront le chemin des terrains ce week-end, après trois mois d’interruption. Ils iront défier les Hurricanes chez eux, dans leur anneau du Sky Stadium, à Wellington.

"Aucun arbitre ne souhaite siffler trente pénalités par match"

Feront-ils perdurer leur hégémonie ? Le format du Super Rugby Aotearoa, au niveau beaucoup plus homogène et élevé, regroupé autour des seules provinces néo-zélandaises, s’annonce comme un challenge supplémentaire à relever. "Il va aussi falloir nous adapter au plus vite aux nouvelles règles, au risque de se retrouver très vite en retard sur les autres équipes", prévient également l’ailier des All Blacks, Sevu Reece. "Ces nouvelles règles ont été très vite décidées et mises en application. Désormais, toutes les équipes sont dans une course contre-la-montre pour s’adapter", confirme Mike Anthony, directeur de la performance du rugby néo-zélandais, également ancien entraîneur des Crusaders. "Jusqu’ici, lors de la première journée, nous avons vu les arbitres donner une trentaine de pénalités lors de chaque rencontre. Il faudra voir si cela perdure… Aucun arbitre ne souhaite siffler trente pénalités par match."

Israel Dagg : "Une Ferrari derrière et une Rolls Royce devant"

Comment l’éviter, ? Observateurs attentifs de la première journée, les Crusaders ont déjà leur petite idée. Il s’agit, notamment, d’accélérer les phases de ruck où se concentrent les nouvelles règles et où les pénalités pleuvent. Andrew Goodman, entraîneur-adjoint, développe : "Le porteur de balle doit absolument gagner la ligne d’avantage. Il faut dominer les points d’impact pour faciliter la vie des soutiens, c’est encore plus vrai qu’avant. Ce sera même l’enjeu central, selon nous." Avec un ADN de jeu intact. Goodman l’assure. "En fait, les adaptations sont à la marge : mieux entrer dans les rucks par la porte, bien veiller à rester sur ses appuis, s’attacher à vite sortir de la zone plaqueur-plaqué. Toutes ces choses existaient déjà auparavant. On voit simplement qu’elles sont surveillées d’un peu plus près. Mais ce n’est pas de nature à modifier profondément notre rugby. Nous souhaitons toujours déplacer le ballon, le faire vivre. à ce sujet, il n’y aura pas de changement."

S’ils réussissent leur petite mue, les Crusaders s’avanceront logiquement dans la peau des favoris, dans ce Super Rugby Aotearoa. L’équipe à battre, avec une pointe de rivalité : "C’est toujours l’équipe à battre, oui, et cela peut prendre des proportions assez émotionnelles. Tout le monde déteste les Crusaders" jure Israel Dagg, ancien arrière de la franchise de Christchurch et champion du monde all black (2011). "Tout le monde veut battre le favori et en Nouvelle-Zélande, les favoris, ce sont toujours les Crusaders. Pourtant, je crois que ces derniers vont encore l’emporter. Ils ont une Ferrari derrière et une Rolls Royce devant. Ils ont tout ce qu’il faut pour finir triompher. Encore une fois."

Super Rugby - Les Crusaders une nouvelle fois champion du Super Rugby, cette fois en 2019

Super Rugby - Les Crusaders une nouvelle fois champion du Super Rugby, cette fois en 2019Icon Sport

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés