Icon Sport

Mostert, un Lion sur tous les fronts

Mostert, un Lion sur tous les fronts

Le 23/03/2018 à 09:29

Il devait être la recrue star du LOU en 2016 mais Franco Mostert avait renié ses engagements pour donner priorité aux Springboks. La méthode avait manqué d'élégance mais il n'a pas eu tort : le voilà joueur majeur des Boks, leader du Super Rugby avec les Lions et plus fort que jamais. Au Lou, les regrets.

C'était déjà frustrant sur la forme. En décembre 2015, le Lou obtient la signature sur un pré-contrat d'un espoir sud-africain : le deuxième ligne Franco Mostert aux 30 matches de Super rugby depuis ses débuts en 2014 avec les Lions après avoir fait ses classes avec les Bulls des U21 à la Vodacom Cup. Arrivée prévue le 1er novembre 2016 au terme de la Currie Cup pour ce joueur revenu de loin, un grave accident de voiture en 2013 qui l'avait laissé avec une fracture de la hanche.

Mais si un contrat a bien été officiellement enregistré par la LNR le 2 juillet 2016, Mostert n'est jamais venu. Une issue prévisible depuis l'été 2016 quand la fédération a commencé à faire pression sur le joueur néo-international afin qu'il poursuive sa carrière au pays. Et le début d'une affaire le 17 octobre 2016 quand le LOU a constaté que son joueur, loin de préparer ses valises pour la France, s'entraînait au Japon avec les Ricoh Black Rams. Frustrant parce que le Lou, dans son droit s'est lancé dans une bataille juridique contre World Rugby sans grand écho, ni soutien de la FFR malgré les manœuvre de la fédération sud-africaine pour bloquer son joueur en ne lui délivrant pas sa lettre de sortie. Et qu'en parallèle, Mostert convoqué à l'été 2017 au tribunal des prud'Hommes de Lyon ne s'est pas comme attendu présenté…

En 2018, l'amertume pourrait légitimement avoir pris encore davantage d'ampleur. Frustrant sur la forme, c'est devenu très frustrant sur le fond : Mostert (27 ans) qui était devenu international sud-africain après avoir paraphé son pré-contrat (18 sélections depuis ses débuts en juin 2016 contre l'Irlande) a encore changé de dimension ainsi qu'il le prouve en ce début de Super Rugby, qui voit cet infatigable nettoyeur (1,98m, 105kg) mettre en lumière à chaque sortie, le travail de l'ombre.

Franco Mostert - Emirates Lions

Franco Mostert - Emirates LionsEurosport

Affecté par un drame personnel, un grave accident de voiture en juillet 2017 qui a laissé paraplégique son frère aîné JP, deuxième ligne aussi, Franco n'en laisse rien transparaître.

C'est ainsi que ce passionné de golf a gagné sa place dans le dernier XV majeur de la compétition dévoilé par la Sanzar… en troisième ligne, aux côtés du numéro 8 des Reds, Caleb Timu et du flanker des Jaguares Pablo Matera.

Bakkie Botha l'avait adoubé l'été dernier comme le meilleur deuxième ligne sud-africain ? A très haut-niveau, Mostert ne se résume désormais plus seulement à ce poste. Lors du 3e round du Super Rugby, le gars de l'université de Pretoria a donc été replacé en numéro 7 par Swys de Bruin, son entraîneur des Lions, avec l'aval de Rassie Erasmus, tout juste nommé entraîneur des Boks. Le baptême du feu a eu lieu début mars contre les Bulls, justement à Pretoria. Et Mostert a été déterminant dans la victoire des Lions (35-49). En conférence de presse, Swys de Bruin rendait hommage :

"Avant ce match, je dois dire que j'étais nerveux quant à ma décision de l'aligner en troisième ligne même si je connaissais Franco, sa façon de jouer et ses qualités. Mais il a été absolument irréel. Le plan a fonctionné. Je sais maintenant qu'il peut jouer numéro 7 ou deuxième ligne. Je pense qu'on a brisé la glace. Il pourrait bien avoir un avenir en troisième ligne." Depuis, il a enchaîné à ce poste contre les Blues et les Sunwolves, avec en prime lors de ce dernier match le statut de capitaine en l'absence de Warren Whiteley.

Warren Whiteley

Warren WhiteleyAFP

Mais pour affronter les Jaguares ce samedi à Buenos-Aires pour le match retour entre les deux équipes (47-27 pour les Lions à Johannesburg) où il s'agira de défendre le statut de leader de la compétition, il repasse en deuxième ligne. Swys de Bruin n'a pas fini de jouer avec le talent de son super polyvalent. Il va falloir se faire à cette idée : Mostert ne sera jamais là où on l'attend.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0