Icon Sport

McKenzie, l'héritier

McKenzie, l'héritier

Le 29/03/2018 à 16:42Mis à jour Le 30/03/2018 à 09:07

Repositionné à l'ouverture, Damian McKenzie a pris le relais d'Aaron Cruden chez les Chiefs. En trois matches avec le numéro 10, il a presque fait oublier son départ. A 22 ans, il n'a plus raté une minute de Super Rugby depuis juin 2015...

Au départ, il avait une mission : participer à la reconstruction des Chiefs en s'appropriant les clés du jeu de la franchise de Waikato, contrainte de se réinventer à la charnière avec le départ du demi de mêlée Tawera Kerr-Barlow pour La Rochelle ainsi que des ouvreurs alignés sur seize des dix-sept matches de la saison dernière, Aaron Cruden (15 titularisations) et Stéphan Donald (1).

Stephen Donald, Damien McKenzie and Tawera Kerr-Barlow - Chiefs

Stephen Donald, Damien McKenzie and Tawera Kerr-Barlow - ChiefsIcon Sport

Il était difficile d'exiger davantage de Damian McKenzie, 22 ans. Une question de logique, il a beau être numéro 10 de formation, au plus haut niveau, il n'avait fait à l'ouverture, que de rares apparitions. Le môme d' Invercargill, tout au sud du pays, s'était découvert arrière quand il fut surclassé pour disputer le Mondial U20 en 2014 et il y était resté. Du bon sens : cette polyvalence était, face à la concurrence de Cruden, la clé pour se faire une place chez les Chiefs. Après une première apparition à l'ouverture en février 2015 contre les Blues, il a pris ses repères avec le numéro 15. Et il y a bâti sa réputation, gagnant même ses place chez les All Blacks pour affronter l'Argentine à Buenos Aires à la fin du Rugby Championship 2016, première de ses 12 sélections ( onze titularisations à l'arrière).

Aligné une fois à l'ouverture l'an passé, il a donc été naturellement désigné héritier de Cruden, une fois celui-ci parti vers le Top 14. Aussi évident ce choix était-il, le staff jurait ne pas attendre de miracle. "Nous devons être patient, disait Carl Hoeft, pour préparer à l'idée d'une possible saison de transition pour le double vainqueur 2012-2013. Nous rebâtissons une équipe avec des jeunes joueurs comme Damian McKenzie. Le niveau s'élève dans le Super Rugby et on doit encore grandir."

Il faut croire que Damian McKenzie surnommé "smiling assassin" pour ce sourire qui accompagne chaque tentative de pénalité, a cette faculté de tout accélérer.

Damian McKenzie - Chiefs

Damian McKenzie - ChiefsIcon Sport

On savait doué ce fils d'éleveurs laitiers, passé par le Christ's College de Christchurch comme Robbie Deans : de toutes les sélections jeune, il avait remporté le titre de meilleur espoir de l'année néo-zélandais aux 2014 Steinlager Rugby Awards, comme avant lui Ardie Savea (2013) Sam Cane (2011) ou Zac Guilford (2008). En réalité c'est pire. En seulement quatre matches dont une masterclass la semaine dernière contre les Sunwolves ponctuée de 26 points incluant deux essais, McKenzie a réussi ce que son frère Marty, de retour cette saison à Hamilton avait échoué à faire lors de son premier passage dans la franchise en 2015 (4 petites titularisations à l'ouverture) : s'imposer sans l'ombre d'un doute comme le 10 idéal des Chiefs. Quatre matches dont un à l'arrière pour faire oublier le départ du champion du Monde 2011 pour Montpellier

Les chiffres sont convaincants. McKenzie est le deuxième meilleur réalisateur du Super Rugby avec 57 points derrière le maître à jouer des Lions, Elton Jantjes. Mais surtout ses statistiques sont à la hauteur dans tous les secteurs du jeu. Depuis le coup d'envoi de la saison, il affiche vingt défenseurs battus, figurant dans le Top 10 de la compétition. Impressionnante aussi son habilité à casser les défenses : 11 franchissements déjà, pour pointer dans le top 5 du Super Rugby.

L'héritier incarne déjà le futur : la référence sur ce début de saison c'est lui, devant Beauden Barrett (Hurricanes) et Lima Sopoaga, numéro 10 des Highlanders, dont il croisera la route ce vendredi pour le septième round du Super Rugby. Le joueur de l'année 2015 en Super Rugby peut s'inquiéter : McKenzie fait tout à 100 %. Depuis le 20 juin 2015, déjà un match contre les Highlanders, McKenzie n'a pas raté une minute de Super Rugby : 39 matches entier d'affilée... Et il a encore des sourires à distribuer.

Contenus sponsorisés
0
0