Icon Sport

Finale Super 15 - Un rythme incroyable, du jeu à gogo et la victoire surprise des Highlanders

Un rythme incroyable, du jeu à gogo et la victoire surprise des Highlanders

Le 04/07/2015 à 11:21Mis à jour Le 04/07/2015 à 17:57

Les Highlanders ont décroché le premier Super 15 de leur histoire en s'imposant sur le terrain des Hurricanes (14-21), premiers de la saison régulière. La franchise de Dunedin a fait preuve d'un beau réalisme au terme d'une rencontre jouée sur un rythme très elevé et où les actions de classe ont été légion.

Pas de doute, le meilleur championnat du monde se joue à l’autre bout de la planète. Pour cette vingtième finale du Super Rugby, les Hurricanes de Wellington et les Highlanders d’Otago ont livré une prestation de grande qualité devant les 35 000 spectateurs du Westpac Stadium dans la capitale néo-zélandaise. Une quinzaine de All Blacks sur la pelouse pour une victoire finale des coéquipiers d’Aaron et Ben Smith, qui s’imposent 21-14 face aux Hurricanes, pourtant favoris après avoir dominé toute la saison régulière. Les joueurs d’Otago, quatrièmes au terme de la phase de poules, sont parvenus à décrocher le premier titre de leur histoire après une demie (chez les Waratahs, tenants du titre) et une finale remportées en terrain hostile. En tout cas, quelle finale! On en redemande...

On les appelle affectueusement les "nobodies". Aujourd’hui, les avants des Highlanders, snobés par le staff néo-zélandais pour la Coupe du monde, ont réalisé une performance de très haute volée face à leurs homologues de Wellington. Fer de lance de ce pack de devoir dépourvu de grands noms, Elliot Dixon, le troisième ligne d’Otago, auteur d’un essai et d’un assist lors de cette finale. Il reste une minute à jouer en première période, et les Hurricanes sont menés d’un petit point depuis l’essai de Ma’a Nonu (36e). Lancer pour Dane Coles dans ses propres 22 mètres. Dixon vole le ballon en touche. Après plusieurs temps de jeu, il est servi par Aaron Smith à vingt mètres de l’en but adverse. Le flanker accélère, reprend Marshall intérieur, et s’arrache au milieu de quatre défenseurs pour inscrire le premier essai de son équipe.

Malakai Fekitoa (Highlanders) face aux Hurricnaes - Finale Super 15

Malakai Fekitoa (Highlanders) face aux Hurricnaes - Finale Super 15AFP

Toujours pas de titre pour les Hurricanes

Menés 13-5 à la pause, les jaunes de Wellington démarrent bien la seconde période. Barrett, auteur d’un 0 pointé lors des quarante premières minutes, règle la mire, avant que Naholo, meilleur marqueur de la compétition, n’inscrive son treizième essai cette saison sur un service de Dixon (46e). L’ailier des Highlanders, qui avait signé un contrat avec Clermont avant de se rétracter, aura pris le dessus sur son vis-à-vis Julian Savea, coupable d’un raté incroyable un quart d’heure plus tard. Le surpuissant numéro 11 de Wellington, orphelin de son frère Ardie forfait pour cette finale, ne prenait pas les centimètres de recul nécessaires pour capter la passe de Shields à un mètre de la ligne. Un en-avant qui a peut-être coûté la victoire aux Hurricanes, qui jouaient-là leur seconde finale, après celle déjà perdue en 2006 face aux Crusaders.

La joie d'Aaron Smith et des Highlanders - Finale Super 15, 4 juillet 2015

La joie d'Aaron Smith et des Highlanders - Finale Super 15, 4 juillet 2015Icon Sport

Après la génération des Cullen, Lomu, Umaga, Collins et consorts, les Hurricanes, qui avaient survolé cette édition 2015, échouent une nouvelle fois en finale, alors que Conrad Smith et Ma’a Nonu rejoindront le Top14 après le Mondial. Les Highlanders, qui disputaient là leur toute première finale, peuvent exulter. Plus opportunistes mais surtout plus efficaces, ils ont su prendre la mesure des Hurricanes, parachevant leur succès avec un drop assassin de l’ouvreur remplaçant Marty Banks (78e). Menant du début à la fin, ils ont su se montrer plus précis, lorsque leurs adversaires perdaient à plusieurs reprises le ballon sur des off-loads trop risqués. Fumiaki Tanaka, le demi de mêlée japonais des Highlanders, peut exulter. Il n’est rentré ni en demie ni en finale, mais il a pu admirer la performance de son compère Aaron Smith, relais d’exception entre les "nobodies" et son étincelante ligne de trois-quarts. Avec seulement cinq joueurs sélectionnés par Steve Hansen dans le squad néo-zélandais, Otago est allée arracher un succès historique, au terme de l’un des plus beaux matchs de la saison, toute compétition confondue. Chapeau.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0