AP

Encore les Crusaders?

Qui succèdera aux Crusaders?
Par Rugbyrama

Le 12/02/2009 à 12:06Mis à jour

C’est ce vendredi que le Super 14 reprend ses droits. La légendaire compétition qui regroupe les provinces néo-zélandaises, sud-africaines et australiennes promet encore beaucoup de spectacle en 2009. Sans Carter, Elsom, Van Niekerk ou Evans mais il reste du beau monde pour ce Super 14.

Les Néo-Zélandais : Les Crusaders toujours favoris ?

Les Canterbury Crusaders, tenants du titre qui trustent les finales depuis dix ans, ont tout simplement perdu le meilleur joueur du monde (Dan Carter) et l'entraîneur qui les a menés si souvent au triomphe (Robbie Deans qui a pris à la tête des Wallabies). Si l'on ajoute les départs de Somerville, Thorne ou Ali Williams, autant dire que cette équipe paraît bien affaiblie. Et pourtant… Avec McCaw, McDonald, Ellis ou Brett, elle aura encore fière allure et quand on connaît sa rigueur, sa capacité à innover dans le jeu, à relever de nouveaux défis, nul doute qu'il faudra la compter parmi les favoris de l'édition 2009.

Cette année, les Auckland Blues semblent armés pour tenter de détrôner leurs homologues néo-zélandais. Si Nacewa, Braid ou le génial Nick Evans sont partis, Lavea ou Gopperth ont débarqué et Ali Williams est de retour après un bref passage chez les Crusaders. Ajoutés aux Afoa, Boric, Mealamu, Rockocoko ou Kaino, l'effectif est impressionnant. Reste donc aux Blues à mettre une dose d'efficacité dans leur jeu attrayant pour partir à l'assaut d'un titre qu'ils ont déjà remporté à trois reprises.

Les Wellington Hurricanes ont-ils les capacités pour remporter le Super 14 ? Demi-finalistes en 2008, ils apparaissent comme l'épouvantail de la compétition. Cette équipe n'a jamais raflé le titre et 2009 pourrait être son année. Certes, Collins et Masoe ont pris la direction de la France mais les Hurricanes comptent encore de nombreux All Blacks dans leurs rangs. Ainsi, Nonu, So'oialo, Hore, Tialata ou Conrad Smith sont bien décidés à prouver que leur tour est venu.

Capables de battre les ténors mais aussi de chuter à domicile, depuis plusieurs années, les Waikato Chiefs manquent de constance pour accrocher une place de demi-finalistes. Et en 2009, ce devrait être encore difficile. La perte de Jono Gibbes (retraite) sera dure à compenser et le recrutement a été modeste. Les Chiefs compteront toutefois sur Muliaina, Sivivatu ou Kahui pour créer la surprise.

11e l'an passé, les Otago Highlanders s'apprêtent encore à vivre une saison charnière. L'équipe est en pleine reconstruction depuis deux ans et l'effectif, très peu remanié cette année, ne semble pas suffisamment étoffé pour espérer une place parmi les géants du Super 14. Le chef de file, Jimmy Cowan, et ses coéquipiers essayeront tout de même de faire mieux qu'en 2008.

Les Sud-Africains.- Les Bulls en chefs de file

Après une campagne 2008 décevante (10e au final), les Northern Bulls doivent se racheter. Et avec le retour de Matfield, les arrivées de Pretorius ou Joubert, les vainqueurs de l'édition 2007 ont procédé à un recrutement ambitieux. Ajoutés aux Habana, Botha, du Preez et autres, autant dire que les Bulls comptent dans leurs rangs une pléiade de Springboks et font logiquement partie des favoris de la compétition cette année. Ils auront, en tous cas, l'occasion de se positionner aux avants postes d'emblée en commençant par deux matchs à domicile.

Demi-finalistes l'an passé et vainqueurs de la Currie Cup, les Natal Sharks figurent également parmi les prétendants à la victoire finale. Certes, Michalak, Barritt ou BJ Botha sont partis mais John Smit, le capitaine des champions du monde sud-africains, est de retour dans le paquet d'avants. Ainsi, avec du Plessis, Pienaar, Steyn ou le capitaine Muller, cette équipe ne manquera pas de leaders.

Après un départ poussif, les Western Stormers ont échoué d'un rien dans la course aux demi-finales lors de la précédente édition. Du coup, un seul objectif : entamer 2009 comme ils avaient terminé 2008 ! S'appuyant sur une ligne d'arrières expérimentée et composée de joueurs tels que Montgomery, Jean de Villiers ou Jantjes, ils semblent armés pour se frotter encore à la lutte pour les places d'honneur.

Avant-derniers l'an passé, les Central Cheetahs s'apprêtent encore à lutter en 2009. En effet, la perte de joueurs comme Van der Linde, Oelschig ou Duncan est venue fragiliser un effectif déjà restreint. Les Cheetahs s'appuieront donc sur leurs internationaux Smith, Brussow et Nokwe et un solide cinq de devant pour défier les pronostics.

Autre formation qui pourrait souffrir cette année : les Golden Lions. Lanterne rouge en 2008 et confronté aux départs de ses deux stars, Van Niekerk et Pretorius, la province sud-africaine comptera toutefois sur le retour au premier plan de Fourie ou les arrivées de Willemse et Sephaka après leur périple français, pour sortir son épingle du jeu. A noter également le recutement du flanker américain Todd Clever.

Les Australiens.- Les Waratahs diminués

Après une superbe performance dans le dernier exercice (finalistes), les NSW Waratahs vont devoir confirmer cette année. Et cela ne sera sûrement pas simple puisqu'ils ont perdu plusieurs joueurs clefs comme Lyons, Elsom, Vickerman ou Valentine. Sans oublier Dunning et Kepu qui sont out pour la saison. Et si de jeunes talents tels que Scott Fava sont arrivés, tous ces départs ou blessures n'ont pas été vraiment remplacés. Du coup, le nouvel entraîneur, Chris Hickey (en lieu et place de McKenzie parti à Paris), compte sur ses autres cadres, Palu, Waugh ou Tuqiri, pour rééditer l'exploit.

Cinq ans que les ACT Brumbies n'ont plus remporté le titre ! Les joueurs de Camberra ont donc à coeur de mettre fin à cette pénurie. Alors qu'ils ont mal géré l'après Gregan et Larkham l'an passé, les Brumbies ont décidé de jouer la carte de la continuité cette année. Peu de départs et Moore comme seule recrue notable. Mais avec Mortlock, les frères Smith, Hoiles ou Ashley-Cooper dans son effectif, cette équipe ne manque certainement pas de talent.

Après avoir fini dans le ventre mou du classement en 2008 (8e), la Western Force se présente comme un des outsiders de la compétition. Depuis sa création en 2006, elle ne cesse de progresser et de laisser entrevoir certaines promesses dans le jeu. Autour d'un Matt Giteau au sommet de son art ces derniers mois, les arrivées de Valentine et Stanford, ainsi que la présence de joueurs reconnus comme Sharpe, Mitchell ou Cross, suffiront peut-être pour permettre à l'équipe de Perth de franchir un palier.

12e l'an passé, les Queensland Reds sont repartis sur de bonnes bases et ont renouvelé une partie de leur effectif. Blake, Croft, Latham, Walker ou Roe ont ainsi quitté le groupe ou ont tout simplement arrêté. Autour du capitaine Horwill, la place a été laissée aux jeunes et le troisième ligne All Black Daniel Braid a débarqué. Bonne pioche pour une équipe dont la principale force est que personne ne sait vraiment de quoi elle est capable en cette année de transition.

Contenus sponsorisés