AFP

Une sacrée paire

Jauzion-Marty: Une sacrée paire
Par Eurosport

Le 18/03/2007 à 10:00Mis à jour

Contre l'Ecosse, le tandem d'attaquants Jauzion-Marty a livré son meilleur match du Tournoi. Le Toulousain, un peu en-dedans face à l'Angleterre, a retrouvé de l'allant tandis que le Perpignanais a su impulser un dynamisme sans égal dans la ligne d'attaqu

En Angleterre, ils n'avaient pas joué dans la même direction. L'association Jauzion-Marty, prometteuse en Irlande et contre le pays de Galles, avait franchement déçu. Contre l'Ecosse, on l'a pourtant vue renaître. Et confirmer les espoirs du début du Tournoi. Complémentaires, les deux centres tricolores ont semé le danger dans la ligne de trois-quarts écossaise. Jauzion, hors-sujet à Twickenham, a retrouvé son rôle de détonateur en attaque, franchissant la ligne, fixant la défense et passant les bras, comme il sait le faire.

A la 52e minute, il a impressionné par sa facilité technique : bloqué à cinq mètres de la ligne, il a amené deux défenseurs sur lui avant de servir Marty, dans un mouchoir de poche. Cette action symbolique mena à l'essai...de Marty, une minute plus tard. "Yannick a pesé sur le jeu et il m'a facilité la tâche, commentait le Catalan à l'issue de la rencontre. Il avait à coeur de bien faire après le match en Angleterre. Il a pris plus d'initiatives, a avancé avec le ballon. C'est simple de jouer à ses côtés. A chaque fois, il fixe deux joueurs."

Marty: Plus que quelques pas

Et de permettre au Perpignanais de briller. Dans son rôle. Celui du "puncheur", qui met le feu, qui slalome dans le plus fermé des rideaux défensifs, qui prend tous les intervalles et accélère sur chaque prise de balle. Bref, qui tranche. A la 33e, c'est lui qui est à l'origine de l'essai de Yannick Jauzion. Avant la percée de Mignoni, il s'illustre, moins spectaculaire, mais diablement efficace. David Marty, qui ne "s'attendait pas du tout à jouer quatre matchs consécutifs au début du Tournoi", a fait un sacré bout de chemin en sept semaines. Il ne lui reste peut-être plus que quelques pas à accomplir sur la route du Mondial. De cela, il ne dira rien.

Une chose est sûre, cette association n'est pas sans rappeler celle que forme Jauzion avec Florian Fritz. Et elle fonctionne très bien. "Ça se passe de mieux en mieux, nous arrivons à communiquer", reconnaît Yannick Jauzion. Le Toulousain sait toutefois que la marge de progression est grande : "Il faut augmenter notre complémentarité, acquérir des repères offensifs. C'est difficile de le faire à l'entraînement si ce n'est en opposition réelle. Quand tu veux jouer large, il te faut de la profondeur. Quand tu veux jouer en pénétration, tu dois être capable d'évoluer plus près de la défense et surtout d'avoir plus de soutien au porteur de balle." Les promesses entrevues face à l'Ecosse laissent toutefois présager le meilleur.

Contenus sponsorisés