AFP

L'Irlande presque parfaite

L'Irlande au presque-parfait
Par Rugbyrama

Le 18/03/2007 à 18:00Mis à jour

Avec une troisième Triple couronne depuis la Coupe du monde 2003 et un jeu de plus en plus cohérent, l'Irlande a globalement confirmé son statut durant ce Tournoi, même si la victoire finale lui a échappé. Mais les Verts n'étaient vraiment pas loin du Gra

Pas la peine de tourner autour de la mêlée. Oui, ils l'ont mauvaise. Les Irlandais rêvaient de Grand Chelem, le premier depuis plus d'un demi-siècle, et ils ne pourront même pas se consoler avec la victoire finale dans le Tournoi. La faute, dans les deux cas, au XV de France. Une vraie bête bleue que cette équipe de Bernard Laporte, sur laquelle le XV du Trèfle bute systématiquement depuis maintenant quatre années. "Cela s'est vraiment joué à rien, sur un coup de dés, regrette l'entraîneur Eddie O'Sullivan. J'ai pourtant cru que les Ecossais allaient nous donner un petit coup de main..."

La chance de toute une génération

Une fois la déception passée, lui comme ses joueurs auront pourtant de bonnes raisons de se satisfaire de leur Tournoi. Ils terminent à hauteur des Français, établissant ainsi une hiérarchie limpide en Europe. Si l'Angleterre et l'Italie pouvaient encore prétendre au sacre avant ce week-end, la dernière journée a clarifié la donne: Bleus et Verts sont au-dessus du lot pour le moment, devant un peloton relativement homogène.

Même si cela contredit le verdict comptable, et celui du duel dublinois, il n'est pas interdit de penser que l'Irlande possède à ce jour l'équipe la plus consistante du vieux continent. C'était d'ailleurs l'avis du sélectionneur de la Squadra, Pierre Berbizier, invité samedi à comparer les deux formations. "Je pense que l'Irlande est la meilleure équipe du Tournoi. Ils ont certes perdu contre la France, mais ils ont pratiqué un meilleur rugby", estime l'ancien capitaine tricolore. On n'oubliera pas non plus que les absences de Brian O'Driscoll et Peter Stringer ont sans doute pesé lourd lors de la défaite face aux Français.

Au-delà d'une certaine forme de frustration, bien compréhensible, l'Irlande aborde donc la dernière ligne droite vers la Coupe du monde avec quelques certitudes. Elle possède de vrais leaders, et des joueurs de classe mondiale à certains postes clés, que ce soit O'Driscoll, O'Connell, O'Gara ou encore le formidable Gordon D'Arcy. Le compère de BOD a livré un Tournoi remarquable. Faute d'avoir pu démontrer qu'ils étaient les meilleurs en Europe, les Verts piaffent d'impatience. Le Mondial en France sera la chance de toute une génération, si talentueuse. Elle ne devra pas la laisser filer.

Contenus sponsorisés