Icon Sport

Pourquoi France 7 reste fragile avant le tournoi de Hong Kong

Pourquoi France 7 reste fragile avant le tournoi de Hong Kong

Le 04/04/2019 à 18:12Mis à jour Le 04/04/2019 à 18:16

SEVENS - Après une première moitié de saison qui lui a fait vivre un très haut et des très bas, France 7 entame le premier des quatre derniers tournois avec plus de confiance.

Hongkong... Là où tout se joue. Faiseur de rois et reines sur les tournois qualificatifs et décideur du champion final sur le World Series, le tournoi de Hongkong est le plus mythique et celui sur lequel tout le veut briller. France 7 n'y déroge pas.

Vidéo - La France manque l'exploit, l'Afrique du Sud victorieuse... Les temps forts du Tournoi de Vancouver

06:53
" L'objectif prioritaire reste la qualification olympique, on sait exactement où on veut aller."

"J'espère que l'on va faire un très bon tournoi à Hongkong et avancer dans notre construction du jeu, dans le fait de stabiliser nos performances fortes - comme les coups d'envoi ou les phases de conquête – et continuer de gagner du terrain sur le jeu au contact, la gestion des rucks, les turnovers et, surtout, faire moins de fautes !", estime Jérôme Daret, très soucieux d'améliorer ce dernier point qui a souvent coûté cher à l'équipe. "Nous sommes l'une des équipes les plus sanctionnées du circuit ! Ce n'est pas possible. Alors on travaille avec les arbitres pour être plus efficients. On a besoin de mieux maîtriser notre énergie. Le rugby à 7 est un sport extrême ; c'est une guerre psychologique permanente."

Pour ce tournoi, Daret accueille un certain nombre de joueurs qui reviennent de blessures tels Sacha Valleau, que l'on n'avait plus vu depuis la Coupe du Monde à San Francisco en juillet 2018, Tavite Veredamu et le capitaine Manoël Dall'Igna qui avait manqué la tournée américaine.

CONSTITUER UNE RÉSERVE CONQUÉRANTE

Sacha Valleau (France 7)

Sacha Valleau (France 7)Icon Sport

"On pourrait très bien fermer le groupe à 13 joueurs et y aller comme ça. Mais si on blesse quatre ou cinq joueurs, on est de suite dans la difficulté majeure", observe Daret. "C'est pour cela que l'on a besoin d'embarquer un maximum de joueurs dans cette dynamique car on n'a pas de culture de rugby à 7 en France. On a besoin de pallier aux blessures, aux manquements de certains joueurs en difficulté à certains moments."

"Le fait d'avoir une réserve grandissante expérimentée dans le rugby à 7 nous amène dans une dynamique. Avec un système de jeu qui nous est propre, que les joueurs qui l'ont pratiqué transmettent bien à ceux qui arrivent, on est en train de créer ce système. Ça ne sera pas simple tout le temps, mais il faut l'accepter. L'objectif prioritaire reste la qualification olympique, on sait exactement où on veut aller. Ça permettra de libérer les joueurs pour qu'ils s'expriment au maximum."

Julien Blanc (Section Paloise) et Aurélien Callandret (US Oyonnax) seront les deux rookies de France 7 sur ce tournoi. "On est en route vers un futur passionnant et excitant. On ne risque que de belles choses ! Les joueurs s'impliquent à 200% et sont bien. Il faut les accompagner dans cette dynamique et dans cette gestion de la pression", assure Jérôme Daret.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0