Icon Sport

Laugel : "Il faut qu’on la décroche, cette finale"

Laugel : "Il faut qu’on la décroche, cette finale"

Le 21/05/2022 à 21:06Mis à jour

SEVENS - Jonathan Laugel était évidemment heureux de la victoire de France 7 face à l’Australie, ce samedi (21-19), en quart du Sevens de Toulouse. L’international se projette avec détermination sur la prochaine lutte face à l’Irlande, un des grands rivaux des Bleus.

Votre sourire est large, au terme de cette victoire en quart... Que ressentez-vous ?

C’est une grande marche de franchie. C’est une super sensation. A la maison, devant notre famille et nos amis, on sent une grosse pression sur nos épaules. On veut rendre tout le monde heureux. On se nourrit de ça pour performer.

A la pause, l’Australie était devant mais vous avez immédiatement repris le contrôle du match...

Je me sentais serein à la mi-temps. Evidemment, l’Australie est une très bonne équipe mais nous avions une forme d’emprise sur la partie. Dans le jeu aérien et sur le rideau défensif, ce qui avait manqué face aux Fidji, nous étions en place. En deuxième période, on a réussi à mettre la main sur le ballon.

Les finisseurs ont apporté un plus décisif en seconde période...

L’équipe est sur une pente ascendante depuis deux, trois ans. C’est hyper positif, on peut changer les joueurs en gardant le même niveau. Il y a des cadres qui manquent, des absents mais la dynamique reste bonne.

En demi-finale, demain, ce seront les retrouvailles face à l’Irlande, qui vous a éliminés en TQO l’an passé… Comment abordez-vous cette échéance ?

L’Irlande, je n’ai qu’une envie : c’est de les battre. C’est une excellente équipe. Je ne serais jamais rassasié de les battre. Ils nous avaient privé d’un rêve, on ne l’oublie pas.

Qu’est-ce qui les rend dangereux ?

Dans le jeu aérien, ils ont un très bon sauteur et ils ont un axe 6-7 très rapide qui impacte les défenses. On a testé beaucoup de choses face à eux. On a la formule. Maintenant, il nous faut aligner les planètes. Il n’y a pas le choix. Il faut qu’on la décroche, cette finale.

Contenus sponsorisés