Rugbyrama

In Extenso Supersevens - La LNR présente son troisième championnat

In Extenso Supersevens - La LNR présente son troisième championnat

Le 08/01/2020 à 18:35Mis à jour Le 08/01/2020 à 19:01

SEVENS – À l’occasion du tirage au sort de la 1ère édition de l’In Extenso Supersevens, qui aura lieu le 1er février à Paris La Défense Arena, la LNR a dévoilé les contours de son projet pour le rugby à sept, à travers ce championnat qui sera un troisième étendard après le Top 14 et la Pro D2.

Le cadre avait tout de symbolique et l’image méritait que l’on s’y attarde, car lorsque Jacky Lorenzetti s’est assis dans la salle de conférence de presse, Paul Goze lui a fait remarquer la couleur des boules qui allaient servir au tirage au sort du premier In Extenso Supersevens : le rose. Du rose dans l’antre du Racing 92, il fallait oser. Tout comme il fallait également oser pour créer un premier championnat professionnel de clubs de rugby à sept. "Ce n’est pas très souvent qu’on lance une nouvelle compétition et il faut la saluer. C’est une première en France et peut-être même dans le monde pour le rugby à sept", fait remarquer le président de la Ligue Nationale de Rugby qui insiste également sur le fait que cette compétition doit servir de nouvelle vitrine pour le rugby professionnel français, après le Top 14 et la Pro D2.

Pour ce qui est du contenu, la formule se voudra spectaculaire car en plus d’une compétition à 28 matchs, c’est "un festival rugbystique" que les organisateurs souhaitent mettre en place sur cette première édition. Le groupe IAM et Aazar assureront l’animation musicale, alors que les matchs s’étaleront de 10 heures à 22 heures. En organisant cette compétition, "il y a un double challenge qui sera aussi sportif pour essayer de gagner ce premier titre de Champion de France, après le premier titre de Champion à XV contre le Stade français en 1892", n’a pas manqué de faire remarquer Jacky Lorenzetti, président du club francilien qui promet que "le spectacle sera assez formidable, dans une enceinte formidable. C’est le rugby champagne qui s’y joue, sur un terrain propice au beau jeu", enchaine-t-il.

Car l’objectif de la Ligue, c’est aussi de pérenniser cette nouvelle compétition dans le temps, portée notamment par le groupe In Extenso, qui appose un naming. Le cabinet d’expertise comptable sera un partenaire majeur et va investir environ 1 million d’euros dans ce projet, sur une période d’au moins trois ans. D’autant que l’évènement du premier tournoi a été programmé sur la journée du 1er février, soit la veille de France / Angleterre au Stade de France pour débuter le Tournoi des VI Nations 2020, avec des billets à partir de 15 euros pour voir l’ensemble des rencontres. Mais dès la saison prochaine, la compétition passera sur une formule avec trois dates estivales (les 15, 22 et 29 août avec 16 équipes) puis une finale le 7 novembre 2020 avec 8 équipes, toujours au sein de Paris La Défense Arena.

" "Le rugby à sept est le sport de l’avenir"

Parmi les joueurs présents pour la présentation, Juan Imhoff a forcément un regard autre sur ce type de compétition. L’ailier du Racing 92, en plus d’être membre du club hôte, a disputé les Jeux Olympiques en 2016 à Rio avec les Pumas et a porté à plusieurs reprises le maillot de l’Argentine à VII. "Le rugby à sept est le sport de l’avenir, surtout depuis l’entrée aux Jeux Olympiques. Quand on le compare avec le XV, on se dit qu’il y a des choses similaires mais c’est plus simple à voir et il y a beaucoup plus de vitesse. C’est ce que les gens aiment le plus", fait remarquer Imhoff qui espère que cela va permettre à la discipline "d’évoluer. En France, on ne donnait pas trop d’importance au Sevens mais cela monte crescendo car vous avez tout : les équipes, les supporters et les terrains pour ce sport magnifique."

On peut également imaginer que la mise en place d’un championnat professionnel – qui aura comme prize money 75 000 euros pour le vainqueur et 25 000 euros pour le finaliste – puisse susciter de nouvelles vocations pour la jeune génération. "Je pense que des jeunes vont avoir envie d’essayer dans le but notamment de disputer les Jeux Olympiques, la plus grande chose que l’on peut avoir dans une carrière. Il y a des pays comme l’Argentine qui s’en sert aussi pour faire jouer de jeunes joueurs au plus haut niveau. Et en étant passé par le VII, en tant que joueur à XV, c’est un choc ! On se croit prêt mais c’est dur. Il faut beaucoup de confiance et être physiquement à 110%", poursuit Juan Imhoff, qui a fait part de sa fierté de faire partie de la première équipe du Racing amenée à jouer ce championnat.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0