Icon Sport

Notre équipe type du Tournoi des Six Nations 2015

Notre équipe type du Tournoi des Six Nations 2015
Par Rugbyrama

Le 24/03/2015 à 16:40Mis à jour Le 25/03/2015 à 09:55

Le Tournoi 2015, c'est fini. Dernier papier sur le sujet avec notre équipe-type de la compétition. Cinq Anglais y figurent, devançant l'Irlande (4), pourtant vainqueur. Nous avons décidé d'y intégrer un Français.

15. Stuart Hogg (Ecosse) - Clairement le meilleur Ecossais au cours de la compétition avec le deuxième ligne Jonny Gray. L'arrière du XV du Chardon a été l'un des seuls joueurs à surnager au sein d'une équipe qui a terminé avec une Cuillère de bois et un sérieux mal de crâne. Hogg a fait le plus de mètres ballon en mains toutes équipes confondues (442) et a battu le plus de défenseurs (20). Très régulier au pied, le Gallois Leigh Halfpenny (80,77%) aurait pu prétendre au poste de titulaire dans ce XV du Tournoi

14. George North (Galles) - Auteur d'un triplé lors de la dernière journée face à l'Italie, l'ailier de Northampton s'est montré très régulier au cours de la compétition. Et sans un K.O lors du premier match, il aurait pu disputer l'ensemble des rencontres du pays de Galles. Toujours aussi rapide et percutant, il ne déçoit jamais avec le XV du Poireau.

13. Jonathan Joseph (Angleterre) - Au sein de la meilleure attaque du Tournoi, le jeune centre de Bath (23 ans, 11 sélections) s'est illustré en terminant en tête des marqueurs d'essais (4). Redoutable attaquant, il a marqué à coup sûr des points auprès de son sélectionneur en vue de la Coupe du monde. Les Tuilagi, Eastmond et Barritt auront fort à faire pour lui piquer sa place au centre.

Le centre anglais Jonathan Joseph, meilleur marqueur d'essais du Tournoi 2015

Le centre anglais Jonathan Joseph, meilleur marqueur d'essais du Tournoi 2015Icon Sport

12. Robbie Henshaw (Irlande) - A l'image de l'Anglais Joseph, c'est l'une des révélations de cette année. Très fort en défense et des qualités très intéressantes sur le plan offensif. Un diamant qui a été adoubé par la légende Brian O'Driscoll, qui le voit comme son successeur.

11. Jack Nowell (Angleterre) - Ce n'est certes pas l'un des joueurs les plus impressionnants. Pourtant l'ailier du XV de la Rose a été très en vue lors des trois rencontres qu'il a disputées (3 essais). 326 mètres parcourus, neuf franchissements (meilleur total), c'est vraiment fort. Il fait oublier Chris Ashton aux Anglais, redoutable finisseur mais mis àau placard par Lancaster en raison de son attitude.

10. George Ford (Angleterre) - C'est certainement l'homme du Tournoi. En l'absence d'Owen Farrell, l'ouvreur de Bath a crevé l'écran. Si son jeu au pied est encore perfectible (25/32 soit 78,13% de réussite), il a prouvé dans le jeu toute son intelligence et sa maturité. A son crédit, 75 points (meilleur total), sept passes décisives, huit franchissements et neuf offloads. Une valeur sûre et qui va sûrement porter pendant de très longues années le maillot floqué du numéro 10 du XV de la Rose.

9. Conor Murray (Irlande) - Un joueur sobre mais tellement précieux dans le système des Irlandais. Propre, sans fioriture, il a animé parfaitement les débats derrière le pack irlandais. Une bonne gestuelle. Le demi de mêlée a effectué le plus de passes dans la compétition (476 contre 318 au Gallois Rhys Webb, 2e du classement). Par ailleurs, son jeu au pied de pression par dessus fut de très bonne facture.

Conor Murray (Irlande) face au XV de France - 14 février 2015

Conor Murray (Irlande) face au XV de France - 14 février 2015Icon Sport

7. Sam Warburton (Galles) - Revoilà la capitaine gallois ! Ses dernières prestations avaient mis en avant une baisse de régime: là, on a vu du très grand Warburton. En défense, il a été des plus solides, alignant les gros plaquages offensifs. Joueur de rupture, il a montré une très grosse mobilité, comme lors de son essai face à l'Italie.

8. Toby Faletau (Galles) - Il y a eu match avec l'Anglais Billy Vunipola et l'Italien Sergio Parisse. Ce dernier a raté un match et n'a guère brillé contre les Bleus, ce qui explique notre mise à l'écart. Faletau a fait preuve d'une très grosse régularité, commençant la compétition avec un geste de classe lors du match d'ouverture sur l'essai de Webb. Une grosse mobilité, une puissance très intéressante et un rendement défensif impressionnant pour un numéro 8 (5e plaqueur du Tournoi).

6. Chris Robshaw (Angleterre) - Le Captain' courage des Anglais. Et quel rendement tout au long du Tournoi: deuxième meilleur plaqueur (82 réussis, 94,3% d'efficacité) et cinq ballons grattés au sol... Pas le joueur le plus médiatique mais une présence indispensable au sein du pack anglais.

5. Paul O'Connell (Irlande) - C'était peut-être son dernier Tournoi des 6 nations. Mais à 35 ans, Paul O'Connell a montré qu'il était encore vert. Un sens du sacrifice qui n'a que peu d'équivalent. Très précieux en touche (16 prises, meilleur Irlandais), le deuxième ligne du XV du Trèfle a semé la zizanie sur une multitude de ballons portés, mauls et autres rucks. Du travail très précieux.

4. Alun Wyn Jones (Galles) - Le meilleur preneur de balles en touche de la compétition (25). Une mobilité incroyable et qui s'intègre parfaitement dans le jeu tout en mouvement des Gallois. L'un des leaders du pack du XV du Poireau.

Alun Wyn Jones (Galles) face à Paul O'Connell (Irlande) - Tournoi 2015

Alun Wyn Jones (Galles) face à Paul O'Connell (Irlande) - Tournoi 2015Icon Sport

3. Dan Cole (Angleterre) - L'un des meilleurs droitiers au monde. Sur ce Tournoi, il a été très régulier. Que ce soit en mêlée fermée où il fut très dur à bouger, en défense mais aussi dans les phases de ruck (il a récupéré six ballons au sol). Une valeur sûre.

2. Rory Best (Irlande) - Plusieurs en lice à ce poste (Guirado, Ghiraldini, Baldwin) mais prime à la régularité et au fait également que Best n'est pas étranger au succès final de l'Irlande. En conquête, le joueur a été le plus régulier. Un homme de l'ombre, dur au mal, mais indispensable au sein du pack irlandais.

1. Eddy Ben Arous (France) - Le coup de coeur de cette compétition où aucun gaucher ne s'est finalement dégagé. Le Francilien constitue la révélation française de la compétition. A rendu quatre copies pour le moins intéressantes et porteuses de gros espoirs. Peut-être pas le meilleur pilier de mêlée mais un abattage considérable, une mobilité élevée et une grosse faculté à récupérer des ballons au sol (six ballons grattés).

Les remplaçants: Marler (Angleterre), Ghiraldini (Italie), Ross (Irlande), J. Gray (Ecosse), Dusautoir (France), B.Youngs (Angleterre), Sexton (Irlande), Halfpenny (Galles).

Fabien POMIES et Clément MAZELLA

Contenus sponsorisés
0
0