Icon Sport

Rugby - Vie cachée, coming-out et homophobie dans le rugby... Gareth Thomas dit tout

Vie cachée, coming-out et homophobie dans le rugby... Thomas dit tout

Le 07/09/2015 à 18:32Mis à jour Le 07/09/2015 à 18:40

Gareth Thomas a porté 100 fois le maillot du pays de Galles, il a joué quatre Coupes du monde et a remporté la Coupe d'Europe avec le Stade toulousain en 2005. Il est aussi le premier rugbyman à avoir révélé publiquement son homosexualité. Pour l'émission de TF1, Sept à Huit, il est revenu dimanche soir sur sa vie cachée, son coming-out et l'homophobie dans le rugby.

Gareth Thomas est homosexuel. Il l'a toujours su - "Je m'en suis rendu compte à l'école, quand tous mes camarades commençaient à parler des filles "- et il l'a toujours caché. "Le rugby est un sport macho. J'avais peur que si on apprenait que j'étais homosexuel on ne retienne que ça et non mes aptitudes pour le rugby". Pour que personne ne l'apprenne, il reste de marbre face aux blagues homophobes, monnaie courante dans le rugby. "Si quelqu'un jouait mal, ratait une balle ou ne courrait pas assez vite, les gars avaient l'habitude de le traiter de pédé. Ils ne pensaient pas à mal, c'était juste une façon de parler... "

Gareth Thomas - pays de Galles - mars 2007

Gareth Thomas - pays de Galles - mars 2007Icon Sport

" Un jour j'ai appelé ma femme et je lui ai juste annoncé que j'étais gay"

Mais le sujet est sensible. Un jour, Thomas pète un câble contre un supporter qui "le traite de pédé". "La seule manière que j'ai trouvé pour lui montrer que j'étais pas pédé comme il disait, c'était d'être violent, en le cognant..." . Une autre fois, c'est un de ses adversaires qui s'y met. Mêmes mots, même sanction: "J'ai tout fait pour lui rendre la vie la plus atroce possible et surtout pour lui montrer que j'étais l'adversaire le plus dur qu'il n'ait jamais rencontré. Il a payé pendant des années et des années. Il a pris cher pour ça".

Pour brouiller les pistes, Gareth Thomas se marie. "C'était une couverture. C'était une personne magnifique, qui m'a beaucoup apporté. Mais j'avais une vraie double vie". Hétéro le jour sur le terrain et chez lui, homo la nuit dans les bars gays de Londres. "J'étais un homme triste et seul, je me cachait de tout. J'ai même voulu me suicider tellement j'avais honte. Je ne pouvais plus continuer comme ça. Un jour j'ai appelé ma femme et je lui ai juste annoncé que j'étais gay".

" Mes coéquipiers, c'étaient mes frères. Et il n'y a pas d'attraction sexuelle entre frères."

Ensuite, il a fallu l'annoncer à ses coéquipiers, faire le fameux "coming-out". "Mes coéquipiers, c'était ma famille, mes frères. Et il n'y a pas d'attraction sexuelle entre frères". Malgré cette absence d’ambiguïté, il redoute leur réaction. Pourtant ça se passe bien. "On a juste parlé de ça comme on aurait parlé de n'importe quelle autre chose. On est allé boire une pinte au pub, ils m'ont tapé sur l'épaule, et ils m'ont dit 'T'inquiète pas mon pote, tout est comme avant'. C'était inattendu".

Gareth Thomas sous le maillot du pays de Galles.

Gareth Thomas sous le maillot du pays de Galles.AFP

Bien sur, il y a eu des cons. "Lors d'un match, dans les dernières minutes de jeu, des supporters ont scandé des slogans homophobes.'Thomas tu es un en****', 'Thomas est une tapette'... Tout ce que vous pouvez imaginer". Mais Gareth Thomas est passé au dessus. "J'avais envie de sortir du terrain. Mais je me suis dit, 'Si tu sors, ils gagnent'". Alors il est resté. Et aujourd'hui il vit sa vie comme il l'entend. Il est devenu une icône gay et sort mercredi une autobiographie intitulée "Fier". "Etre moi sans me cacher, c'est une sensation incroyable!"

Contenus sponsorisés