AFP

Rugby Masters - Les Sharks placent de nouveau le Sud sur le toit de la planète rugby (12-10)

Les Sharks placent de nouveau le Sud sur le toit de la planète rugby

Le 05/02/2015 à 22:45Mis à jour Le 05/02/2015 à 23:42

Dominés dans la possession, les Sud-Africains des Sharks ont fait preuve de réalisme pour battre Toulon et remporter la première édition du Rugby Masters (12-10).

Les Natal-Sharks ont remporté la première édition du Rugby Masters sur le score de 12-10, au stade Mayol. Annoncé comme le "choc des hémisphères", cette rencontre a finalement tourné en faveur du pragmatisme sud-africain, vainqueur grâce à quatre pénalités. Toulon, qui a largement dominé les débats, a pour sa part inscrit deux essais par David Smith. Insuffisant toutefois pour l’emporter. Pour le spectacle, il faudra repasser: cette affiche fut hachée et brouillonne en raison du froid glacial et d'une pluie quasi continue.

Au delà du résultat brut, peut-on vraiment mesurer la différence de niveau entre deux des meilleurs représentants de chaque hémisphère ? Toulon, champion du Nord, était lourdement handicapé par l’absence des ses internationaux, en préparation du Tournoi des 6 Nations. Les Sharks, meilleur représentant sud-africain du Super Rugby, ne peuvent pas s’enorgueillir du titre de champion du Sud. Néanmoins le club de Durban est l’un des plus réguliers depuis quelques saisons. Demi-finaliste la saison passée, les Sud-Africains terminaient leur phase de préparation à la saison de Super Rugby, qu’ils ne débuteront que le 14 Février prochain. Devant autant d’inconnues, les deux clubs ont offert un spectacle digne d’intérêt. Mais force est de constater que ce match a pu voir le jour grâce au défi lancé par John Smit au Président Boudjellal. Un match impossible à placer idéalement dans un calendrier déjà surexploité.

Un futur classique du rugby ?

Pourtant l’idée de voir s’affronter les clubs vainqueurs des deux plus grands championnats de clubs au monde est alléchante. Mais la mise en œuvre d’un tel affrontement dans les meilleures conditions semble aujourd’hui bien improbable. A la fin des années 90, une opposition entre Brive, champion d’Europe et les Auckland Blues, vainqueur du Super 12, avait été précurseur en la matière. A l’époque la différence de niveau entre Nord et Sud semblait abyssale au regard de la large victoire des Néo-Zélandais en terre corrézienne (11-47). Une expérience qui n’avait pas eu de suite, jusqu’à ce Rugby Masters.

Mourad Boudjellal a en tout cas été séduit par l’idée d’un tel affrontement, et évoquait son envie de voir un jour une "Coupe du monde des clubs", à l’issue de la rencontre. Mais devant un calendrier qui déborde de toute part, peut-on imaginer l’existence récurrente d’un tel match ? Une réponse difficile à envisager dans l’état actuel des choses. A moins que cette opposition entre Nord et Sud ne soit une première ouverture vers une mondialisation du Rugby. Cela sous entendrait une remise en cause complète des compétitions actuelles, tant pour les clubs, que pour les sélections nationales. Mais devant la réussite médiatique de cette rencontre, la question mérite d’être posée et sans doute réfléchie par les plus hautes instances du rugby mondial.

Contenus sponsorisés
0
0