AFP

Rugby Championship - Même sans briller, la Nouvelle-Zélande reste une sacrée machine à gagner

Même sans briller, la Nouvelle-Zélande reste une sacrée machine à gagner

Le 27/07/2015 à 10:50

RUGBY CHAMPIONSHIP - La force mentale des All Blacks, le retour en forme de Brussow ou le talon d'Achille des Australiens : notre humeur après la 2e journée du Rugby Championship.

L'histoire du jour

Comment font-ils ? Où est-ce que ces All Blacks vont chercher une telle force de caractère, une telle motivation et surtout une telle confiance en eux ? Depuis la Coupe du monde 2011 et leur sacre, les coéquipiers de Richie McCaw évoluent tout simplement sur une autre planète avec 41 victoires en 45 rencontres (2 nuls, 2 défaites). Alors, certes, contre les Sud-Africains, ils n'ont pas marché sur leurs adversaires comme ils ont réussi à le faire si souvent ces dernières années. Pourtant, portés par la conviction qu'ils peuvent renverser n'importe quelle situation mal embarquée, ils ont fait basculer la rencontre en leur faveur, une nouvelle fois à Johannesburg samedi (20-27).

Pourtant, les Springboks avaient pris le match par le bon bout, imposant leur rythme, gagnant la bataille des rucks et ayant l'avantage au niveau de la possession (52%) ainsi que de l'occupation du terrain (51%). Mais comme souvent lorsque les All Blacks sont dos au mur et semblent prenables, ils sont parvenus à forcer la décision en conservant leur calme. Et en bon capitaine, c'est Richie McCaw qui a inscrit l'essai de la victoire. Dans cette édition du Rugby Championship raccourcie de moitié à cause de la Coupe du monde, le calendrier pouvait paraître défavorable aux Néo-Zélandais avec des déplacements en Afrique du Sud et en Australie contre une réception de l'Argentine.

Richie McCaw et les All Blacks sont toujours en course pour remporter le quadruplé

Richie McCaw et les All Blacks sont toujours en course pour remporter le quadrupléIcon Sport

Au final, la Nouvelle-Zélande a parfaitement mené sa barque jusqu'à présent, et fait plus que jamais office de favorite pour remporter un quadruplé dans la compétition. Et peu importe si leurs prestations n'ont pas semblé forcément aussi convaincantes que par le passé. Pour ce fameux quatre à la suite, il faudra bien sûr l'emporter à Sydney le 8 août face aux Australiens. Vu la dynamique de victoires des All Blacks, les Wallabies ont du pain sur la planche !

On a aimé

Absent de la sélection nationale durant quasiment quatre ans (octobre 2011 - juillet 2015), le troisième ligne aile des Springboks, Henrich Brussow, a effectué un retour de grande qualité face à la Nouvelle-Zélande. Samedi, si les Sud-Africains ont posé d'énormes difficultés aux All Blacks, il en est en partie responsable. Véritable poison dans les rucks, il s'est montré particulièrement efficace dans le contest et est même parvenu à arracher des ballons à ses adversaires.

On n'a pas aimé

Vainqueurs de leurs deux premières rencontres, les Australiens vont disputer à domicile le 8 août la "finale" du Rugby Championship face aux Néo-Zélandais. Un match attendu entre les deux seules formations encore invaincues lors de cette édition. Pour les Wallabies, il va falloir par contre rapidement régler l'efficacité au pied des buteurs. Contre l'Argentine, Bernard Foley a laissé neuf points au pied en route (1 pénalité, 3 transformations) avec un total de 55.6% de réussite dans ses tentatives face aux poteaux. Quade Cooper, lui, a tourné à 60% contre l'Afrique du Sud alors que Matt Giteau a fait 1/2. A titre de comparaison, les All Blacks Lima Sopoaga (71.4%) et Dan Carter (66.7%) se montrent plus adroits dans cet exercice. Et cela pourrait bien faire la différence dans le match pour le titre.

Bernard Foley, le buteur australien, peu en réussite lors de ce Rugby Championship

Bernard Foley, le buteur australien, peu en réussite lors de ce Rugby ChampionshipIcon Sport

Quelques stats à retenir

1. Depuis le passage à quatre nations en 2012, les All Blacks ont remporté les trois éditions. L'Australie, elle, a remporté son dernier titre en 2011. Va-t-elle réussir à stopper l'hégémonie des Néo-Zélandais dans la compétition ?

18. S'il n'est pas parvenu à égaler la performance du Springbok, Schalk Burger, qui avait effectué 22 plaquages la semaine dernière, le troisième ligne des Wallabies, David Pocock, en a réussi 18 contre l'Argentine. Il a rajouté à ses lignes de stats un franchissement, trois défenseurs battus et deux passes après contact.

26. Pénalisé à quatre reprises la semaine passée, cette fois, Richie McCaw ne l'a été que deux fois. Mais le capitaine all black a surtout offert la victoire à son équipe en inscrivant un essai en fin de match (73e) alors que les Springboks pensaient encore pouvoir faire tomber les champions du monde en titre. Du haut de ses 139 sélections, le troisième ligne a inscrit son 26e essai en sélection.

27. Malgré 10 franchissements, 27 défenseurs battus et une possession à leur avantage, les Argentins n'ont pas réussi à marquer le moindre essai à Mendoza contre les Wallabies (9-34). Un nouveau lourd revers pour les coéquipiers de Juan Martin Fernandez Lobbe après celui contre les Néo-Zélandais (39-18).

Le troisième ligne australien David Pocock contre l'Afrique du Sud

Le troisième ligne australien David Pocock contre l'Afrique du SudIcon Sport

L'essai de la journée

Les Pumas ont eu beau tenter de se mettre en travers de son chemin, ils sont tombés comme des quilles face au deuxième ligne australien, Dean Mumm. L'action a eu lieu un peu avant l'heure de jeu. Servi en bout de ligne par Michael Hooper, le Wallaby a échappé à un premier plaquage, fait un raffut puis fait parler sa puissance jusque dans l'en-but malgré deux adversaires sur le dos.

Contenus sponsorisés