Icon Sport

Villepreux, Novès, Chouly, réunis autour du lien étroit qui unit le XV au XIII

Villepreux, Novès, Chouly, réunis autour du lien étroit qui unit le XV au XIII
Par Rugbyrama

Le 06/05/2022 à 13:40Mis à jour

RUGBY À XIII - Pierre Villepreux a réuni l’univers du rugby pour échanger autour des points communs et des spécificités du rugby à XV et du rugby à XIII. C’est en présence de Guy Novès, Christian Lanta, Julien Seron ou encore Damien Chouly que s’est déroulée cette neuvième rencontre rugbystique bercée par l’ambiance du port de Leucate.

Ce jeudi, alors que le soleil commençait son cheminement pour aller se réfugier derrière l’horizon, au cœur du port de Leucate avait lieu la neuvième édition de la rencontre rugbystique organisée et animée par Pierre Villepreux. L’ancien international français et entraîneur avait réuni au sein de l’espace Henry de Monfreid, Guy Novès (ancien joueur et entraîneur du Stade toulousain et ancien sélectionneur du XV de France), Christian Lanta (ancien joueur et entraîneur passé par Lyon, Bayonne ou encore Perpignan), Patrick Pedrazzani (ancien joueur, entraîneur et dirigent sportif de rugby à XIII), Julien Seron (manager du RCN) et Damien Chouly (troisième ligne de l’USAP). Des grands noms du rugby à XV et à XIII pour former un tout qui fait sens autour d’une question : entre ces deux rugbys, n’y a-t-il pas plus de ressemblances que de différences ?

Bien qu’il y ait d’indéniables différences entre ces deux types de rugby, les points communs n’en restent pas moins nombreux car il ne faut jamais perdre de vue que le rugby à XIII est en réalité une déclinaison du rugby à XV qui s’appuie donc sur des fondamentaux communs : "Il y a finalement quatre principes essentiels. La dynamique qu’il faut provoquer avec le mouvement des joueurs et le ballon. L’incertitude en ayant conscience que les deux équipes peuvent gagner le match. La lisibilité du jeu, puisque cela doit être un spectacle accessible à tous et la justice avec des règles équitables", introduisait Pierre Villepreux. Il y a ensuite le terrain de jeu, la zone de marque et des règles communes comme les passes devant s’exécuter vers l’arrière ou encore le hors-jeu. "Il n’y a jamais eu une volonté de créer deux rugbys. Avec le temps il y a eu la volonté de faire évoluer la dynamique du jeu ce qui a donc donné le rugby à XIII en retirant les troisièmes lignes qui étaient des joueurs qui plaquaient beaucoup", résumait Patrick Pedrazzani.

Le rugby à XIII, source d’inspiration du XV

Si historiquement c’est du rugby à XV qu’est né le XIII, "on se rend compte que le rugby à XV s’inspire aujourd’hui des treizistes", analysait Pierre Villepreux. Si Guy Novès affirmait s’être "inspiré des personnes qui l’ont fait évoluer" (un regard bienveillant allant à Pierre Villepreux qui fut son entraîneur), il n’en reste pas moins que la plupart des spécialistes du jour semblaient tous en accord pour dire que le rugby à XIII était finalement source d’inspiration pour le rugby à XV : "la règle du 50-22 ou même le renvoi de l’en but sont des règles largement inspiré du rugby à XIII mais je trouve cela plutôt logique et intéressant. Cela favorise les opportunités offensives", expliquait Christian Lanta. "La prise d’intervalle, les techniques de passes, le jeu au pied rasant dans l’en but, le jeu en structure… Ce sont des situations de jeu du rugby à XIII qui intéresse le rugby à XV" ajoutait Patrick Pedrazzani.

De la technique à la structure du jeu et même jusqu’aux règles, le rugby à XIII est à ce jour sans aucun doute une grande source d’inspiration pour le XV. Julien Seron se souvenait d’ailleurs avoir "commencé à faire comme les treizistes dans les années 2000. On voulait reproduire leur structure d’attaque mais nous n’étions pas au point et on le faisait très mal. Aujourd’hui c’est bien mieux exécuté". De son côté, Damien Chouly reconnaissait : "Le rugby à XV a beaucoup à apprendre du XIII. Je pense qu’il faut être un véritable athlète pour jouer à XIII, mais on se dirige aussi à XV vers la performance pure du joueur".

Vers une réunification ?

Après avoir fait l’état des lieux de ce qui réunissait plus qu’opposait le XIII et le XV, Pierre Villepreux se laissait aller à la réflexion : "Ces deux rugbys-là ne peuvent-ils pas finalement s’enrichir et même se compléter pour se retrouver à nouveau sur le terrain et ne faire plus qu’un sans plus parler de rugby à XIII ou à XV mais de rugby tout simplement". Une hypothèse qui semble désormais irréalisable tant ces deux rugbys se sont désormais forgé une identité propre à chacun. Christian Lanta, lui, assurait : "Je ne souhaite pas que les deux rugbys se réunissent. Il faut qu’ils restent séparés, chacun avec leurs qualités qui font leur richesse".

Une chose est sûre, si le rugby à XIII et à XV ne sont pas près de se retrouver sur le même terrain, ils se sont déjà retrouvés dans les idées empruntant finalement bien souvent le même chemin.

Contenus sponsorisés