Icon Sport

Les Dragons a l’assaut du marché parisien

Les Dragons a l’assaut du marché parisien
Par Rugbyrama

Le 13/12/2019 à 08:48Mis à jour Le 13/12/2019 à 09:39

RUGBY À XIII - Entourés d’une pléiade de politiques et de chefs d’entreprises, les responsables des Dragons Catalans sont venus à Paris présenter leur nouvelle star James Maloney, au cours d’une entreprise de séduction très réussie.

Par l’entremise de leurs liens tissés avec Patrice Begay, le directeur de la communication de "Bpi France", les responsables des Dragons Catalan ont organisé à ses côtés jeudi soir dans les locaux parisiens de la banque publique d’investissement, une grande réunion de séduction à l’adresse de partenaires potentiels. Beaucoup de monde y a participé, qui a témoigné de l’intérêt de ces chefs d’entreprises parisiens porté à l’activité des Dragons Catalans en Super League. Et dans l’aréopage des personnalités présentes qui avaient décidé de les aider en produisant une intervention, on comptait Delphine Burki, la maire du neuvième arrondissement, où sont situés les locaux de BPI France, ou Brendan Berne, l’ambassadeur d’Australie en France, venu en tant que compatriote de James Maloney, la nouvelle star venu du Sud.

Le champion du monde et vainqueur de la NRL, dernière recrue des Dragons Catalans, a été présenté à l’auditoire comme la preuve vivante de l’intérêt des joueurs majeurs à venir disputer la compétition européenne. "Je suis vraiment très contente d’être là et de vivre cette nouvelle expérience", a t-il glissé avant l’ouverture du buffet. "Nous avons besoin de vous et de tous ceux qui veulent participer à cette grande aventure, avait adressé avant lui à ses invités, le directeur commercial Christophe Lévy. La Super League est le deuxième championnat d’Angleterre, qui est le deuxième marché mondial du sport. La banque Rotschild vient juste de rentrer au capital. Et nous avons vraiment besoin de soutien pour y développer notre action".

Un "Magic Weekend" en 2021

"L’arrivée d’un nouveau "CIO" a complètement re-dynamisé la compétition et son avenir", a expliqué le président historique des Dragons Bernard Guasch, lui qui cherche toujours un accord avec "beIN Sport" pour maintenir en l’état les retransmissions des matchs en France. Et de rappeler les chiffres des audiences de son équipe en Angleterre : elle est celle de France qui bénéficie de la plus grande exposition télévisuelle outre manche, loin devant le Psg de Neymar et Mbappé. Les couvertures de Sky et de la BBC ont offert un niveau de visibilité jamais encore atteint par une formation sportive française.

L’arrivée de Toronto dans la compétition, dont les capitaux ont permis le recrutement de Sonny Bill Williams, l’organisation d’une grande journée au mois de mai 2020 à l’occasion du match contre Leeds à Toulouse au stade Ernest Wallon, celle d’un "Magic Weekend" qui aura lieu à Paris en 2021, les matchs à Wembley ou Old Trafford : les chefs d’entreprises ont écouté assez religieusement l’égrainement de tous les arguments d’un bon investissement.

"À ce jour, dans notre budget qui voisinera avec les treize millions d’euros cette saison, nous présentons cinq millions de sponsoring privé, expliquait Bernard Guasch. Nous ne pouvons pas faire mieux sur notre base méditerranéenne. Nous avons atteint un maximum. C’est pourquoi nous avons décidé de venir chercher des investisseurs parisiens. Cette compétition est devenue très intéressante pour eux. Son développement doit pouvoir nous aider à trouver de nouvelles entreprises partenaires de dimensions nationales".

Par Guillaume Cyprien

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés