Isabelle Picarel

Coupe du monde à 7 - Les temps forts de la deuxième journée

Les temps forts de la deuxième journée

Le 22/07/2018 à 10:23Mis à jour Le 22/07/2018 à 10:30

Des favoris qui assurent, une France qui brille, des Néo-Zélandaises qui prennent leur revanche ou des Américains qui chutent, voici les moments à retenir de la deuxième journée de la Coupe du monde à 7.

Les Blacks Ferns conservent leur titre

C’est certainement le grand moment de ce deuxième jour de compétition à San Francisco. Les Néo-Zélandaises, tenantes du titre puisqu’elles avaient remporté l’édition 2013 à Moscou, restent championnes du monde. Ceci au bout d’un tournoi parfaitement maîtrisé. Deux ans après la déception des jeux Olympiques de Rio où elles avaient laissé la médaille d’or aux Australiennes, les Blacks Ferns ont atteint leur objectif. Cette fois, les championnes olympiques, qui ont remporté le circuit mondial juste devant la Nouvelle-Zélande, ont été éliminées en demi-finale par la France quand les coéquipières de Sarah Goss écartaient les Etats-Unis au même stade de la compétition. En finale, elles ont largement dominé les Bleues pour s’offrir une victoire amplement méritée.

Fidjiens et Sud-Africains font forte impression

Chez les hommes, les deux grands favoris de cette Coupe du monde ont passé sans encombre les quarts de finale. Et le dire est un euphémisme… Les Sud-Africains ont impressionné par leur maîtrise contre les Ecossais. Ils ont mené de bout de bout et ont même offert des phases de jeu sublimes sur lesquelles leur talent et l’harmonie collective de cette équipe furent évidents. À l’arrivée, les vainqueurs du circuit mondial cette saison se sont logiquement et facilement imposés (36-5). En demi-finale, ils affronteront les Anglais.

Mais tout le monde rêve déjà d’une finale faux aux Fidjiens tant les champions olympiques ont été merveilleux contre l’Argentine. D’emblée, ils ont fait comprendre à leurs adversaires du jour qu’ils ne leur laisseraient rien. Avec des séquences exceptionnelles et des essais de plus de soixante mètres, ils ont régalé et récité une véritable leçon offensive, à la fois spectaculaire et efficace (43-7). En demie, ils retrouveront la Nouvelle-Zélande.

Le rêve américain brisé

Chez les filles, les Etats-Unis ont dû abdiquer en demi-finale face à une Nouvelle-Zélande trop forte et future championne du monde malgré une belle résistance (21-26). Quelques heures plus tard, les Américaines affrontaient l’Australie pour la médaille de bronze. Encore une fois, elles se sont inclinées contre une équipe supérieure (14-24). Dure journée pour elles qui terminent quatrièmes. Mais la principale désillusion concerne les hommes. Considérés comme les grands outsiders de cette édition disputée à domicile, ils ont été surpris en quart de finale par l’Angleterre et ne pourront pas faire mieux que cinquièmes.

Tout avait pourtant bien commencé pour eux avec un essai de Hugues dès la première minute… Mais la suite n’était pas du même niveau et les partenaires de Perry Baker se sont inclinés (19-24). Voilà qui a littéralement éteint le public de San Francisco, lequel avait placé de grands espoirs en cette formation.

La France à son meilleur niveau

Il faut avouer que Français et Françaises ont brillé sur cette Coupe du monde. Si elle n’est pas finie pour les premiers, ils ont atteint le top 8 pour la deuxième fois de la saison seulement. Malgré la défaite en quart de finale contre les tenants du titre néo-zélandais (7-12), les Bleus peuvent être fiers d’avoir fait jeu égal avec leurs adversaires. Une vraie garantie pour l’avenir. Maintenant, ils chercheront la meilleure place d’honneur possible (entre cinquième et huitième). Quant aux filles, elles ont aussi réalisé leur meilleur tournoi de l’année.

Troisièmes du circuit mondial, elles ont réussi des performances majuscules pour écarter le Canada et l’Australie avant de baisser pavillon en finale contre la Nouvelle-Zélande. Mais cette position de vice-championnes du monde vient renforcer leur belle année.

Contenus sponsorisés
0
0