Isabelle Picarel

Coupe du monde à 7 - Les Bleues battues en finale par les Blacks Ferns (0-29)

Pour les "enragées", la fin est amère mais pleine d'espoir

Le 22/07/2018 à 05:16Mis à jour Le 22/07/2018 à 09:48

Les Françaises échouent sur la dernière marche de la Coupe du monde à 7 à San Francisco. Largement dominées par une équipe néo-zélandaise plus forte sur ce match (0-29), les Bleues terminent la compétition à une magnifique deuxième place.

Les Françaises sont de très belles vice-championnes du monde. Si le score final peut paraître lourd (0-29), elles sont tout simplement tombées sur meilleures qu’elles au moment de gravir la dernière marche de la compétition. Malheureusement, le suspense a d’ailleurs été de courte durée. Dès la 2e minute, Michaela Blyde s’offrait son premier essai de la soirée. Ce n’était que le début de son récital et les Blacks Ferns prenaient vite les devants. Emmenées par les géniales Portia Woodman et Tyla Nathan-Wong, qui étaient intenables et inscrivaient chacune un essai avant la pause (6e et 7e), les Néo-Zélndaises comptaient quinze points d’avance à la mi-temps.

Rugby à 7 - Le podium de cette Coupe du monde féminine (Crédit Photo : Isabelle Picarel)

Rugby à 7 - Le podium de cette Coupe du monde féminine (Crédit Photo : Isabelle Picarel)Isabelle Picarel

Les Bleues dans tout ça ? Elles ont pourtant bénéficié de quelques opportunités dont une gâchée en bout de ligne après un échange entre Chloé Pelle et Marjorie Mayans. Pour le reste, elles se sont évertuées à défendre et à faire avorter plusieurs séquences adverses, à l'image d'un sauvetage héroïque de Grassineau.

Le triplé de Blyde

Mais, si les premières minutes du second acte s’avéraient plutôt indécises, les championnes du monde en titre n’étaient pas forcément mises en danger par leurs adversaires. Des troupes de David Courteix qui éprouvaient des difficultés à garder la possession du ballon. Et le travail de sape des coéquipières de la capitaine Sarah Goss a fini par payer encore. Dans une fin de rencontre, assez anecdotique, où les Bleues avaient perdu toute illusion d’un fantastique retour comme ce fut le cas en demi-finale contre l’Australie, Michaela Blyde faisait encore parler son talent. Un doublé à 12e puis un triplé sur la sirène et les Néo-Zélandaises signaient un succès d’envergure et de prestige. Ces dernières parviennent donc à conserver leur titre acquis à Moscou en 2013.

En ce qui concerne les Françaises, elles auront réalisé un tournoi exceptionnel, avec des victoires majuscules face aux Canadiennes et aux Australiennes championnes olympiques, dans la lignée d’une saison prometteuse qui les a vues terminer à la troisième place finale du circuit. Là, elles ont encore gagné une position sur l’échiquier du 7. Une nouvelle très encourageante pour la suite malgré cette sévère défaite.

Contenus sponsorisés
0
0