AFP

Sevens - Londres : la dernière opportunité avant les Jeux pour les renforts du Top 14

Londres, la dernière opportunité avant les Jeux pour les renforts du Top 14

Le 20/05/2016 à 14:41Mis à jour Le 20/05/2016 à 18:02

SEVENS - Déjà testés cette saison, les renforts Arthur Bonneval, Théo Millet et Arthur Retière ont, aux côtés du nouvel appelé Jean-Pascal Barraque, l'occasion de se montrer ce week-end à Londres. Avec, en tête, la préparation et la sélection pour les JO. S'ils partent avec du retard, tous conservent l'opportunité en tête. Et comptent bien saisir leur chance sur la dernière manche du World Series.

J-78 jeudi, J-77 vendredi... On le répète depuis des mois, mais les Jeux n'ont - irréfragable loi du temps qui passe - jamais été aussi proches. Le dernier tournoi du World Series de la saison à Londres va marquer un cap à l'approche de Rio 2016. L'étape de Londres est l'ultime occasion d'effectuer des essais avant de débuter concrètement la préparation du retour du rugby dans le giron de l'olympisme.

Comme plusieurs autres nations, France 7 ne l'a pas négligé, en intégrant Jean-Pascal Barraque, Arthur Bonneval, Théo Millet et Arthur Retière à huit de ses contractuels fédéraux. La manche parisienne à laquelle ont assisté en tribunes les quatre renforts du Top 14 leur a forcément donné des idées. Ainsi que de l'envie à l'heure de traverser la Manche, mardi dernier.

Arthur Retière (France 7) face aux Samoa en mars 2016

Arthur Retière (France 7) face aux Samoa en mars 2016AFP

"Il y a une bonne ambiance et les entraînements sont corrects !" Au temps de jeu limité cette année, le Rochelais Barraque vise du plaisir. Celui qu'il a connu en 2012 à Las Vegas où il avait remporté la Bowl, notamment avec Jean-Baptiste Mazoué. "Le 7, ça me rappelle aussi les touchers qu'on faisait gamins, le plaisir qu'on prenait à se jouer de ses potes", complète le joueur polyvalent. D'autant plus dans le grand Twickenham qu'ils vont découvrir. "C'est une chance de pouvoir acquérir une nouvelle fois de l'expérience à haut niveau dans un stade mythique", relance le jeune Théo Millet.

A 7 pour "prendre du plaisir", à condition de trouver le rythme

Pour son deuxième tournoi avec les Bleus, Barraque espère, lui, apporter ses qualités de quinziste (notamment au pied) en s'adaptant tant bien que mal, dans l'urgence, au rythme du 7. "J'espère toucher plus le ballon, jouer des coups, même si tout le monde va très vite", commente-t-il. Sans inquiétude : "J'ai pu faire pas mal de physique cette année et j'ai toujours eu un bon cardio. Pour autant, je sais que je vais en chier à un moment donné mais c'est là où on apprend à gérer les situations, en ayant plus la tête haute". Comme Bonneval, Millet et Retière (déjà vus cette saison, soit en Amérique, soit en Asie), son jeu sera forcément scruté avec attention.

Jean-Pascal Barraque (La Rochelle)

Jean-Pascal Barraque (La Rochelle)Icon Sport

Le staff des Bleus porte depuis déjà un moment de l'intérêt à ces quatre-là et veut maintenant leur faire confiance. Ainsi pourraient-ils bien intégrer la préparation des JO dès le mois de juin (aux côtés des 14 contractuels puis des Ouedraogo, O'Connor, Martial et Grosso, en fonction de leur fin de saison). A condition d'être libérés par leurs formations. Ils partent néanmoins avec du retard sur les membres à plein temps du groupe en vue de la sélection annoncée mi-juillet (de 12+2). Mais l'espoir perdure. "C'est le plus grand événement sportif au monde. Tout le monde en rêve, moi aussi", reconnaît Barraque, utilisé comme ouvreur ou centre à 7.

Une petite place pour Rio ou un éventuel contrat en tête

Rien à perdre, tout à gagner. Sans pression, ou presque. Intéressant à Vancouver pour une découverte inattendue du circuit mondial, Théo Millet résume l'état d'esprit : "Je vais essayer de faire le meilleur tournoi possible et si c'est le cas, je pourrais y penser juste un petit peu". Malgré le contexte, tous les quatre y pensent et devront se lâcher à Londres après une semaine appliquée, marquée par de petites oppositions face au Canada et au Portugal. "Une fois sur le tournoi, ce sera vite oublié" reprend Barraque. "C'est un jeu d'initiatives et se poser trop de questions est contraire au jeu. On comptera les points à la fin".

Arthur Bonneval (France 7) - avril 2016

Arthur Bonneval (France 7) - avril 2016AFP

Si le Toulousain Bonneval, le Parisien Millet et le Racingman (et futur Rochelais) Retière ont avant tout les Jeux dans un lointain coin de leur tête, le Maritime en fin de contrat pense aussi à son avenir moins proche. Intéressé - malgré les changements de mode de vie impliqués - par un engagement que la FFR pourrait pour les saisons à venir lui proposer, Barraque doit aussi faire ses preuves dans cette idée ce week-end. L'enjeu tombe bien, dans une poule largement à la portée des Bleus (avec Portugal, Ecosse et Kenya) à Londres. Où les Tricolores veulent terminer leur saison sur la lancée de la troisième place acquise à Paris. Avant de plonger définitivement vers Rio.

Le programme des Bleus samedi à Londres

France - Ecosse : 10h30

France - Portugal : 13h36

France - Kenya : 17h04

Contenus sponsorisés