Isabelle Picarel

Coupe du monde à 7 - Terry Bouhraoua (France), le vol d’air

Bouhraoua, le vol d’air

Le 24/07/2018 à 11:18Mis à jour Le 25/07/2018 à 10:25

Au bout d'une saison extrêmement frustrante, marqué par son retour raté à XV et au Stade français, Terry Bouhraoua a retrouvé l'équipe de France à 7 et a réalisé une belle Coupe du monde à San Francisco. De quoi donner une respiration et peut-être des idées d'avenir pour celui dont le contrat a été rompu par le club parisien...

Capitaine de l’équipe de France à 7 et véritable guide pour ses partenaires lors des jeux Olympiques de Rio en 2016, Terry Bouhraoua a disputé la Coupe du monde 2018 de San Francisco, le week-end passé, dans un autre costume. Celui d’un joueur qui avait quitté l’aventure du Sevens voilà un an pour revenir aux premiers amours du XV et du Stade français. Mais alors que l’histoire avait tout pour être belle, elle a vite tourné au vinaigre…

Très peu utilisé avec son club formateur, l’ancienne star du circuit mondial a basculé dans l’anonymat parisien. Au total, et toutes compétitions confondues, il a fait sept apparitions cette saison pour seulement deux titularisations (et deux essais tout de même). Face à cet échec, le bruit d’un éventuel retour dans le groupe de Jérôme Daret s’est propagé.

" Cela m'a permis de reprendre du plaisir"

Bouhraoua a commencé par intégrer l’effectif composé de nombreux anciens coéquipiers pour les étapes de Hong-Kong puis Paris. Avant d’être mobilisé pour préparer la Coupe du monde. Un premier bol d’air tellement Bouhraoua a dû ronger son frein et contenir sa frustration. "Il est vrai que la saison a été longue", ne cache pas l’intéressé. Du coup, lui a rapidement repris les habitudes d’un rugbyman sur lequel on compte. Car c’est encore et toujours le cas quand il enfile le maillot du 7. "Je remercie l’équipe de France dans son ensemble et le staff en particulier de m’avoir permis de rejouer, de prendre à nouveau du plaisir sur le terrain", poursuit-il.

Terry Bouhraoua (France 7)

Terry Bouhraoua (France 7)AFP

Il a même joué un rôle capital à San Francisco avec des prestations personnelles convaincantes et forcément un rôle de leader naturel. Quand on lui demandait si la déception du quart de finale contre la Nouvelle-Zélande n’avait pas trop pesé sur la fin du tournoi, il répondait en cadre expérimenté : "Il faut savoir la garder car ces échecs nous servent pour la suite, mais ne pas s’arrêter là-dessus. Le rugby à 7, ça va vite".

Quel avenir maintenant ?

Si l’épopée américaine est une belle respiration pour Bouhraoua, son avenir individuel est loin d’être réglé. Il fait en effet partie des joueurs non conservés par le Stade français et dont le contrat a été rompu. Du coup, l’éventualité d’un come-back définitif à 7 semble évident. Lui temporise : "D’abord, je vais prendre des vacances. Puis on va réfléchir ensuite et faire le point après cette Coupe du monde. Je ne sais pas encore de quoi sera faite la saison prochaine pour moi".

Terry Bouhraoua (France à 7)

Terry Bouhraoua (France à 7)Icon Sport

Même s’il avoue volontiers : "Personnellement, cette compétition a fait du bien au moral et je suis ravi d’avoir vécu cette aventure. Une Coupe du monde, c’est toujours extraordinaire. Je crois que l’équipe de France, en finissant huitième, peut sortir la tête haute". Lui aussi. Et ce n’est pas anodin.

Contenus sponsorisés
0
0