Rugbyrama

L'Écosse, Exeter, La Rochelle... Les équipes qui ont marqué l'année 2017

L'Écosse, Exeter, La Rochelle... Les équipes qui ont marqué l'année 2017
Par Rugbyrama

Le 29/12/2017 à 14:16

De la révélation de l'année avec La Rochelle à la récompense clermontoise, en passant par la maîtrise des Sarries : retour sur les équipes marquantes de l'année.

Clermont : la récompense

Finie la malédiction, la boule au ventre avant les finales ou autres suspicions d'états d'esprit des joueurs de l'ASM. Les Auvergnats ont ramené un deuxième bouclier de Brennus, et il était temps. Au fil des années, leur unique victoire lors de la finale contre l'USAP en 2010, semblait devenir l’exception qui confirme la règle tant le niveau de jeu affiché au cœur de saisons, contrastait avec les résultats aux termes des compétitions. Mais ce 4 juin dernier, les Auvergnats voient leur abnégation récompensée grâce à une maîtrise parfaite du match, à l'image de Morgan Parra au sang-froid unique, frappant ses pénalités à une ou deux secondes du terme du temps imparti. Une récompense aussi pour le club qui a fait confiance à la relève. Iturria, Cancoriet, Falgoux, Raka et Yato, ont tous pris part à cette finale.

Clermont - Bouclier de Brennus

Clermont - Bouclier de BrennusIcon Sport

L’Écosse : la surprise

En novembre dernier, il aura fallu un énorme retour de Beauden Barett sur Stuart Hogg pour empêcher les Écossais de remporter leur premiere victoire face aux Blacks. Un match qui symbolise la progression de cette équipe, masquée derrière de grosses déceptions. En 2015, si Craig Joubert n'invente pas cette pénalité cruelle à une minute du terme, ils auraient été la seule équipe européenne à disputer une demi-finale en battant l'Australie 34-32. Cette année, une nouvelle fois, leur performance au tournoi des 6 nations passe inaperçue. 4e officiellement, ils terminent avec le même nombre de points que l'Irlande 2e. Depuis, ils ont pris deux fois leur revanche sur l'Australie, d'abord à Sydney 19-24, puis largement à domicile 53-24. Les hommes de Townsend ne peuvent plus se cacher, ils font partie des toutes meilleures nations mondiales.

La Rochelle : la révélation

Qui aurait imaginé que le Stade Rochelais finirait la phase régulière de la saison en position de leader, avec 6 points d’avance sur Clermont ? Pas grand monde. Et pourtant. L’équipe de Patrice Collazo a régné d’une main de maître sur le championnat en terminant invaincue à domicile et meilleure équipe à l’extérieur (7 victoires). Une harmonie composée d’envolées des trois-quarts et de puissance du pack, ultra dominateur, dont Victor Vito est le garant parfait. Pour sa troisième saison depuis sa remontée en Top 14, La Rochelle a régalé les amateurs de jeu de passes léché et d’essais magnifiques que seul un drop à la sirène, un soir de mai, aura mis un terme.

La Rochelle

La RochelleIcon Sport

Les Saracens : la maîtrise

Équipe phare du championnat anglais, les Sarries ont réalisé une campagne européenne exemplaire tant ils ont maîtrisé leurs adversaires. D'abord en surclassant Glasgow 38-13, puis en allant s'imposer 10-26 au Munster, et enfin,en réalisant une prestation de très haut niveau en finale, face à une équipe de Clermont qui n'a pas à rougir de sa prestation (28-17). Même si les Jaunards ont pris leur revanche lors de la dernière double confrontation, les Saracens, traversent une période difficile, la faute à de nombreuses blessures. Malgré ça, ils restent 2e de Premiership, et sont toujours dans le coup en Champions Cup. Ils sont actuellement double champion d'Europe, mais pas champion d'Angleterre, surprit en demi-finale par Exeter.

Exeter Chiefs

Exeter ChiefsIcon Sport

Exeter : la succession

Après avoir échoué à quelques pas de deux précieux titres lors de l'exercice 2015-2016, les Chiefs d'Exeter ont su rebondir durant la saison suivante malgré une élimination en Champions Cup. Les joueurs de Rob Baxter affrontent en demi-finale les doubles tenants du titre, les Saracens, tout juste auréolés de leur deuxième titre de champion d’Europe. Menés à quelques minutes du terme, les Chiefs parviennent à marquer un dernier essai et éliminent les Sarries. La passation de pouvoir a lieu. Accompagné de leur fidèle public, ils affrontent en finale les "guêpes" des Wasps. Après un match à haute intensité où les renversements de situations ont été nombreux, Exeter remporte le titre au bout du suspense (23-20). Ce modeste club, qui est loin d'avoir la plus grosse écurie du championnat, a développé un jeu offensif qui s'appuie sur la vitesse et la prise d'initiative. Année après année, Exeter a su former ses propres joueurs (Jack Nowell, Henry Slade, Luke Cowan-Dickie notamment) et s'est installé dans la première partie de tableau pour faire partie des équipes redoutées en Angleterre mais également en Europe.

Contenus sponsorisés
0
0