• Pro D2 - Xavier Péméja (Nevers)
    Pro D2 - Xavier Péméja (Nevers)

Péméja : "S’il faut parler de maintien à la mi-saison, je serai capable d’en parler"

Le

PRO D2 - Quinzième au classement, Nevers se retrouve dans la zone rouge à l’aube d’une confrontation qui s’annonce compliquée face à Béziers. Xavier Péméja, manager de l’USON, fait le point sur le début de saison. Entre inquiétudes et certitudes, l’entraîneur ne baisse pas la garde et assure que les objectifs du club n’ont pour l’heure pas changé avec en ligne de mire le top 6.

Vous attendiez-vous à un début de saison si compliqué ?

On savait qu’on aurait un début de saison difficile. C’est le cas. On a eu beaucoup de turnover dans l’effectif à l’intersaison. On a perdu des beaux joueurs mais aussi des leaders de vestiaires, d’avant et d’après match. Ça va se reconstituer, aujourd’hui nous avons un groupe qui a 24 ans de moyenne d’âge. Notre recrutement a été fait avec beaucoup de joueurs de Nationale donc c’est vrai qu’on s’attendait à ce moment de doute. Les joueurs doivent encore s’installer dans cette équipe.

Être avant dernier du championnat installe forcément le doute, comment sentez-vous vos joueurs ?

Je sens bien les joueurs. C’est un groupe qui travaille bien et qui ne traîne pas des pieds au contraire, on est parfois obligé de les calmer à l’entraînement. On est dans le dur c’est vrai, on ne va pas se cacher les yeux. On est quinzième au classement mais il y a des signaux positifs comme le fait que nous soyons premiers en défense, en nombre d’essais encaissés. La conquête comment à redevenir ce qu’elle était. Aujourd’hui on a une défaillance sur le nombre d’essais inscrits, on a du mal quand on arrive dans la zone de marque. On travaille là-dessus. On sait où on doit aller.

Nevers se relance, Vannes enchaîne à domicile... Les pronos de la 13ème journée de Pro D2 ?https://t.co/nC9XafVb5c

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) December 1, 2022

C’est la première fois que Nevers est en position de relégable ?

D’aussi loin que je me souvienne je crois bien que c’est la première fois qu’on est en position de relégable depuis que Nevers est en Pro D2. Si on regarde les résultats, ce ne sont pas de grosses défaites, on perd beaucoup de matchs dans les derniers instants. On manque de détermination sur les moments clés. Cela se joue à peu de chose, on n’a jamais pris de grosse fessée. Je sais que nous sommes dans les matchs et que ça va venir.

À l’heure actuelle, Nevers vise toujours le top 6 ?

On a toujours un objectif de qualification pour le moment. Je serai toujours à temps de parler de maintien quand ça sera l’heure. Il faut toujours avoir ça dans la tête. S’il faut parler de maintien à la mi-saison, je serai capable de parler de maintien. Je ne me cacherai pas. J’ai confiance en mes joueurs, ça bosse bien. Il n’y a pas de raison que ça s’arrête. C’est un groupe qui est au début de sa vie et je pense que la vie de ce groupe sera belle. Ce passage dur va nous renforcer. Ça va venir c’est sûr.

Sentez-vous un peu d’inquiétude avec d’affronter Béziers ?

Je ne sens pas de panique parce que ça ne sert à rien après bien entendu il y a de l’inquiétude sur le match face à Béziers. Il y aura de l’inquiétude sur chaque réception maintenant. Tant qu’on n’aura pas enchaîné les résultats positifs ça sera compliqué mais il faut transformer ces temps faibles. Il ne faut pas regarder trop loin, c’est Béziers qui arrive. Si on perd ce match on serait vraiment dans une situation catastrophique.