• Vincent Etcheto - Soyaux-Angoulême
    Vincent Etcheto - Soyaux-Angoulême

Etcheto recadre le public biarrot : "j’aime bien me faire chambrer, mais il faut un peu de respect"

Le

PRO D2 - Aux commandes de Soyaux-Angoulême depuis 2020, le Bayonnais Vincent Etcheto retrouvait le public d’Aguiléra, hier soir, à l’occasion de la rencontre opposant le Biarritz olympique au SAXV. Après le match, il a voulu faire passer quelques messages.

Hier soir, le SA XV s’est incliné à Biarritz, 32-15. En conférence de presse après le match, le manager angoumoisin a avoué : "Ça m'agace. On fait un bon début de match, mais on ne se paye pas assez. Ça va être dur, mais vu la réaction qu’on a en fin de match, je pense qu’on est capable de lutter pour ce maintien."

Dans les couloirs d’Aguiléra, Etcheto poursuivait ainsi : "Il y a un peu de frustration de ma part. Je ne devrais pas. Je me suis fait chambrer pendant une heure et demie (par le public, NDLR). Je leur ai dit gentiment qu’ils pouvaient prendre l’abonnement en train ou en mobylette pour aller jusqu’à Nice l’an prochain, s’ils veulent supporter leur équipe. J’aime bien me faire chambrer, mais il faut un peu de respect. Nous arrivons de Nationale, ils descendent de Top 14, on savait qu’il y avait des différences. Je n’ai pas senti la différence tout le match. Ils sont meilleurs que nous, il faut l’accepter, mais c’est dur. Je suis très content qu’on ne leur ait pas laissé le bonus, car par rapport à leur prestation et la nôtre, on ne mérite pas cet écart."

Etcheto : "Ça n'a rien à voir avec le groupe de joueurs que j’aime bien ou Matthew Clarkin que j’adore"

En toute fin de match, Soyaux a privé le BO de bonus offensif, lorsque Rayne Barka a plongé dans l’en-but. Il restait alors une minute à jouer et Jacob Botica a pris tout son temps pour transformer, empêchant Biarritz d’avoir une dernière munition pour essayer de récupérer le bonus. Un choix assumé par Vincent Etcheto : "Le public a eu l’impression de m’insulter en me disant que je suis Bayonnais, mais non, je suis fier d’être Bayonnais, je le reste et Bayonne est en Top 14 actuellement. Il y a un peu de colère. On aurait pu taper vite (la dernière transformation), pour essayer de remarquer un essai. Essayer de jouer au maximum, c’est plutôt ma philosophie. Mais là, je n’avais pas envie de leur filer ce cadeau. Ça n'a rien à voir avec le groupe de joueurs que j’aime bien ou Matthew Clarkin que j’adore. Mais pour le public, s’il est aussi con que ça, il ne le mérite pas."