• Pro D2 - Béziers - Romain Uruty
    Pro D2 - Béziers - Romain Uruty

Au bout du suspense, Béziers arrache la victoire sur la pelouse d'Agen

Le | Mis à jour

Dans un match cadenassé, Béziers s'offre un succès précieux à Armandie (13-14). Au bout d'un combat acharné, les Biterrois passent devant sur le gong. Après une remontée depuis leurs 22 mètres jusqu'à la ligne médiane. Et sur une pénalité longue distance, signée Victor Dreuille.

Alors qu’il restait une poignée de secondes à jouer dans cette rencontre et qu’un petit coup de patte de Raphaël Lagarde les contraignaient à jouer une touche sur leurs propres 15 mètres, les Biterrois alors menés 13-11 par les Agenais auraient pu se contenter d’un nouveau bonus défensif à l’extérieur cette saison. Et assurer la conquête pour dégager en touche et repartir vers l’Hérault avec un point en poche. Mais trop souvent cette saison, les Biterrois sont passés proches d’un succès à l’extérieur (une victoire à Massy mais surtout quatre bonus défensifs hors de leurs bases). Les Biterrois avaient "besoin d’être payés" pour leurs efforts. Une touche rapidement jouée, trois minutes de temps de jeu après la sirène et une pénalité plus loin, ce sont les Agenais qui ont réglé la note. Après une remontée patiente et conquérante jusqu’à la ligne médiane, les visiteurs récupèrent une pénalité pour un grattage illicite de Fotu Lokotui. Entré en jeu peu de temps auparavant, Victor Dreuille s’élance sur une pelouse très grasse et sous la pluie qui tombe sur Armandie. Et son coup de pompe permet à Béziers de s’offrir la pénalité de la gagne, de près de 50 mètres. 13-14.

"Le héros c’est toute l’équipe, tout un staff, toute une ville, souffle Victor Dreuille à nos confrères de Canal + Sport. Je suis content d’avoir pu récompenser toute une équipe et tout un staff ce soir. Ce n’était peut-être pas très beau à voir mais on a gagné". Sur le reste de la partie, on a effectivement vu un bras de fer mené dans des conditions climatiques difficiles. Qui ont poussé les acteurs à la faute. En-avants dans le jeu et ballons cafouillés en touche par exemple.

Agen, fort en mêlée mais déréglé en touche

Les locaux auront en tout cas de gros regrets sur cette rencontre. Ils concèdent déjà un quatrième revers sur leur pelouse cette saison. Pourtant, ils s'appuient d’abord sur une énorme mêlée pour dominer leurs adversaires. Ils ont d'ailleurs trois occasions de marquer des pénalités grâce à l'épreuve de force des packs dans le premier acte. Mais les Agenais n’arrivent pas à prendre le large, notamment en raison d’une touche déréglée. Pour diverses raisons, ils égarent 5 ballons dans ce secteur de jeu sur la première demi-heure (7 ballons perdus sur ou après touche sur l'ensemble du match). En face, les Biterrois répliquent sur un ballon porté qui leur amène une pénalité permettant de rester proche au score dans cette rencontre. Deux pénalités d’Emile Dayral contre une de Romain Uruty (notre photo), Agen mène seulement 6-3 à la pause.

Béziers se donne de l'air

Dans le deuxième acte, Béziers doit d’abord faire le dos rond suite à un carton jaune récolté par Jon Zabala juste avant la pause en mêlée. Et les visiteurs le font bien, car ils ressortent de cette période à égalité au tableau d’affichage, en ayant scoré par Romain Uruty (6-6). Les visiteurs prennent même les devants sur un nouvel effort sur ballon porté, conclu par le talonneur Clément Estériola (6-11, 56e). Mais les Agenais répliquent très vite. Et Kolinio Ramoka boucle en force entre les perches un essai transformé par Raphaël Lagarde (13-11, 63e). Agen s’appuie alors sur une défense agressive qui annihile les tentatives héraultaises. Les deux équipes égarent encore tour à tour des munitions en touche. Le chrono file. Et puis viennent les minutes jouées après la sirène et la remontée du terrain des Biterrois avant l’ultime coup de pompe victorieux pour Victor Dreuille. Avec ce succès, Béziers se donne de l’air au classement. En revanche, ce bonus défensif est amer pour Agen. Qui piétine et va regarder ses adversaires directs avancer vendredi soir…