Other Agency

Bru : "Ce n’est jamais simple de redémarrer psychologiquement à l’étage en dessous"

Bru : "Ce n’est jamais simple de redémarrer psychologiquement à l’étage en dessous"

Le 29/09/2021 à 10:12Mis à jour Le 29/09/2021 à 10:54

PRO D2- PRO D2 - Relativement satisfait du début de saison de son équipe, le manager de l’Aviron bayonnais dresse un bilan du premier bloc du club basque, toujours invaincu dans ce championnat.

Yannick, l’Aviron occupe la troisième place du classement. Quel bilan faites-vous de ce premier bloc ?

Cette première étape du redémarrage en Pro D2 s’est déroulée positivement. Nos fondations sont là : l’état d’esprit et notre assise défensive. Ça fait partie des choses positives. Sur cette étape de reconstruction, c’était le plus important d’avoir ces fondations-là. Maintenant, nous sommes tous conscients qu’on doit faire beaucoup mieux dans le domaine offensif et dans l’utilisation du ballon. Nous avons aussi impliqué un maximum de joueurs comme prévu. Nous avons gardé une régularité dans nos résultats malgré des turnovers importants dans l’équipe. Ce sont des choses très encourageantes. Sur les blocs suivants, nous allons pouvoir nous concentrer sur l’amélioration de notre jeu.

Hormis l’état d’esprit et la défense, qu’avez-vous apprécié d’autre dans le visage de votre équipe ?

Nous avons eu une intersaison très courte et nous avons été performants, rapidement, dans tous les secteurs qui ne demandent pas un talent particulier. C’était le minimum syndical. On s’y est employés. On a une défense qui nous a permis de générer beaucoup de turnovers et de marquer pas mal d’essais. C’était ce qu’on voulait. On a provoqué beaucoup d’erreurs chez les adversaires, mais on ne peut pas se satisfaire de ça. Nous avons l’ambition d’avoir davantage l’initiative du jeu, et pour ça, il faut qu’on soigne notre conservation de balle qui a été le point noir de ce premier bloc.

Un autre point noir fut l’irrégularité aperçue, par moments, pendant un match...

Cette irrégularité est liée à l’inconstance de notre conquête directe. Elle a opéré une très bonne remise en question à Grenoble et elle a livré une copie très intéressante, notamment en touche. La confiance de l’équipe et sa régularité dans les performances sont forcément liées à la stabilité que dégagent les phases de conquête. Sur ce premier bloc, ça n’a pas toujours été le cas. Notre régularité en conquête directe et notre rigueur sur la conservation de balle sont les axes de travail pour le futur.

En étant parfois inconstants, vous êtes quand même invaincus. Est-ce encourageant ?

C’est le point de satisfaction. L’envie de gagner et de rebondir sont là. On sait que ce n’est jamais simple de redémarrer psychologiquement à l’étage en dessous. Cette première transformation s’est déroulée avec succès. Pour moi, c’était l’élément le plus important de notre démarrage de saison. Nous avons aussi eu un avertissement sans frais contre Nevers. On a su se remettre en question pour aller gagner à Grenoble.

Vous avez utilisé beaucoup de joueurs sur ce premier bloc. Quelle sera votre volonté pour le second ?

Aujourd’hui, nous avons une vision claire du niveau de tous les joueurs de l’effectif professionnel. Bien sûr qu’on opérera des roulements, parce que le Pro D2 est un marathon. Mais, peut-être que sur le second bloc, il y aura moins de rotations massives comme au début.

Vous serez quand même contraints d’en faire quelques-unes…

Indéniablement, déjà, parce que nous avons la chance d’avoir un groupe étoffé en quantité et qualité. Tous les joueurs compétitifs doivent être mobilisés par notre projet. Il est hors de question de couer notre effectif en deux. En plus, il y a une nécessité de fraîcheur, car le rugby est un sport de vitesse et de fraîcheur. On ne peut pas faire un combat de boxe toutes les semaines. On continuera à opérer des rotations à la marge, mais on sait, aujourd’hui, dans notre effectif, qu’on a des joueurs qui sont très importants pour la performance.

Pro D2 - Uzair Cassiem est un des meilleurs joueurs de Bayonne en ce début de saison.

Pro D2 - Uzair Cassiem est un des meilleurs joueurs de Bayonne en ce début de saison.Icon Sport

Comment voyez-vous le bloc qui arrive ?

Écoutez, le premier était dense, particulièrement rude. Nous nous sommes déplacés trois fois, nous avons reçu deux fois. Dans le trio de tête, nous sommes la seule équipe à s’être déplacée trois fois. Nous avons été chez des écuries confirmées du Pro D2. Pendant le second bloc, on recevra trois fois pour deux déplacements. On aura un voyage très important à Colomiers et on accueillera Mont-de-Marsan. On ne pourra pas baisser la vigilance. Il sera fondamental d’afficher une progression.

Un joueur porte un peu l’équipe en ce début de saison : Uzair Cassiem. Qu’avez-vous pensé de ses performances ?

Il a été au niveau du joueur qu’on a recruté. Ça fait plusieurs saisons que nous étions en contact avec lui. Pour moi, il peut évidemment jouer à l'échelon au-dessus. Il a été déterminant sur ce premier bloc, non seulement par son apport sur le terrain, mais aussi par l’impact psychologique qu’il a sur nos joueurs. Mais il n’est pas intouchable non plus. Son match à Grenoble a été entaché de pas mal de petites erreurs. C’est un joueur qui va apprendre la difficulté d’être régulier sur un championnat comme le Pro D2, d’où l’importance d’opérer des rotations à certains moments. Évidemment, c’est un joueur très important de notre effectif type, mais il ne pourra pas enchaîner trente matchs à ce niveau de performance, donc il faudra qu’on soit capable de le faire souffler à certains moments.

Espérez-vous des retours pour le prochain bloc ?

Nous attendons avec impatience le retour de John Ulugia, tout comme celui d’Isaia Toeava. Il a dépanné à Grenoble sur la feuille de match, mais il n’était pas réellement en capacité de subir des contacts importants. Jean Monribot a un problème à l’épaule et au thorax. Je pense que ça va prendre un peu de temps, on en saura plus en début de semaine prochaine. L’apport de John Ulugia va être important, car nous avons tiré sur la corde de nos deux talonneurs pendant ce premier bloc. Nous attendons le retour de Luka Tchelidze qui nous permettra, à gauche, d’avoir une rotation plus franche. Ugo Boniface a très peu joué sur le premier bloc, il sera donc très frais. Nous attendons beaucoup de ces trois joueurs pour nous amener un punch et une expérience supplémentaire. Il y a aussi certains jeunes joueurs de notre cellule élite qui nous ont tapé dans l’œil et ils viendront se mêler à la bagarre pendant le second bloc. C’est important pour la dynamique de formation du club.

Contenus sponsorisés