Icon Sport

Vincent : "Je ne pense pas que changer de staff soit la solution"

Vincent : "Je ne pense pas que changer de staff soit la solution"
Par Rugbyrama

Le 15/09/2021 à 09:42Mis à jour

PRO D2 - L'ouvreur lot-et-garonnais Thomas Vincent, de retour dans son club de cœur après un prêt à Aurillac, a rejoué jeudi dernier. Il revient sur la rencontre et rend hommage à son staff avant la réception de Bourg-en-Bresse.

Vous sortez d'une blessure à la cuisse, comment vous sentez-vous ?

Je n'ai plus aucune douleur. Je souffrais d'une déchirure (entre 4 et 6 cm) au niveau d'un quadriceps. À Grenoble, je ne me suis pas senti trop mal au niveau du plan de jeu. Par contre, j'ai ressenti que j'étais en manque de rythme. Cela va revenir rapidement. D'ici une ou deux rencontres.

Vous sembliez en mesure de l'emporter à Grenoble. Ressentez-vous de l'amertume après cette rencontre ?

Oui. Il y a une grosse frustration collective. Régis (Sonnes) était très déçu pour nous à l'issue de la rencontre. Cela ne se joue pas à grand-chose. Quelques approximations, une touche moins maîtrisée et des échecs dans mes tentatives au pied. Je m'en veux beaucoup. Il y a aussi eu cette indiscipline avec les pénalités encaissées sur des hors-jeu. À la vidéo, on s'est dit qu'on leur avait donné le match.

Justement, ce sentiment traduit-il une certaine peur de gagner dans l'équipe ?

Non, je ne pense pas car dans le vestiaire, on s'était dit qu'on venait pour jouer notre rugby. On voulait gagner même si ce n'était pas le but premier, mais il n'y avait pas d'appréhension. Nous avons juste été trop fébriles à certains moments, notamment dans notre jeu de mouvement.

Le SUA ne franchit pas pour le moment cette saison. Et il semble en difficulté sur l'aspect offensif de son jeu. Avez-vous aujourd'hui tous les ingrédients pour réaliser "du beau jeu" ?

Il y a un manque d'automatismes pour le moment, c'est certain. Il y a beaucoup de recrues et donc cela prend du temps. Aux entraînements, tout se passe très bien. Mais l'intensité du match, le bruit dans les tribunes et les aléas des rencontres changent beaucoup de choses. Il y a un manque de confiance certain, notamment nous au niveau de la charnière, et une peur sans doute inconsciemment d'envoyer au large. On compte beaucoup sur nos avants, mais on les épuise. Du coup, ils sont moins lucides sur certaines situations. C'est à nous derrière de prendre nos responsabilités pour les soulager. Mais il ne faut pas s'attendre à ce que d'un week-end à l'autre, ça change du tout au tout.

Pensez-vous que la réception de Bourg-en-Bresse va ressembler à celle de Béziers, deux semaines plus tôt ?

Non, Régis a d'ailleurs comparé cette équipe à Grenoble. Ils envoient beaucoup de jeu. Il va falloir que l'équipe soit très vigilante. Mais surtout, il faut absolument gagner.

On sait que le staff est actuellement sous le feu des projecteurs. Quel est le point de vue du groupe sur les entraîneurs justement ?

Nous leur donnons une confiance aveugle. C'est embêtant pour eux car même nous, entre joueurs, nous sommes très satisfaits. Personne ne veut changer de staff. Et d'ailleurs, je ne pense pas que cela soit la solution. Mais c'est à nous d'aller gagner les deux prochaines rencontres pour tout remettre dans l'ordre.

Propos recueillis par Mathieu Vich

Contenus sponsorisés