Icon Sport

Oyonnax au rendez-vous des demi-finales en battant Colomiers

Oyonnax au rendez-vous des demi-finales en battant Colomiers

Le 20/05/2022 à 22:35Mis à jour Le 20/05/2022 à 22:49

Sans véritablement trembler, mais jamais à l’abri non plus, Oyonnax a battu Colomiers à domicile 19-15, pour rejoindre Bayonne en demi-finale. Face à sa bête noire, et bien qu’ ayant terminé la phase régulière sur sur deux défaites, les joueurs de l’USO aurait pu avoir un peu d’appréhension. Mais l’équipe de Joe El Abd a monté le curseur d’un cran et se trouve clairement en mode phases finales.

L’US Oyonnax aurait pu avoir l’ombre d’un doute au moment de commencer son parcours de phases-finales. La faute à deux défaites pour finir la saison régulière, mais aussi à un adversaire qui l’avait battu à deux reprises. Mais l’USO a le Top 14 en tête, et le sentiment de revanche face aux Columérins était trop fort pour empêcher le club du Haut-Bugey de poursuivre son rêve de retour en Top 14. Avec un Soulan parfait au pied, et grâce à un Kevin Lebreton intenable dans les rucks, Oyonnax poursuit sa route. Bayonne est désormais prévenu avant des retrouvailles la semaine prochaine en terres basques.

Oyonnax, qui a fait en sorte de démarrer fort cette rencontre, en mettant immédiatement son adversaire sous pression. Mais sans réussite, alors que sur ses premières incursion, Colomiers ouvrait le score par deux pénalités de Thomas Girard (0-6, 12e minute.) Une piqûre qui a tout de même réveillé les Oyomen, qui revenaient rapidement dans la partie par deux pénalités de Soulan (6-6, 20e minute). Tendu juste ce qu’il faut, ce début de match sentait bon les phases-finales. Oyonnax se montrait juste dans les rucks, et Colomiers essayait de produire du jeu, pour tenter de déstabiliser la solide défense adverse. Globalement sous pression lors du premier acte, Colomiers se montrait toujours aussi pragmatique et reprenait l’avantage sur une nouvelle pénalité de Girard (6-9, 34e minute). Mais en s’appuyant sur sa mêlée, Soulan replaçait son équipe au tableau d’affichage juste avant la pause à 9-9, dans une première période sans essai, mais tout de même très intense. Oyonnax s’est sans doute créé les meilleurs occasions, mais Colomiers a su faire le dos rond pour résister et coller au score. L’USO, qui se montrait en revanche énorme en défense, à l’image d’un Kévin Lebreton décisif sur toutes les actions chaudes, dans la lutte au sol.

Deux échecs au pied terribles pour Girard, contre un sans-faute de Soulan.

Dès le retour des vestiaires, et suite à une très longue séquence de près de 4 minutes, Oyonnax a usé la défense adverse, avant une accélération décisive de Bouraux, entré en jeu à la place de Paris, qui servait parfaitement Millet pour le seul essai de la rencontre (16-9, 45e minute). Les débats étaient alors définitivement lancés, et Thomas Girard se montrait un peu moins précis, manquant deux pénalités capitales, qui pouvaient redonner l’avantage aux siens. Pourtant, Oyonnax multipliait les fautes et permettait tout de même au buteur columérin de réduire l’écart peu après l’heure de jeu (16-15, 63e minute). Soulan manquait alors un drop pour redonner de la marge à son équipe, qui n’en avait plus. Mais si l’USO a tremblé jusqu’au bout, ne parvenant jamais à creuser l’écart au tableau d’affichage. La défense et l’efficacité d’un gratteur de ballon hors-pair comme Kevin Lebreton, pliait quelque peu, mais ne rompait jamais. La mêlée Oyonnaxienne va même permettre en fin de rencontre à Jules Soulan d’être l’autre héros du match avec un sans-faute au pied grâce à la pénalité de la gagne, de près de 50 mètres, à deux minutes du terme de la rencontre. Un ultime ballon gratté par Lebreton, et l’USO s’impose finalement logiquement 19-15, et poursuit son rêve d’accession au Top 14.

Comme la saison passée, Oyonnax élimine donc Colomiers en barrage et se retrouve donc bel et bien présent au rendez-vous des demi-finales. L’USO va maintenant tenter de relever le défi que va lui proposer l’Aviron Bayonnais la semaine prochaine dans son stade Jean-Dauger. Colomiers, pour sa part, en a donc terminé avec sa saison, avec encore une présence de plus en play-off, mais toujours ce petit quelque chose qui manque pour franchir une marche supplémentaire.

Contenus sponsorisés