Icon Sport

Mont-de-Marsan peut-il faire une "Vannes" ?

Mont-de-Marsan peut-il faire une "Vannes" ?

Le 14/07/2022 à 17:58Mis à jour Le 14/07/2022 à 18:03

PRO D2 - Premier de la phase régulière l'an passé, le Stade montois a échoué par deux fois aux portes du Top 14. Face à Bayonne d'abord, en finale de Pro D2, et face à Perpignan, lors du barrage d'accession. Un parcours qui ressemble de près ou de loin à celui de Vannes l'année d'avant. Seulement, les Bretons ont eu ensuite du mal à enchaîner. Un mal qui peut toucher les Montois cette saison ?

C'est une possibilité qui a pris du sens au fur et à mesure de la saison. Un rêve inespéré pour les supporters montois : celui de voir leur équipe évoluer en Top 14 lors de la saison 2022-23. Inespéré pourquoi ? Parce qu'il faut se rappeler de l'état des Landais, lors de la saison précédente. En difficulté dans ce championnat post-Covid, Mont-de-Marsan s'était battu valeureusement pour son maintien dans l'antichambre de l'élite, terminant dixième après avoir accéléré en fin d'exercice.

"On s’est fait peur l’année dernière en mettant le club en bas du classement", nous confiait Baptiste Hézard il y a un an. "Le groupe est assez jeune donc je pense que ça leur a fait réaliser que c’était important de s’envoyer pour gagner les matchs.l’expérience de l’année dernière, ça a fait grandir le groupe." Le deuxième ligne avait donc vu juste, puisque la jeunesse montoise, à l'image de Léo Coly ou Léo Banos, a brillé et porté le Stade montois au sommet de cette Pro D2.

Une similitude entre les deux équipes

Une aventure qui n'est pas sans rappeler celle du RC Vannes, à l'époque-même où Mont-de-Marsan luttait pour son maintien. Cette saison-là (2020-21), les hommes de Jean-Noël Spitzer surprenaient tout le monde en survolant le championnat aux côtés de Perpignan. Les Bretons, impressionnant tout au long de la saison, avaient aux aussi été portés par leur jeunesse. Pierre Popelin et Rémi Picquette avaient notamment largement contribué aux succès des leurs, avant une fin de saison un peu manquée. Cinq défaite de rang et, malgré une deuxième place finale lors de la phase régulière, une défaite à la dernière seconde face au Biarritz olympique en demi-finale.

Pro D2 - Pierre Popelin (Vannes)

Pro D2 - Pierre Popelin (Vannes)Icon Sport

Traumatisés par cet échec et accablés par les départs de Popelin et Picquette, les Vannetais avaient alors réalisé un début de championnat catastrophique lors de la saison 2021-22. Six défaites de suite et une première victoire seulement mi-octobre face à des Agenais encore plus malades. S'ils se sont repris par la suite, les Bretons sont passés du rêve à la stupeur en seulement quelques mois. Une chose possible pour ces Montois ? Peut-être.

Des départs importants

Il faut dire qu'il y a des similitudes avec leurs homologues Vannetais. Déjà, personne ne les attendait au sommet de cette Pro D2 et, malgré leur richesse d'effectif, on peut légitimement penser qu'ils ont "sur-performé", surfant sur la vague de l'euphorie. La preuve, en phase finale, les Montois n'ont pas réussi à vraiment retrouver leur niveau de la phase régulière. La raclée subie en finale contre Bayonne en est d'ailleurs le symbole. En plus, à l'image de Vannes, le Stade montois a perdu plusieurs éléments importants.

Parmi eux, Léo Coly forcément. Meilleur joueur de Pro D2 la saison dernière, le demi de mêlée rejoint Montpellier et laisse les Jaune et Noir quelque peu orphelins. En plus, ces derniers perdent aussi Gauthier Doubrère au poste de numéro 9. D'autres cadres quittent le navire landais, comme l'expérimenté pilier Carlos Muzzio, le troisième ligne Maxime Gouzou, le centre Vereniki Goneva ou encore le droitier Victor Laval. Enfin, il est aussi acté que l'ailier Fidjien Wame Naituvi ralliera le Racing 92 à la fin de la saison prochaine.

Pro D2 - Léo Coly - Mont-de-Marsan

Pro D2 - Léo Coly - Mont-de-MarsanIcon Sport

Des départs qui ne sont pas forcément de bon augure, et qui participent à la crainte d'un possible retour sur Terre pour les Montois. Il en reste que la vérité d'une année n'est pas forcément celle d'une autre, et que le groupe de Patrick Milhet regorge encore de beaucoup de talent. Et puis, même si la possibilité existe, les Montois voudront à coup sûr éviter de faire une mauvaise "Vannes", histoire de repartir sur de bonnes bases.

Contenus sponsorisés