Icon Sport

Mont-de-Marsan : comment se relever d’une telle claque ?

Mont-de-Marsan : comment se relever d’une telle claque ?

Le 08/06/2022 à 10:54Mis à jour

PRO D2 - Logiquement battu par plus fort en finale de Pro D2, le Stade montois a vu son rêve de bouclier s’envoler. Il aura, dimanche après-midi, une dernière bataille à livrer cette saison, face à l’USAP, pour espérer décrocher une place en Top 14.

C’est dimanche après-midi, sous la chaleur du GGL Stadium de Montpellier, que le rêve du Stade montois a pris fin. Leaders d’une phase régulière pendant laquelle ils avaient glané 106 points, intouchables à domicile et auteurs d’un parcours remarquable, les Landais avaient un objectif. Celui de ramener un titre de champion de France et un premier bouclier dans les Landes depuis 2002.

Ils n’y sont pas parvenus. "Le pire scénario, ce n’est pas de perdre la finale, mais de prendre cinquante points. Bayonne avait vraiment envie de ramener le bouclier. Sur le match, il n’y a strictement rien à dire, on a été pris sur tous les secteurs", reconnaissait, lucide, Patrick Milhet, au coup de sifflet final.

Retrouver l’agressivité nécessaire

Rentrés dans la nuit après le match dans les Landes, les Montois, qui ont eu un début de semaine logiquement axé sur la récupération, doivent reprendre l’entraînement ce mercredi. Dimanche, pour espérer renverser une équipe catalane en confiance, puisqu’elle a battu l’UBB, les entraîneurs jaune et noir pourraient injecter du sang neuf sur la feuille de match. Contre Bayonne, "ça a été un crève-cœur de faire l'équipe, racontait le manager du club des Landes après la rencontre. Nous avions trente-neuf joueurs pour vingt-trois places. Je pense qu’on va faire des rotations afin d’amener de l’énergie et de la fraîcheur sur l’access match."

Ces deux ingrédients doivent avant tout permettre aux Montois de retrouver une agressivité qui leur a fait défaut, en finale, contre l’Aviron. “Pendant toute la saison, nous avons eu une agressivité défensive, nous avons étouffé l'adversaire. Face à Bayonne, j’ai eu l’impression qu’on les regardait jouer. J’ai du mal à comprendre ce manque d’agressivité, disait, à chaud, Milhet le week-end dernier. Dans le rugby, l’agressivité va avec la discipline. À partir du moment où on n’a pas ces ingrédients-là, c’est perdu.”

Milhet : "Je suis certain qu’ils vont se remobiliser"

Après avoir clamé haut et fort, toute l’année, qu’ils étaient plus motivés par un titre qu’une montée, les entraîneurs landais vont devoir trouver les ressorts nécessaires pour que leurs joueurs aillent chercher une accession en Top 14. Pour cela, les Montois doivent pouvoir compter sur l’état d’esprit qui les a portés pendant la phase régulière, même s’ils ont vécu une grosse désillusion dans l’Hérault. "Notre groupe a du caractère, il l’a montré toute la saison. J’ose espérer que contre Bayonne - où je n’ai pas reconnu le groupe - c’était un accident. Je suis certain qu’ils vont se remobiliser", affirmait Milhet dans la salle de presse du GGL Stadium. “Il faut tourner la page, positiver et avancer, tentait de se projeter, dans la foulée, Victor Laval. Il n’y a pas une équipe, en Pro D2, avec une aussi bonne ambiance que la nôtre. Je n’ai jamais connu ça. C’est exceptionnel, on va se resserrer pour dimanche prochain.”

Déçu, mais déterminé, le capitaine William Wavrin rappelait, quant à lui, quelques minutes après le revers face aux Basques : “Notre objectif était d’avoir le bouclier, mais on a encore quelque chose de grand à aller chercher. Maintenant, on a tout à gagner. On n’a plus rien à perdre. Si on monte, c’est bien, si on ne monte pas, ce n’est pas grave…” En d’autres mots ? La saison des jaune et noir est, aujourd’hui, réussie. Une accession en Top 14 la rendrait exceptionnelle.

Contenus sponsorisés