Icon Sport

Milhet : "Le Stade montois n'a jamais voulu chambrer l'Aviron bayonnais"

Milhet : "Le Stade montois n'a jamais voulu chambrer l'Aviron bayonnais"

Le 09/11/2021 à 14:54Mis à jour Le 09/11/2021 à 14:55

PRO D2 - Depuis la victoire du Stade montois sur la pelouse de Bayonne ce vendredi, une polémique enfle sur les réseaux sociaux. Les Landais auraient eu l'intention de chambrer leurs adversaires juste avant la rencontre avec les couleurs de l'ennemi biarrot. Une information totalement démentie par le manager montois, Patrick Milhet. Explications.

Une certaine polémique enfle actuellement sur les réseaux sociaux, comme quoi vous souhaitiez vous échauffer en rouge et blanc (celles de Biarritz en l'occurence) sur la pelouse de Jean-Dauger. Démentez-vous cette information ?

Bien évidemment ! Nous n’avons jamais voulu nous échauffer avec ces couleurs sur nos épaules, c’est totalement faux. C’est assez grave que certaines personnes aient avancé cette idée sans même nous consulter en amont. On sait aujourd’hui que tout peut aller très vite sur les réseaux sociaux et c’est ce qui est arrivé. En aucun cas nous avons pensé à faire cela, on a trop de respect pour l’Aviron bayonnais et tous nos adversaires. Le Stade montois n'a jamais voulu chambrer l'Aviron bayonnais.

Aviez-vous des tenues d’échauffement classiques ?

Non justement. Pour l’occasion nous avions des t-shirts floqués en l’honneur des villages landais qui entourent Mont-de-Marsan. Mais ce sont des tenues que nous devions avoir pour la réception de Nevers.

Ce déplacement à Bayonne était d’une réelle importance dans l’esprit des joueurs et des supporters…

C’est normal, ce sont des rivalités historiques, de vraies rivalités. On aime disputer ces rencontres où les chambrages reviennent à la mode dans les tribunes et un peu sur la pelouse mais cela reste cordial et dans les limites de l'acceptable. Personnellement c’est quelque chose que j’adore, cet esprit de rugby de clocher qui fait parfois du bien.

Il paraît que vous avez eu des méthodes d'entraînements assez spéciales durant la semaine qui a précédé le match…

Ça c’est vrai par contre (rires) ! On s’est entraînés avec en fond la Pena Baiona et d’autres chants des supporters bayonnais, qui sont magnifiques par ailleurs. C’était tout simplement pour habituer nos joueurs à communiquer avec énormément de bruit. On connaît l’ambiance de Jean-Dauger. Sur le coup, ça a plutôt payé.

Pour le coup, le Stade montois a frappé fort.

C’est bien sûr un très bon résultat, mais il faut relativiser. Bayonne avait de nombreux absents, je pense à Gaëtan Germain, Yann David ou encore Peyo Muscarditz. Comme j’ai dit à la fin de la rencontre, les Bayonnais ont un petit coup de moins bien mais quand ils vont remettre la machine en marche, ils risquent de rouler sur tout le monde.

Vous sentez votre groupe capable d’aller au bout ?

Au niveau de jeu c’est parfait pour l’instant. Mais nous ne sommes qu’à un tiers du championnat, en Pro D2, on ne sait jamais où l’on sera dans deux mois. Il ne faut pas oublier d’où l’on vient, la saison dernière on bataillait pour le maintien. On se laisse jusqu’au 18 décembre, à l’issue du prochain bloc. Si à ce moment-là, nous sommes encore dans le top 6, on visera clairement les phases finales.

Contenus sponsorisés