Icon Sport

Le coup de maître de Bayonne qui s’impose avec le bonus à Nevers

Le coup de maître de Bayonne qui s’impose avec le bonus à Nevers

Le 28/01/2022 à 22:54Mis à jour Le 29/01/2022 à 08:56

PRO D2 - L’Aviron bayonnais s’est parfaitement relancé en allant gagner avec le bonus offensif à Nevers (13-41), après une partie intense qui aura vu les Basques prendre le dessus au retour des vestiaires. L’USON, pourtant invaincue à domicile cette saison, sort du top 6.

Quelle réaction de la part de Bayonne, battu à Jean-Dauger une semaine plus tôt par Grenoble et forcément touché dans son orgueil. La réaction a donc été immédiate, et marquante, d’autant qu’elle permet de se rapprocher du top 2 ! Car le succès est large, il est bonifié, et ne souffre d’aucune contestation au regard de la domination en seconde période face à une équipe de Nevers qui a basculé dans l’indiscipline. Des fautes au final fatales pour l’USON, comme cela avait déjà été le cas lors du précédent match - perdu - à Oyonnax.

Les Neversois accusent le coup, alors qu’ils sont sur une série négative de quatre défaites sur les cinq derniers matchs. Mais ils n’ont pas réussi à produire du jeu après la pause, et n’ont tout simplement pas réussi à inverser la pression. Après une pénalité de Shaun Reynold juste avant la mi-temps (38e), plus aucun autre point n’a été inscrit par l’équipe de Xavier Péméja, qui a encaissé un 28-0 en seconde période. Les choses avaient pourtant bien commencé avec l’essai rapide de Joris Cazenave, prenant un intervalle derrière une spécialité locale, le ballon porté (13e, 5-0). Il a cependant manqué de la constance.

Thomas Dolhagaray prend ses responsabilités

Au micro de Canal+, Yannick Bru a d’abord estimé que ses joueurs souffraient d’un "excès d’enthousiasme" pour justifier l’entame, dans un premier acte où les deux formations se sont rendues coup pour coup et marquant quasiment sur chaque intrusion. La suite a été plus précise, notamment après cet essai de Guillaume Rouet sur un lancement de jeu maitrisé, voyant Dolhagaray servir Maqala et Germain pour fixer, puis décaler son demi de mêlée (33e). Et c’est d’ailleurs sur cette action que Germain a été victime d’un choc l’obligeant à quitter le terrain, faisant basculer le but à Dolhagaray qui a parfaitement assumé (6 sur 7, 15 points). L’influence de l’ouvreur de 21 ans ne se résume d’ailleurs pas que sur ses buts.

On l’a tout particulièrement vu réaliser un coup de pied de pression parfait dans le dos de Charlat, obligeant l’ailier à concéder une touche devant son en-but, amenant au doublé de Rouet dans la foulée du lancer (65e). Un autre grand artisan du succès, c’est l’inévitable Uzair Cassiem, fort à l’impact, capable de mettre dans l’avancée et de pousser l’adversaire à la faute. Il n’est pas surprenant de voir le troisième ligne sud-africain double passeur décisif pour l’autre doublé du côté basque, pour Yann David. La première réalisation est interveue en sortie de mêlée (44e) tandis que la seconde a été le fruit d’un décalage sur l’aile après une longue animation (72e). Bayonne signe donc une importante opération dans l’optique des demi-finales, car le Pré-Fleuri était une terre imprenable depuis le début de saison.

Contenus sponsorisés