Icon Sport

Grenoble rechute à domicile contre Béziers

Grenoble rechute à domicile contre Béziers

Le 15/10/2021 à 23:25Mis à jour Le 16/10/2021 à 00:47

PRO D2 - Dominés et transparents durant toute la première période, les Isérois ont pourtant bien failli renverser le match malgré leur double infériorité numérique en deuxième mi-temps. Malgré un long passage à vide, les Biterrois ont trouvé les ressources nécessaires pour coiffer le FCG sur le poteau : 19-21.

Béziers s’offre le gros coup de cette 7e journée de Pro D2 en s’imposant sur la pelouse du stade des Alpes (19-21). Une première depuis 2008 pour le club aux onze boucliers de Brennus. Dépassé, asphyxié durant toute la première période, le FC Grenoble a pourtant bien cru pouvoir renverser une équipe biterroise après avoir repris les devants en seconde période. Mais un dernier sursaut collectif héraultais a eu raison des derniers espoirs grenoblois à trois minutes du coup de sifflet final, grâce à un essai inscrit par Marco Pinto-Ferrer sur un groupé pénétrant dévastateur (77e).

Samedi soir, Grenoble s’est épuisé à courir après le score. La faute à une équipe de Béziers qui, comme à Bayonne la semaine dernière, a su faire déjouer son adversaire. Ce sont pourtant les Grenoblois qui mettent du rythme dès l’entame de match. Mais les hommes de Nicolas Nadau se heurtent à une défense biterroise qui a sorti les barbelés. Grenoble joue beaucoup, tient le ballon et occupe le camp héraultais. Sans toutefois parvenir à concrétiser ces temps forts. Béziers fait le dos rond, ne s’affole pas et parvient petit à petit à faire douter son adversaire. Mieux encore, l’ASBH réalise tout simplement l’entame de match parfaite à l’extérieur.

Pour son premier véritable ballon d’attaque, Béziers ne se fait pas prier pour scorer. Après un turn-over, Bisman sort vite le ballon pour Uruty. Le surnombre est bien exploité et malgré une terrible montée de Masilevu, Charly Malié parvient à volleyer le ballon pour Maxime Espeut qui poursuit au pied, dans le dos de la défense. Le troisième ligne aile Morgan Eames est le plus rapide et plonge le stade des Alpes dans une ambiance glaciale : 3-8 (16e). Assommé par cet essai, le FCG déjoue et n’arrive pas à tenir le ballon. Sans se montrer réellement dangereuse, l’ASBH se nourrit de l’indiscipline iséroise pour virer en tête à la pause grâce à la botte de Romain Uruty : 3-14.

Grenoble se rebelle en infériorité numérique, Béziers termine le travail en fin de match

Le public du stade des Alpes n’est guère rassuré par son équipe au retour des vestiaires. Indiscipliné en défense, le FCG l’est aussi en attaque. Masilevu est jugé d’un raffut dangereux, le bras décollé. M. Cayre sort le jaune et réduit le FCG à 14 dès l’entame de la seconde période (41e). Ce qui va sonner la révolte grenobloise. Fraîchement entrée en jeu, la pépite franco-italienne Ange Capuozzo voit l’ouverture dans la défense biterroise pour un petit coup de pied à suivre à 5m et fait parler sa vitesse pour être à la conclusion. Grenoble revient à une petite longueur (13-14, 48e).

De nouveau à 15 contre 15, le FCG replonge dans l’indiscipline et écope à nouveau d’un jaune suite à la faute de Steeve Blanc-Mappaz sur un maul héraultais (53e). Les Isérois serrent les rangs et retrouvent des couleurs. Béziers s’éteint au fil des minutes et Grenoble se met à y croire en prenant les devants à l’heure de jeu (16-14, 60e). Sous les assauts grenoblois, Béziers multiplie les fautes notamment dans les zones de contact. La botte de Fortunel ajoute trois points de plus dans l’escarcelle (19-14, 68e). Mais après avoir couru derrière le score durant tout le match et notamment vingt minutes en infériorité numérique, le FCG le paie physiquement. Béziers appuie en mêlée fermée et pousse le pack grenoblois à la faute à deux reprises. La dernière est la bonne avec une pénaltouche gagnante. Béziers s’impose chez un gros outsider de ce championnat et s’installe petit à petit comme un sérieux candidat au top 6.

Contenus sponsorisés