Icon Sport

Et soudain, Armandie a ressuscité et le déclic est arrivé

Et soudain, Armandie a ressuscité et le déclic est arrivé
Par Rugbyrama

Le 23/10/2021 à 10:40Mis à jour

PRO D2 - Deux ans après son dernier succès à Armandie, le SUA a retrouvé le chemin de la victoire contre Aurillac (25-21). Un gros soulagement pour la ville. Et cela s’est ressenti dès le coup de sifflet final.

Agen a fait la fête jusqu’au bout de la nuit. "J’ai l’impression que l’on a gagné quelque chose", souriait même Pépito Elhorga à l’issue de la rencontre. Mais en fait, le SUA a vraiment gagné quelque chose. Un match officiel, à domicile, deux ans plus tard. Car la dernière victoire sur ses terres remontait au 19 octobre 2019 (victoire 27-14 contre Paris). "C’est magique", avouait Sam Nollet un peu plus tard dans la soirée, les yeux pétillants comme un gamin de 20 ans qui vit sa première victoire chez les professionnels. Rendez-vous compte, ils étaient nombreux à n’avoir jamais gagné sous le maillot bleu & blanc. Onze au total au coup d’envoi dont certains qui sont au club depuis deux ans justement. "Ça fait bizarre mais qu’est-ce que c’est bon", se réjouissait d’ailleurs Camille Gérondeau au sortir du terrain.

Armandie a vibré jusqu’au bout

L’atmosphère était étrange durant la rencontre à vrai dire. Tout au long de celle-ci, joueurs et supporters sont restés pétrifiés. Et puis, à l’image de ce tifo géant déployé en début de rencontre dans la tribune Lacroix, tout un peuple s’est mobilisé. Et notamment en seconde période. Pourtant, l’on entendait déjà les supporters nous racontait à la mi-temps que "le scénario habituel allait se reproduire".

Et finalement, non. Les attitudes ont changé et l’essai de Paul Graou à l’heure de jeu a définitivement soulagé Agen. Si l’on prend en compte cette dernière action folle où Agen aurait pu perdre, on comprend très vite que tout le Lot-et-Garonne a vu ses vieux démons ressurgir au moment du dernier lancé en toucher de Nioradze.

Après le coup de sifflet final, en descendant les marches de la tribune Basquet pour rejoindre la conférence de presse, nous avons croisé des regards émus. Certains se prenant dans les bras. D’autres restant bloqués à leur siège en larmes. Mais cette fois-ci de joie. Quant aux joueurs, ils étaient sur un nuage. Tous ont couru vers leurs partenaires pour célébrer, chanter, danser, entourés de supporters ayant envahi le terrain. Bref, du jamais vu depuis deux ans.

Puis, les joueurs sont restés de longues minutes sur la pelouse. Histoire de profiter du moment présent. Et de se dire que oui "on sait gagner", comme l’ironisait l’un d’entre eux. Selfies, embrassades avec la famille, chants, dédicaces, émotion… Bref, le temps d’une soirée, Armandie s’est souvenu à quel point c’est bon de gagner un match.

La joie d’un vestiaire

Alors que les supporters et les partenaires ont pris la direction du salon Dubroca pour fêter la victoire, l’effectif est resté de nombreuses minutes dans le vestiaire pour savourer. Bière à la main, Sylvain Mirande en est sorti accompagné de David Ortiz pour venir répondre aux journalistes. "Oui j’ai eu très peur, je ne vais pas vous mentir, on n’a jamais gagné depuis un an, relatait le premier. Mais ça fait un bien fou, je ne vous mens pas."

Et les joueurs non plus ne se sont pas mentis. Musique à fond, ils ont célébré une bonne heure dans le vestiaire avant de rejoindre les amoureux d’Armandie à la réception d’après-match, pour témoigner de leur joie. Et deux ans plus tard, ces images sont devenues si rares que chacun semblait étonner de vivre une telle soirée. Pourtant, il en faudra d’autres pour assurer le maintien en Pro D2.

Par Mathieu Vich

Contenus sponsorisés