Icon Sport

Tarrit : "On ira à Mont-de-Marsan sans complexe"

Tarrit : "On ira à Mont-de-Marsan sans complexe"
Par Rugbyrama

Le 20/05/2022 à 09:01Mis à jour

PRO D2 - Fourbu et fier, le talonneur capitaine de l’USON Nevers Rugby, Janick Tarrit, savoure la victoire de son équipe face à Carcassonne (24-12) et se tourne déjà vers la demi-finale sur le terrain du leader de la saison régulière, Mont-de-Marsan. Un match que le futur joueur du Racing 92 aborde avec "appétit".

Quand Carcassonne est à deux doigts de passer en tête à l’heure de jeu, sur une pénalité manquée et un drop qui tape le poteau, avez-vous eu peur de craquer ?

On a montré toute l’année qu’on était capable d’aller chercher la victoire jusqu’à la 80e minute. Ce n’est pas la peur qui nous bridait.

Paradoxalement, l’équipe n’a pas joué son meilleur match de la saison. Il y a eu beaucoup de déchet, d’approximations, de ballons perdus dans les rucks… C’est rassurant pour la suite de gagner malgré tout ?

Le stade était plein, l’ambiance était incroyable, ça peut expliquer certaines imprécisions. Il faut dire aussi qu’il y a eu une très grosse intensité dans les vingt premières minutes. Et la chaleur était insoutenable, mais pour Carcassonne comme pour nous. 35° C à cette époque, on n’a pas l’habitude. Sur le jeu au sol, on a manqué de précision. Il faudra qu’on y travaille pour la semaine prochaine.

Sauf si Nevers dispute l’access match (face au 13e du Top 14, en cas de défaite en finale d’accession, NDLR), ce match aura été le dernier pour vous avec Nevers. Comment l’avez-vous vécu ?

Cela m’a fait surtout bizarre à l’arrivée aux vestiaires (silence). Mais il fallait que je me mette dans le match. Je suis arrivé à Nevers il y a six ans, à 17 ans. Je ne pensais pas vivre tout ça. A l’époque, si on me l’avait dit, j’aurais signé tout de suite (sourire).

Vous allez jouer la demi-finale à Mont-de-Marsan, dimanche 29 mai. Est-ce que cette victoire en barrages va vous libérer ?

On va y aller sans complexes. Je viens d’avoir une longue discussion avec Xavier Péméja (manager de Nevers) : si on gagne ce match, c’est la finale à Montpellier

Vous êtes tout près du buffet…

Oui, et on a faim (rires). On prend goût à ce genre de matchs, et il faut qu’on s’y habitue. Ce soir (jeudi), on va savourer, fêter la victoire, mais on garde de l’appétit pour la demi-finale.

Propos recueillis par Sébastien Chabard

Contenus sponsorisés