Icon Sport

Perpignan, droit devant

Perpignan, droit devant

Le 10/12/2020 à 20:47Mis à jour Le 10/12/2020 à 21:09

PRO D2 – L’USAP a signé une quatrième victoire (9-28) consécutive, ce jeudi à Valence-Romans, en ouverture de la 13ème journée. Le score est large mais le bonus offensif aura mis du temps à se dessiner. Pour le VRDR, huitième match sans succès.

Il faut maintenant remonter au 18 septembre dernier pour trouver trace d’un succès de Valence-Romans qui vient d’enchainer deux nouveaux revers sur sa pelouse de Pompidou, face aux gros que sont Oyonnax et donc Perpignan. Si les Oyomen ont dû attendre les derniers instants pour s’imposer, les Perpignanais ont dominé les débats, en place et sérieux sans être vraiment transcendants. Ils ont su se nourrir des erreurs adverses pour capitaliser.

Très rapidement d’ailleurs, avec la première réalisation de Shahn Eru dans une longue offensive débutée notamment par une bonne percée de Lucas Bachelier (16’). Et Davit Kubriashvili a fait le break, d’une charge conquérante, quelques instants plus tard (25’). Il faut néanmoins attendre l’heure de jeu pour voir Lucas Dubois inscrire un troisième essai synonyme de bonus offensif, grâce à une percée d’Afusipa Taumoepeau (64’).

Valence-Romans se rate totalement en touche

Si l’USAP a donc mis du temps avant de vraiment se mettre à l’abri sans pleinement réussir à sécuriser son point de bonus, on peut noter cette capacité à ne pas encaisser d’essai, une fois de plus. Autre constante de ce match, c’est un VRDR en grande souffrance en touche et qui a perdu beaucoup trop de ballons dans ce secteur, s’exposant ainsi aux assauts adverses et ratant ses rares opportunités.

Porté par ses avants, Perpignan a aussi pu compter sur le pied de Melvyn Jaminet (5 sur 6). Et a su batailler pour conserver son bonus et batailler pour le conserver dans les derniers instants. Tandis que Valence-Romans, pris d’entrée et qui s’est heurté à un mur, subissant l’évènement, a semblé à la peine sur le plan offensif pour ne serait-ce qu’arriver à mettre véritablement la pression. Le VRDR a trop subi.

Contenus sponsorisés