Icon Sport

La belle opération de Nevers, le FCG poussif à domicile… Les enseignements de la soirée

La belle opération de Nevers, le FCG poussif à domicile… Les enseignements de la soirée
Par Midi Olympique

Le 15/01/2021 à 22:51

PRO D2 - En haut de tableau, l'USON réalise le bon coup de la soirée en mettant à distance les Provençaux et en confirmant sa place dans le top 6. Ailleurs, Valence-Romans, l'équipe en forme, décolle tandis que le FCG a éprouvé bien des difficultés contre Angoulême… Découvrez les enseignements de cette soirée de Pro D2.

Valence-Romans met la pression sur ses concurrents

S'il en fallait la preuve, les Drômois ont confirmé que l'exploit réalisé à Biarritz n'était pas dû au hasard. Pourtant il fallait vite se remobiliser pour ce choc du maintien, d'autant plus au stade Pompidou. Les Normands ont attaqué fort avec le vent dans le dos, ont prouvé qu'ils étaient venus pour gagner. Mais pas assez réalistes, les hommes de Richard Hill se feront surprendre au retour des vestiaires. La faille trouvée par les centres Bouldoire et Quinnez suivie par les deux pénalités de Javaux donnent un coup derrière la tête des Rouennais à l'heure de jeu. Le banc des visiteurs aura son sursaut d'orgueil mais la défense des Damiers tiendra bon.

Douzième après cette soirée, Valence-Romans confirme que c'est assurément le tube de l'hiver. Avec ce troisième succès de rang, les Damiers renvoient la balle aux quatre équipes du bas de tableau. Parmi elles, leur adversaire du jour pourra se mordre les doigts de ne pas avoir davantage profité du mistral en première mi-temps. Peut-être que la sortie sur blessure de Carl Fearns très tôt dans le match (20e) aura pesé trop lourd dans la balance...

Grenoble enchaîne tant bien que mal

Premier match de l'année au stade des Alpes pour le FCG qui a voulu s'assurer une deuxième victoire consécutive après la belle opération chez le voisin de l'Ain Oyonnax. Objectif atteint mais non sans difficulté... Les Angoumoisins de Vincent Etcheto furent pourtant rapidement réduits à 14 suite au carton rouge d'Ole Avei. Mais ce fait de jeu a peut-être relâché l'attention des Isérois. Après la pause, ils sont surpris par l'enthousiasme du SA XV, d'abord sur maul, puis grâce à un retour intérieur sur Lestremau. Menés, ils reprendront leurs esprits, Qadiri s'offrant même un doublé.

Sans impressionner, le FCG a gagné et c'est bien là tout ce qui compte. Côté Soyaux-Angoulême, dernier, à 3 points du Stade montois, on pourrait dire sévèrement que le bonus défensif est anecdotique sur le plan comptable. Mais au vu du scénario du match, la conquête de ce point est valeureuse et galvanisera sûrement les Charentais dans les semaines à venir.

Premier bonus offensif pour Aurillac

Défait en Normandie, le Stade aurillacois a réagi de belle manière contre l'ASBH dont le coup de massue contre Nevers n'est visiblement pas passé... Les pensionnaires de Jean-Alric ont encaissé un essai juste après le coup d'envoi par Gimeno. Cela a eu le mérite de les secouer. Ils parviendront même à obtenir le bonus offensif, le premier de la saison, en deuxième période. Celui-ci leur permet de se rapprocher du haut de tableau et plus encore de l'ASBH, qui stagne et voit le top 6 s'éloigner. Comme souvent, les Aurillacois ont étalé toutes leurs qualités de jeu tandis que les Biterrois ont subi. Thomas Salles s'est par ailleurs illustré par un 7/7 au pied.

Nevers met Aix à distance

L'Uson a eu droit à une belle opposition ce vendredi soir. Les Provençaux sont toujours restés au contact grâce à une réalisation de Charles Brousse et au pied de Florent Massip, encore lui ! Mais les Neversois ont maintenu leur avantage au bénéfice d'une partition complète. Malgré l'expulsion de Lolohea sur plaquage dangereux un quart d'heure avant le terme de la rencontre, Nevers a poursuivi ses intentions de jeu et cela a payé. Sa belle défense dans les derniers instants n'a pas été en reste.

Au classement, Nevers réussit son coup en éloignant leurs poursuivants provençaux. Un écart se creuse véritablement entre les qualifiables et ceux qui aimeraient en être.

Contenus sponsorisés